La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Le pan-de-bois, c’est comme les abeilles : beau, utile, en danger
Hélène Ancion  •  12 novembre 2015  •  Habitat / Logement  •  Architecture / Patrimoine  •  Plans, schémas et règlements

-
Le SPAM, petit nom du Comité de Sauvegarde du Patrimoine Malmédien, mène un combat pacifique pour protéger les pans-de-bois menacés par des projets urbanistiques. Le pan-de-bois associe à une « grille » de poutres un mélange de remplissage, le torchis. Une fois sec, ce remplissage, parfois aussi réalisé en maçonnerie, forme avec l’ossature une paroi où des vides peuvent être réservés pour accueillir portes, fenêtres et autres passages. C’est une technique ancienne de construction, très courante dans notre région, qui se repère sur des murs latéraux, des façades arrières et, parfois, par chance devrait-on dire, en façade principale. Bien cachée sous les couches de papier peint, elle tient encore lieu de cloison intérieure dans une infinité de nos bâtiments, des plus urbains aux plus ruraux.

A Malmedy, on trouve de nombreuses constructions partiellement ou intégralement en pan-de-bois. Mais, à la différence de Stavelot, aucune n’est classée dans le centre de la ville, qui fait pourtant partie des « centres anciens protégés », une nomenclature particulière du règlement régional d’urbanisme. Le règlement régional ne semble pas un rempart suffisant, et l’on dirait que pour certains demandeurs de permis, moins il y a de pans-de-bois, mieux on se porte !


à gauche : démolie - à droite : en vie

Sur la page « Malmedy » de Wikipedia, deux photos viennent illustrer le propos du SPAM. L’une, reproduite ci-dessus à gauche, est celle d’une ferme en pan-de-bois, DEMOLIE avec le feu vert des services de l’urbanisme, sous prétexte que la dégradation du bâtiment ne permettait pas « une réhabilitation intéressante » (sic), et au terme d’une enquête publique des plus discrètes (annoncée par une affichette placée à l’abri d’une haie latérale). L’autre, l’image de droite, est une maison encore debout, parce que classée. EN VIE, pour combien de temps ?

Il arrive en effet que le classement ne suffise pas à protéger les pans-de-bois. Au lieu d’une vie dynamique dans un usage respectueux, la fin incertaine, un jour ou l’autre, parce qu’on ne comprend plus cette façon de bâtir, ou qu’on la méprise. Partout en Wallonie, des constructions sont menacées, parce que les ayant-droits les laissent se dégrader ou, pire, favorisent leur décrépitude.

Comment sanctionner cette forme d’incivisme ? Les communes peuvent, par exemple, mettre en demeure le propriétaire d’un bien repris au Patrimoine Monumental de la Belgique « d’effectuer des travaux ou de se substituer à lui en cas de défaillance de sa part ». Elles peuvent aussi se réserver la possibilité d’exproprier un bien repris au Patrimoine Monumental (cf. l’article 4 de la Convention de Grenade, 1985). Elles peuvent aussi soumettre à l’avis de la Commission Royale des Monuments et Sites tout « projet affectant tout ou partie d’un ensemble architectural ou d’un site, et portant sur des travaux :

- de démolition de bâtiments,
- de construction de nouveaux bâtiments,
- de modifications importantes qui porteraient atteinte au caractère de l’ensemble architectural ou du site
 ».

En savoir plus

Dans « La Lettre des CCATM », sous le même titre, j’avais publié en janvier 2015 un article qui explique l’intérêt environnemental, technique et historique du pan-de-bois, dans notre numéro 80 consacré aux aménités.

Les blogs du Comité de Sauvegarde du Patrimoine Malmédien :
• http://terre et bois.wordpress.com/infos/
https://www.facebook.com/Sauvegarde-du-PAtrimoine-Malmédien-SPAM

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine architectural de l’Europe, ou Convention de Grenade, 3 octobre 1985, entrée en vigueur le 1er décembre 1987, Conseil de l’Europe http://conventions.coe.int/treaty/fr/treaties/html/121.htm
Le rapport explicatif en douze pages : https://rm.coe.int/CoERMPublicCommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=09000016800ca473

Dans les « Cahiers de l’Urbanisme » n°63 de mars 2007, un article de David HOUBRECHTS, avec de nombreux exemples urbains : « La vie des pans-de-bois »
http://dgo4.spw.wallonie.be/dgatlp/dgatlp/Pages/DGATLP/Dwnld/CDU/CDU63_Houbrechts.pdf

Soutenir l’action du SPAM
• Signons et faisons circuler la pétition !
http://www.petitions24.net/malmedy__demandons_le_classement_de_la_hore_kinon




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens