La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Mieux manger revient de plus en plus cher
Fil d’infos  •  20 octobre 2014  •  Alimentation

-
Selon une étude britannique, 1000 calories d’aliments réputés sains coûtent 9,4 euros, soit trois fois plus que 1000 calories d’aliments moins bons pour la santé. Le fossé s’est creusé en une décennie. Cette préoccupation relative à l’accès du plus grand nombre à une consommation alimentaire durable est précisément au centre du la Journée de réflexion co-organisée par La Fédération Inter-Environnement Wallonie, Solidaris – Mutualité Socialiste, la Province de Hainaut, Espace Environnement et le Réseau des Consommateurs Responsables. Qu’elle fasse salle comble témoigne également du fait qu’il s’agit là d’une préoccupation actuelle des citoyens.

Source : lanutrition.fr, auteur : Juliette Pouyat.

Manger sain a un coût. C’est en tout cas ce que suggère une étude parue dans PLOS One [1] : entre 2002 et 2012, un écart croissant s’est installé entre le prix des aliments sains et celui des aliments moins sains. Lorsque le prix est rapporté au nombre de calories, les aliments sains sont 3 fois plus chers en 2012 que les aliments moins bons pour la santé.

La malbouffe est un facteur de risque d’un bon nombre de maladies chroniques et pèse lourd sur les dépenses de santé. Parmi les facteurs qui peuvent limiter la consommation de produits sains, il y a le coût. Dans une enquête réalisée en 2013, les consommateurs britanniques ont révélé que le prix était un critère très important dans leurs choix alimentaires, 39% déclarant qu’il était le plus important et 91% le classant dans les 5 premiers critères de choix. Au contraire, seulement 9% des consommateurs estiment que l’aspect santé d’un aliment est le critère de choix le plus important et 49% placent ce critère dans leur top 5. Ces résultats laissent penser que le critère « prix » est bien plus important que le critère « santé » dans leurs choix alimentaires.

Dans cette étude, les chercheurs du Centre for Diet and Activity Research (CEDAR) de l’Université de Cambridge ont analysé l’évolution du prix de 94 produits alimentaires et boissons fréquemment consommés entre 2002 et 2012. Ces 94 produits font partie du « panier » utilisé pour calculer l’inflation au Royaume-Uni. Les chercheurs ont rapporté le prix des aliments à leur composition nutritionnelle.

Les résultats montrent que les aliments les plus sains sont toujours plus chers que les aliments moins sains et que leur prix a augmenté plus fortement au cours du temps.

Au Royaume-Uni, le prix des produits alimentaires a augmenté plus vite que le prix de n’importe quelle autre marchandise au cours des dernières années. Les résultats de cette étude montrent que l’augmentation des prix des aliments sains est encore plus importante, ces produits « bons pour la santé » deviennent donc de plus en plus chers au fil du temps.
La hausse de prix enregistrée pour les aliments les plus sains au cours de la décennie 2002-2012 est en moyenne de 2,3 euros/1000 kcal alors que la hausse de prix pour les aliments les moins sains n’est que de 0,9 euros/1000 kcal.

En 2002, acheter 1000 kcal provenant d’aliments sains revenait à environ 7 euros contre 2,2 euros pour la même quantité de calories provenant des aliments moins sains. En 2012, ce coût avait atteint 9,4 euros et 3,1 euros pour les aliments les plus sains et les moins sains respectivement.

Selon les chercheurs, cette tendance encourage les consommateurs à se tourner vers les aliments les moins sains en raison de leur prix plus bas.

« L’augmentation de la différence de prix entre les aliments les plus sains et les moins sains est un facteur qui peut contribuer à l’insécurité alimentaire croissante, l’augmentation des inégalités de santé et une détérioration de la santé de la population » dit Nicholas Jones, auteur de l’étude.

Les auteurs pensent que la politique agricole peut influencer la disponibilité et le prix des aliments et ainsi orienter le choix des consommateurs vers des aliments sains et avoir ainsi un impact positif sur leur santé.


[1Nicholas R. V. Jones, Annalijn I. Conklin, Marc Suhrcke, Pablo Monsivais. The Growing Price Gap between More and Less Healthy Foods : Analysis of a Novel Longitudinal UK Dataset. PLoS ONE, 2014 ; 9 (10) : e109343 DOI : 10.1371/journal.pone.0109343



 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens