La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Avec les street-artistes, mobilisez-vous contre la pêche profonde !
Pierre Titeux  •  14 juillet 2014  •  Biodiversité

-

Aujourd’hui, alors que le Conseil des ministres européens de la pêche se réunit à Bruxelles, sept street-artistes renommés produiront simultanément des œuvres d’art spectaculaires dans plusieurs capitales d’Europe, y compris à Bruxelles, pour appeler les gouvernements européens à adopter une mesure historique et indispensable à la sauvegarde des océans : l’interdiction du chalutage profond.

Le chalutage profond a été reconnu comme la méthode de pêche la plus destructrice de toutes : l’équivalent marin de bulldozers géants broyant des coraux multimillénaires et réduisant l’habitat marin en morceaux. Les filets attrapent tout sur leur passage, y compris un grand nombre de poissons en voie de disparition, tels les requins d’eaux profondes.

La plus grande partie du chalutage profond dans l’UE est effectuée par des navires industriels français et espagnols. La pêche profonde portugaise, quant à elle, se compose principalement de petites exploitations durables utilisant des palangres. Le Portugal a même récemment publié un décret interdisant le chalutage profond dans plus de 2 millions de kilomètres carrés.

Plus de 300 scientifiques internationaux ont appelé les décideurs européens à adopter l’interdiction du chalutage profond proposé par la commissaire européenne à la Pêche, Maria Damanaki, en juillet 2012. Mais certaines nations comme la France et l’Espagne ont tout mis en œuvre pour compromettre ce règlement pêche profonde de façon à protéger quelques navires industriels subventionnés, le plus souvent non rentables et dont le modèle économique et écologique appartient au passé.

En bloquant l’interdiction du chalutage profond, la France, l’Espagne et les quelques nations qu’elles ont réussi à convaincre de les soutenir dans leur entreprise indéfendable, s’opposent ainsi à la volonté de plus de 860 000 signataires européens de la pétition de BLOOM (association de lutte pour la conservation marine) qui veulent voir la fin de cette pratique de pêche destructrice et non durable. La surprise vient du Royaume-Uni, qui soutient la France en s’opposant à l’interdiction bien que les navires français et espagnols chalutent au large de sa propre côte.

« Dans ce cas, la France et l’Espagne échouent à protéger l’intérêt commun. Elles font écho aux intérêts de quelques puissants lobbies industriels, ignorent la volonté des citoyens, et utilisent leur maîtrises des procédures politiques pour mettre en péril l’interdiction alors que tout plaide en sa faveur : la science prouve le désastre écologique, les analyses économiques prouvent la performance épouvantable de ces navires industriels gourmands en gasoil et en subventions, la société civile refuse en bloc que soit détruit un patrimoine naturel unique pour une poignée de poissons dont personne n’a que faire » explique Claire Nouvian, fondatrice de BLOOM . « Les responsables français et espagnols osent même parler de « chalutage profond durable » ! C’est une insulte à la raison et à la science » conclut Nouvian, qui a appelé la présidence italienne et l’Allemagne à veiller à ce que l’interdiction soit adoptée au Conseil.

En tant que Présidente actuelle de l’Union européenne, l’Italie a une excellente occasion de promouvoir une réforme ambitieuse pour la sauvegarde des océans profonds et d’agir comme chef de file de l’interdiction de chalutage profond. Forte du soutien de l’Allemagne, qui a défendu la réforme de la Politique Commune de la Pêche, l’Italie pourrait assurer un avenir vraiment durable pour le secteur européen de la pêche en s’éloignant clairement des pratiques destructrices et non durables.

Aujourd’hui, 14 Juillet, la communauté européenne du Street-Art va exprimer directement son indignation ainsi que ses espoirs et ses attentes auprès des gouvernements européens. La présidence italienne a demandé aux États membres de l’UE de confirmer leur position sur le règlement pêche profonde d’ici le 15 juillet.

Les artistes solidaires du combat de BLOOM sont

  • Popay à Bruxelles (Place Place Schuman in front of the Council of Ministers)
  • JB Rock à Rome (devant le Ministère de pêche et d’agriculture)
  • SP38 à Berlin (Canal près de Stattbaden à Wedding / les pieds dans l’eau)
  • Spok Brillor à Madrid (dans l’open space Utopicus)
  • David ‘Jae’ Antunes à Lisbonne (Praça do Comercio, devant le Ministère de pêche et d’agriculture)
  • Panik à Londres (Mur à Kensington Road)
  • Delwood à Biarritz (sur la plage)

Vous pouvez suivre en live la mobilisation et les performances des artistes sur http://bit.ly/1oHLV4H

Vous pouvez aussi soutenir l’action

  • en twittant au gouvernement français et au ministre des pêches Frédéric Cuvillier :
    Communauté #streetart vous demande d’interdire #chalutage profond, allez-vous enfin entendre ?@fcuvillier http://bit.ly/1oHLV4H @Bloom_FR
  • en twittant à Ségolène Royal, seul espoir dans ce dossier :
    Communauté #streetart en appelle à vous @RoyalSegolene pour interdire #chalutage profond#DeepStreetArt http://bit.ly/1oHLV4H via @Bloom_FR
  • en twittant w au gouvernement belge et à son ministre en charge des pêches :
    Communauté #streetart appelle la Belgique @CarloDiAntonio à interdire #chalutage profond#DeepStreetArt http://bit.ly/1oHLV4H @Bloom_FR
  • en partageant notre appel à twitter sur vos réseaux.



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens