La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Les Seychelles mettent les PIED au coeur de l’enjeu climatique
Pierre Titeux  •  11 novembre 2014  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre

-

Lors de l’ouverture lundi à Apia (Samoa)de la conférence internationale sur les petits États insulaires en développement (PIED) le président des Seychelles, James Michel, a appelé à une action plus décisive contre le changement climatique. « Nous sommes venus ici non pas pour prier, mais pour faire valoir nos droits. Notre droit à une vie décente. Notre droit à la survie dans un monde de plus en plus cynique et manipulateur, dominé par les grandes entreprises. Notre mode de vie que nous voulons léguer aux enfants de nos îles et de leurs enfants. Notre droit au développement qui enrichit notre qualité de vie. Notre droit d’exister » a-t-il déclaré.

D’après un communiqué, le Président Michel a noté que la mondialisation mesure la richesse par des indices tels que le PIB par habitant et oublie les gens. Evoquant les défis auxquels les PIED sont confrontés, le président seychellois a insisté sur le fait que 2015 devaiit être l’année où le monde termine le débat et la rhétorique sur le changement climatique et agit enfin de manière décisive : « Il est temps que nous reconnaissions le changement climatique pour ce qu’il est : un crime collectif contre l’humanité. Le changement climatique sera le plus grand motif de déplacement des populations dans les 50 prochaines années. Le changement climatique prive les nations insulaires de leur droit d’exister. Nous devons sauver notre avenir ensemble. »
« Face à cette menace, nous, les petits Etats insulaires en développement, sommes en première ligne. Nous n’avons pas les dernières technologies pour nous adapter au problème.Nous n’avons pas non plus la puissance économique pour imposer des sanctions à ceux qui sont le plus coupables du réchauffement. Tout ce que nous avons est notre volonté collective pour faire la différence », a-t-il ajouté lors de la séance d’ouverture.
A l’approche de la Conférence annuelle des Nations-Unies sur le Climat qui se tiendra à Lima début décembre, M. Michel a estimé que les petites îles étaient « la conscience des négociations ». Il leur a demandé de se faire entendre partout dans le monde.

Source : Seychellesnewsagency




 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens