La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Nucléaire : 4 ans après Fukushima, les leçons n’ont pas été tirées !
Gaëlle Warnant  •  17 avril 2015  •  Nucléaire

-
Depuis l’accident de Fukushima en mars 2011, les préoccupations en matière de sécurité nucléaire ont débouchés sur des initiatives coordonnées de la part la Commission européenne et du groupement européen des autorités de sûreté nucléaire (ENSREG) dans l’idée d’évaluer le niveau de sûreté des centrales et surtout d’envisager des actions correctrices qui permettraient de faire face à des accidents majeurs. Un rapport de Nuclear Transparency Watch (NTW) vient de paraître, rapport qui indique clairement que les pays de l’UE ne sont pas suffisamment préparés et pointe les manquements dans les plans de préparation et d’intervention d’urgence en cas d’accidents nucléaires.

En investiguant les différents plans d’urgence (Emergency Preparedness & Response – EP&R), NTW relève des manquements inquiétants, notamment que ces plans sont principalement conçus pour répondre à des accidents d’un degré 5 sur l’échelle INES et qu’ils sont insuffisants si un accident de degré INES 7 (niveau de Tchernobyl et Fukushima) survenait.

"La catastrophe de Fukushima a mis en lumière un certain nombre de dysfonctionnements très graves. Dans une de la ville évacuée, Futaba, les patients de l’hôpital ont été laissés seuls pendant trois jours car le personnel médical s’était enfui. La panique a rendu les plans inutiles, malgré le fameuse "discipline japonaise". Outre les réactions imprévisibles, les plans théoriques se sont révélés totalement inefficaces. Il y a de nombreux faits choquants. Certains patients ont été transportés dans des endroits sans dispositions de soins et la zone d’évacuation a été mal définie et trop petite (elle a sauté arbitrairement de 2 km à 3 km, puis à 10 et 20 km, tandis que les autorités américaines ont ordonné à leurs expatriés de quitter la zone dans un rayon de 80 km). Aujourd’hui, les villes sont de plus en plus dense d’une manière qui n’est pas prise en compte et pose des problèmes insolubles", a déclaré Michèle Rivasi, Présidente de NTW et députée européenne.

Les lacunes des EP&R se situent à différentes niveaux :

- Exercices d’urgence : les autorités régionales et nationales seraient insuffisamment préparées. Insuffisance de personnel spécifiquement formé et affecté à ces situations d’urgence, plans d’évacuation lacunaires, absence d’exercices de grande ampleur qui impliqueraient la population…Plus grave, les leçons tirées d’exercices précédents ne seraient pas intégrées dans les plans actualisés, ni communiquées aux différentes parties prenantes.

- Mise à jour des changements : les plans d’urgence évolueraient trop lentement et n’intègreraient pas les changements d’infrastructures et d’aménagement du territoire. Les applications technologiques et médias ne seraient pas encore prises en compte comme des outils potentiels de la communication en situation d’urgence nucléaire.

- Communication : les différents exercices d’urgence indiquent que la communication entre les autorités et organismes concernés en cas d’accident s’avèrerait déficiente.

- Distribution des tablettes d’iode : il existe une grande disparité entre pays en matière de périmètre d’évacuation et de distribution d’iode, ce qui complique la bonne gestion transfrontalière en situation de crise. Le rapport constate qu’à l’heure actuelle, une partie de la population résidant dans les zones d’évacuation ne dispose pas de tablettes d’iode. En Belgique, une pré-distribution de ces tablettes est effectuée dans un rayon de 20km autour des centrales. Un rayon insuffisant comme vient de le confirmer le dernier rapport du Conseil supérieur de la Santé belge qui insiste « sur élaboration et la planification d’une stratégie de distribution rapide aux populations cibles, et ce à des distances allant jusqu’à 100km et plus du lieu de l’accident ». En dehors de ce rayon de 20km, des stocks d’iode sont disponibles mais distribués après un accident. Or, la prise immédiate de ces tablettes joue un rôle crucial pour la protection de la thyroïde.

- Normes sanitaires pour les aliments : il y a un besoin évident de clarification des normes sanitaires imposées aux aliments susceptibles d’avoir été irradiés suite à un accident et surtout d’une harmonisation de ces normes. Les normes proposées par la FAO ou l’OMS diffèrent des normes européennes. Même au niveau européen, les seuils tolérés diffèrent d’une situation à l’autre (ex. l’EU tolérait un seuil de 370 Bq/kg pour le Césium 137 dans les produits laitiers importés d’Ukraine après Tchernobyl et un seuil de 200 Bq/kg pour Cs-137 dans les produits laitiers importés du Japon après Fukushima). Une telle cacophonie n’incite pas du tout à la confiance de la part des consommateurs.

NTW demande instamment au Parlement européen, à la Commission européenne, aux gouvernements nationaux, aux organismes régionaux et aux municipalités, ainsi qu’aux exploitants nucléaires, de donner accès aux informations pertinentes et de soutenir la participation des citoyens intéressés, les initiatives citoyennes et les organisations de la société civile dans la préparation des plans d’urgences nucléaires.

Le rapport de groupe de travail "Emergency Preparedness & Response" de NTW est disponible sur leur site :http://www.nuclear-transparency-watch.eu/fr/activites/preparation-et-reponse-aux-accidents-nucleaires/ntw-publie-son-rapport-sur-la-preparation-et-la-gestion-des-crises-nucleaires.html




 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens