La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
La Belgique perd deux places au « Climate Change Performance Index »
Alain Geerts  •  9 décembre 2014  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre

-
La Belgique occupe désormais la 16e position du classement relatif à l’efficacité de la lutte contre les changements climatiques des pays les plus polluants du monde, classement établi pour la dixième fois par Climate Action Network (CAN) Europe et l’organisation Germanwatch… La raison de ce recul est à la diminution insuffisante de ses émissions de gaz à effet de serre du fait de la faiblesse des politiques climatiques menées tant au Fédéral que dans les Régions.

Les associations CAN Europe et Germanwatch viennent de sortir le 10è classement des pays les plus émetteur de gaz à effet des serre sur base de leurs efforts pour inclure les changements climatiques dans leurs politiques publiques. Si le Danemark, la Suède et le Royaume Uni obtiennent le meilleur score de ce Climate Change Performance Index (CCPI), les associations qui l’ont créé refusent toujours de leur permettre de monter sur le podium qui ne sera accessible qu’aux pays dont les politiques seront suffisamment ambitieuses que pour empêcher des changements climatiques dangereux. En Europe, les Pays-Bas et la Pologne obtiennent un score étonnamment mauvais, et la Belgique, élève moyen, perd du terrain en passant de la 14e à la 16e place.

Certes, notre pays obtient un bon score en termes de diplomatie climatique, de développement des énergies renouvelables et d’évolution au niveau des émissions de gaz à effet de serre dans les bâtiments. Mais, en comparaison avec les 57 autres grands pollueurs, il fait figure de mauvais élève pour ce qui est de la consommation énergétique par personne, des émissions de gaz à effet de serre dans l’industrie et le transport et de la politique climatique menée aux niveaux fédéral et régional.

« La Belgique n’a pas de politique climatique sérieuse et perd donc encore des places. Et vu que la croissance des énergies renouvelables est freinée, les prévisions sont plutôt sombres pour notre pays, qui doit agir maintenant », dit Joeri Thijs de Greenpeace.

« Les gouvernements belges doivent mettre l’accent sur l’efficacité énergétique. En effet, une politique de soutien ambitieuse pour la réduction structurelle de la demande en énergie est à la fois bonne pour l’économie, l’environnement et la lutte contre la précarité énergétique. Or ce volet de la politique énergétique belge souffre des mesures d’austérité budgétaire, ce qui empêche le pays de grimper dans le classement » note de son côté Noé Lecocq d’Inter-Environnement Wallonie.

Vous trouverez le rapport ici : https://germanwatch.org/en/7677

Contacts :
Joeri Thijs (responsable de campagne climat pour Greenpeace) : +32 496 26 31 92

Noé Lecocq (coordinateur mobilité/énergie pour Inter-Environnement Wallonie), sur place à Lima : +51 991 972 683




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens