La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Le projet « LIFE Natura2 MIL ». De prairies de fauche en champs de tir
Virginie Hess  •  3 mai 2010  •  Aménagement du territoire  •  Biodiversité

En Wallonie, les camps militaires présentent un potentiel écologique remarquable. L’organisation des activités d’entraînement nécessite des surfaces importantes et une variété de biotopes et de paysages favorables au développement d’une faune et d’une flore riches et diversifiées. Le programme Life a pour objectif de préserver ces différents habitats naturels, sans compromettre le « training » militaire.

Avec une superficie de 7937 hectares, les domaines militaires de Marche-en-Famenne, Elsenborn et Lagland constituent un élément essentiel du réseau Natura 2000 (3.4% de la surface en Région wallonne). Ils abritent en effet une variété de biotopes caractéristiques de nos contrées dont certains particulièrement sensibles n’existent plus ailleurs en Wallonie. Propriété intégrale de l’Etat confiée à la garde et à la gestion de la Défense, ces zones peu soumises aux enjeux économiques et à la pression urbanistique et non accessibles au grand public, font en outre l’objet d’une gestion spécifique particulièrement profitable à la biodiversité. Les activités militaires nécessitent l’entretien d’espaces naturels ouverts et semi-ouverts dont seuls une partie sert effectivement aux exercices, la majeure partie de ces zones faisant office de zone de sécurité ou de zone tampon. S’y développent ainsi des habitats particuliers tels que les landes à bruyère ou à callune, les tourbières, les prairies à fenouil des Alpes, où trouvent refuge de nombreuses espèces animales protégées comme le lézard des souches, le traquet tarier, le triton crêté, etc.

Consciente de la nécessité et de l’intérêt de conserver ce patrimoine naturel remarquable, l’autorité militaire s’est engagée, au travers du programme Life (L’Instrument Financier en Environnement), à mettre en place un système de gestion durable garantissant à la fois la préservation des habitats et espèces naturels et l’usage militaire de ces vastes domaines.

Car la menace principale qui pèse sur ces milieux est le reboisement qui entraîne d’une part une régression de plusieurs populations d’espèces végétales et animales, et d’autre part la dégradation ainsi que la fragmentation de nombreux habitats naturels. L’objectif du programme Life Natura2 MIL consiste donc à restaurer ces espaces ouverts par différentes techniques et à mettre en place des outils de gestion afin d’éviter leur reboisement.

Le Life : un partenariat basé sur la concertation

Co-financé par la Commission européenne et la Région wallonne, le programme Life Natura2 MIL est chapeauté par la Direction Générale de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et de l’Environnement (DGARNE), et mené en partenariat avec la Défense et les asbl Ardenne et Gaume et Natagora. Les représentants de ces partenaires se réunissent deux fois par an au sein d’un Comité de Pilotage.

Sur le terrain, la coordination du Life est assurée conjointement par un commandant militaire et un civil (représentant d’une association ou agent DNF). Quatre binômes supervisent ainsi la mise en ½uvre des projets, l’un au niveau général, les trois autres localement, au niveau de chaque camp. « Cela permet de prendre en compte les intérêts de chacun et de s’inscrire en permanence dans un processus de dialogue », précise Hervé Pirard, un des coordinateurs généraux. Car tout l’enjeu de ce programme est bien là : faire cohabiter en toute harmonie les intérêts militaires, cynégétiques, nature, sylvicoles et autres. « Jusqu’à présent, tout fonctionne relativement bien grâce au dialogue et à la concertation », affirme Hervé Pirard.

Et pour cause, si la restauration des milieux ouverts est essentielle pour la conservation de la nature, elle est aussi indispensable pour une série d’activités d’entraînement. Mieux encore, des études scientifiques ont mis en évidence l’impact positif de certaines activités militaires sur les habitats naturels. La circulation des chars dans les plaines, par exemple, est à l’origine de la formation de nombreuses mares fréquentées par des espèces aquatiques de grand intérêt.

Par ailleurs, les responsables du Life présentent régulièrement leurs projets et travaux aux Commissions d’Aménagement et des Travaux (CAT) qui avalisent ou non ces derniers. Instaurées par une Convention signée entre la Région wallonne et la Défense, ces commissions, qui regroupent les autorités militaires et les responsables du DNF, sont l’organe central de gestion des zones boisées et d’intérêt biologiques dans les domaines militaires.

Sur le terrain, le travail de gestion est effectué principalement par des entrepreneurs forestiers et le DNF. Impossible en effet d’organiser des chantiers ouverts au public pour des raisons de sécurité. De temps en temps, les militaires donnent un coup de main pour des actions spécifiques, comme l’arrachage de la Balsamine de l’Himalaya le long des cours d’eau par exemple.

Enfin, la Défense fait également appel à une série d’acteurs extérieurs pour certains aspects particuliers de la gestion des milieux. Elle octroie ainsi des concessions et des autorisations d’accès à des sociétés de pêches, à des chasseurs pour la gestion cynégétique, à des agriculteurs qui disposent de zones de fauche, à des scientifiques et naturalistes pour les suivis d’espèces et d’évolution des biotopes.

Objectif Life : mission presque accomplie !

La politique de gestion durable des milieux naturels menée pendant 5 ans dans les trois camps militaires a bel et bien porté ses fruits. Le résultat est impressionnant. Passons en revue quelques réalisations concrètes effectuées dans le cadre de ce Life Natura2 MIL.
-  Concernant la restauration des habitats naturels, l’action la plus importante fut sans conteste la réouverture de milieux (au total, 568 hectares !) par différentes techniques telles que le girobroyage, la coupe de semis naturel, le cablage, le cisayage, etc. La création de mares et la lutte contre la balsamine de l’Himalaya furent également au programme.
-  La gestion de ces espaces ouverts restaurés représente également une part importante du travail réalisé. Comme l’écrit Hervé Pirard dans son bimestriel d’information « réouvrir les milieux, c’est bien, mais ensuite, il faut éviter qu’ils ne se reboisent aussi vite… ». Plusieurs méthode de gestion ont donc été mises en place au sein des trois camps : fauches, mises à feu contrôlées (à Elsenborn) et pâturages bovin et ovin. Cette dernière option a surtout été développée au camp de Marche-en-Famenne qui abrite une bergerie de 300 moutons roux ardennais, une race robuste qui, durant des siècles, a peuplé nos pâturages ardennais. Ce troupeau permettra de gérer les repousses de ligneux (pruneliers, aubépines, saules) menaçant de recoloniser les plaines du Camp Roi Albert. Le pâturage sera organisé au moyen d’enclos fixes et d’enclos mobiles afin de ne pas gêner les man½uvres en plaine. Enfin, la révision de concessions de chasse a permis également de gérer les surdensités de sangliers présentes notamment dans les domaines de Marche et de Lagland.
-  Un autre volet important du projet a consisté à informer les militaires sur les actions mises en ½uvre dans le cadre du Life : zones visées, intérêts biologiques et militaires, travaux réalisés, objectifs poursuivis, gestion, etc. Le but étant de préparer le terrain afin d’assurer une continuité dans la gestion durable des milieux une fois le programme Life terminé.
-  Enfin, l’organisation de journées « grand public » a permis de présenter le projet et les actions réalisées et de sensibiliser la population aux enjeux liés à la protection de la biodiversité.
Fin 2010, le programme Life arrivera à son terme. Durant les mois qui restent, une attention particulière sera portée à la consolidation des outils de gestion mis en place afin de renforcer les acquis et d’assurer une pérennité au projet dès 2011.

L’ « After-Life »

Une série d’outils devraient faciliter la poursuite du travail accompli entre 2006 et 2010. Ainsi, la mise en place d’un GIS (Global Information System) par la Défense constituera une aide précieuse pour les militaires chargés de la gestion environnementale des domaines.

En outre, la Convention entre la Défense et la Région wallonne pour la gestion des « zones boisées et d’intérêt biologique » dans les camps militaires est un instrument capital qui permettra de gérer efficacement les suites du Life. En effet, les Commissions « Aménagement et Travaux » instaurées par cette Convention devront établir, pour chaque zone, un plan de développement naturel, rédigé par l’équipe du Life Natura2MIL, dans lequel seront précisés divers éléments de gestion et d’usage des terrains concernés.

Enfin, toujours en vertu de cet accord, les fonds récoltés par l’exploitation forestière sur les domaines continueront à financer des actions ayant à la fois un intérêt militaire et « nature ». « Ce sera notre meilleur outil en vue de l’After-Life, conjugué avec un cadre de concertation qui a déjà fait ses preuves ! », écrit Hervé Pirard dans sa newsletter de décembre 2009.

La cohabitation harmonieuse des chars et des tritons devrait donc se poursuivre sans trop de difficultés dans les années à venir !

Pour en savoir plus : http://biodiversite.wallonie.be/offh/LIFENATURA2MIL/home.html




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens