La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Nouvel hôpital luxembourgeois : la clé des champs pour la mobilité durable ?
6 août 2015  â€¢  Mobilité douce  â€¢  Transport en commun  â€¢  Vélo  â€¢  Accessibilité / Mobilité

-
Le Gracq, Chemin du rail, Navetteurs.be, les Amis du Rail de Halanzy (ARH) et IEW viennent d’envoyer une lettre ouverte au monde politique et hospitalier luxembourgeois pour attirer son attention sur la localisation peu durable d’un point de vue environnemental, de la santé et de la mobilité du futur hôpital de la région.

Se déplacer sans voiture dans la Province de Luxembourg est de plus en plus difficile. Ce constat, bien connu des résidents, n’est pas neuf. Et les raisons de cet état de fait sont connues depuis longtemps : éparpillement de l’habitat, suppression des commerces de proximité, entreprises le long des autoroutes, absence d’infrastructures cyclables, aménagements routiers pensés uniquement pour la voiture, absence de services de transport en commun adaptés, etc.

Les politiques d’aménagement du territoire et de mobilité qui ont conduit à cette dépendance, décriées par de plus en plus d’acteurs, ne semblent hélas pas abandonnées dans le sud de la Belgique ! Alors que les hôpitaux existants y bénéficient d’une bonne accessibilité à pied, à vélo et en transports en commun, nous sommes consternés d’apprendre que la localisation du nouvel hôpital qui les remplacerait n’autoriserait, tant il est éloigné de tout centre urbain, que la voiture.

Un tel choix, qui entraînera nécessairement à la fois une augmentation des pollutions - dont de nombreuses nocives pour la santé - et une diminution de la pratique d’exercices salutaires comme la marche et le vélo, est étonnant de la part du monde médical.
D’autant plus qu’au sein de celui-ci, de plus en plus de voix se font entendre pour une véritable prise en compte des enjeux environnementaux – notamment climatiques - et de leurs impacts sur la santé humaine. Des associations de médecins recommandent ainsi à leurs membres d’encourager les patients à une pratique plus régulière de la marche et du vélo, insistant à la fois sur les bénéfices directs pour la santé et indirects via des comportements respectueux de l’environnement.

D’aucuns avanceront que les patients viennent préférentiellement à l’hôpital en voiture notamment du fait de leur état de santé plus ou moins grave. C’est certes correct, mais, à côté de ces patients, il y a de nombreuses personnes qui pourraient se déplacer en transport en commun ou en mode doux : le personnel hospitalier (plus de 1000 personnes !), une partie des visiteurs, les personnes qui viennent pour des consultations ou des examens de routine ou plus légers...

Pour accéder à un hôpital, la multimodalité nous semble de mise pour tous les avantages qu’elle recèle en matière tant environnementale que de santé, mais aussi pour des raisons sociales : quelles solutions pour les ménages sans voiture (17% des ménages wallons) ?

Si la voiture reste le mode d’accès principal à un hôpital, et cela nous ne le contestons pas, nous ne voulons pas qu’elle en soit le mode d’accès exclusif.

Pour toutes ces raisons nous demandons que des études soient menées qui prennent en compte ces arguments et abordent sans tabou les options du maintien des implantations existantes, rénovées et agrandies si nécessaire et si possible.

Si ces options s’avèrent impossibles, nous demandons que la nouvelle localisation soit pensée en intégrant la dimension « multimodalité » en matière d’accessibilité au site. Il est en effet inutile de demander à la SNCB de réinvestir pour le train dans la province, si c’est pour tout placer loin des gares. Il est inutile de demander aux TEC des navettes de bus supplémentaires, qui seront vides si l’on met les destinations dans des endroits excentrés aux temps d’accès prohibitifs. Il est enfin illusoire de demander aux gens d’adopter un mode de vie plus sain, moins sédentaire, si l’on met toutes les activités hors de portée de nos deux jambes...




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens