La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Agrocarburants : nouveau webdocumentaire et réforme attendue
Noé Lecocq  •  29 janvier 2015  •  Agrocarburant / biocarburant

-

A l’heure où l’Europe doit conclure sa difficile réforme des directives qui promeuvent les agrocarburants, un webdocumentaire est mis en ligne par l’ONG européenneT&E. Accessible à l’adresse http://www.biofuelsreform.org il se focalise sur quatre enjeux de cet important dossier :

  1. Les émissions de gaz à effet de serre, souvent augmentées par le recours aux agrocarburants
  2. Les impacts sociaux dévastateurs dans les pays du Sud
  3. La bataille de lobby en cours
  4. Les voies de la réforme

Les agrocarburants peuvent s’avérer pires encore que les carburants fossiles à maints égards. Ci-dessus, la déforestation induite à Borneo.

Un processus politique est en cours, depuis 2012, en vue de réviser les deux directives réglementant la production et l’utilisation de biocarburants en Europe : la directive sur les énergies renouvelables (RED) et la directive sur la qualité de carburant (FQD). En Décembre 2014, la première lecture a pris fin, le Parlement européen et le Conseil ayant adopté des positions divergentes.

En première lecture, le Parlement européen a exprimé de fortes préoccupations au sujet des agrocarburants liés au sols, en compétition avec la production alimentaire. Il a fait des propositions plus fortes que le Conseil pour tenir compte des émissions de gaz à effet de serre provenant de l’utilisation des sols (ILUC) et limiter l’utilisation des agrocarburants fabriqués à partir de cultures alimentaires et de cultures énergétiques. Il a été démontré que ces cultures ont des impacts négatifs sur les changements climatiques, la sécurité alimentaire et l’accès des communautés locales aux ressources clés, telles que la terre.

Cependant, le Conseil, plus sensible aux arguments de l’industrie des agrocarburants, a considérablement affaibli la proposition de la Commission. Il propose d’augmenter la limite d’utilisation des agrocarburants issus de cultures vivrières de 5% à 7% et en supprime toute possibilité de prendre en compte les émissions indirectes de CO2 dans le cadre des critères de durabilité.


Les trois positions des institutions européennes sur les éléments clé de la réforme. En vert les positions jugées positives par les ONG.

La deuxième lecture, une phase très importante du processus de négociation, commence maintenant. Il est plus urgent que jamais d’aborder la durabilité sociale et environnementale de la politique européenne des agrocarburants, un pilier de la politique de l’UE sur le climat. La commission ENVI du Parlement doit réaffirmer son ambition et parvenir à un accord avec le Conseil et la Commission qui arrête l’expansion des agrocarburants liés au sol et établit un système pour tenir compte des émissions complètes de gaz à effet de serre.

Pour rappel, les ONG plaident pour :

  1. Une limitation des biocarburants liés au sols à moins de 5% de l’énergie utilisée dans les transports ;
  2. Une prise en compte scientifique et complète (avec ILUC) des émissions de gaz à effet de serre dans la comptabilité officielle.



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens