La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Pourquoi protéger la biodiversité ?
Virginie Hess  •  22 mai 2014  •  Biodiversité

-

La diversité biologique est le résultat de 3 milliards d’années d’évolution et repose sur un jeu complexes d’interactions. L’équilibre de ce vaste réseau vivant dont nous faisons partie est fragile : une seule extinction peut aboutir à la disparition de nombreuses espèces et à la déstabilisation d’écosystèmes entiers.

A l’échelle de la Région wallonne, 31 % des espèces qui ont été étudiées sont menacées de disparition, tous groupes confondus. Et près de 9 % d’entre elles ont déjà disparu du territoire régional [1]. Papillons, chauve-souris, libellules, reptiles et poissons représentent les espèces les plus touchées.
La fragmentation des habitats naturels figure parmi les causes majeures de l’érosion de la biodiversité. Liée d’une part à l’urbanisation galopante et au développement des infrastructures routières et ferroviaires qui morcellent le territoire et d’autre part aux pratiques agricoles et sylvicoles intensives (perte des haies, enrésinement des forêts, etc.), elle provoque l’isolement des populations d’espèces. Ces dernières, privées de corridors naturels, doivent renoncer aux déplacements nécessaires à leur survie et finissent par s’éteindre. En préservant et en renforçant le réseau écologique sur le territoire, il est possible de lutter directement contre cette menace de fragmentation.

Mais la biodiversité wallonne souffre également des effets de la pollution des sols et des cours d’eau, du changement climatique ainsi que de l‘introduction d’espèces exotiques. Au-delà du maillage vert, la qualité de l’environnement est donc indispensable à la survie des organismes et à leur reproduction.

Pourquoi protéger la biodiversité ?

L’air respirable, l’eau potable, les paysages variés, les terres productives, les mers abondantes, le climat et d’autres services écologiques sont des manifestations des rouages de la vie. L’homme appartient à ce tissu vivant planétaire et en dépend. Pour la fédération IEW, il est urgent de questionner notre rapport à la nature aujourd’hui et d’envisager de nouveaux modes de cohabitation entre développement socio-économique et biodiversité.

« Il s’agit de passer de la vision d’un univers d’objets que l’homme est destiné à manipuler et à asservir à la vision d’une nature vivante dont il faut respecter les régulations et les diversités. Passer de la vision d’un homme "sur-naturel" à la vision de notre interdépendance complexe avec le monde vivant, dont la mort signifierait notre mort ». (Edgar Morin)

Analysons maintenant les réponses des partis politiques à la question que nous leur avons proposée :

Le parti rédige-t-il des politiques spécifiques afin d’enrayer l’érosion de la biodiversité en Wallonie ?

En très résumé :

En détail (indispensable pour comprendre le résumé ci-dessus !)

Citations du programme qui répondent à la question

Multiplier les campagnes de sensibilisation de type « plan abeille », « plan Maya » afin de sauvegarder d’autres espèces ;
Maintenir l’effort tout en modernisant les outils tels qu’un code « nature », qui réformerait la loi de la Conservation de la Nature ;
Asseoir et valoriser le réseau Natura 2000 tout en l’adaptant aux réalités locales et technico-économiques ;
Rationnaliser les moyens financiers et humains : utiliser les moyens financiers publics ou issus de systèmes de compensation en ciblant des projets efficients ;
Simplifier et alléger les procédures en matière de plan de gestion des sites naturels mais aussi de protection de territoires domaniaux et permettre aux autres acteurs de la ruralité, de protéger et d’entretenir leur propre patrimoine nature ;
Intégrer le facteur Biodiversité dans les réflexions d’aménagement du territoire en intégrant la notion de réseaux écologiques dans les opérations de planification comme les remembrements ou les plans communaux d’aménagement ;
Appliquer, adapter et compléter des outils d’intégration écologique comme le « réseau Wallonie nature » afin de garantir une gestion transversale et pragmatique de la « Nature ordinaire »

Commentaire d’IEW

Les mesures proposées par le cdH ne semblent pas répondre au constat d’une perte de la biodiversité préoccupante en Wallonie. Le programme vise essentiellement une meilleure communication et une rationalisation des outils et des moyens existant alors que le faible niveau de protection de la biodiversité, les pressions croissantes liées à l’agriculture, l’urbanisation et les changements climatiques appellent une politique plus volontariste.

Citations du programme qui répondent à la question

Aux plans national et régional, les causes de régression de la biodiversité ne sont toujours pas enrayées : manque de transversalité des politiques, agriculture intensive, dispersion des polluants, régression des habitats suite à l’urbanisation ... etérosion des sols. (…)
En ville et en milieu rural, il convient d’amplifier le développement d’un réseau écologique (…) .
La mise en oeuvre du réseau Natura 2000 a connu des difficultés administratives (...). Il s’agit maintenant de donner un statut définitif et d’accélérer l’adoption de mesures de gestion réalistes, concertées et suffisamment fortes pour restaurer l’état de conservation des habitats et des espèces et garantir le maintien de la qualité biologique de chacun des sites. Pour tous les sites protégés, des outils fonciers, tels l’élargissement des mécanismes de droit de préemption au bénéfice des autorités publiques, doivent être envisagés et un financement particulier des communes présentant une forte densité de sites d’intérêt biologique doit être organisé. (…) Enfin, Ecolo veut développer une réflexion stratégique sur les outils publics de conservation. (…)
Ecolo entend travailler à l’élaboration de sources alternatives de financement au bénéfice de la conservation de la biodiversité. Un Fonds Nature wallon doit être créé à cette fin. (…)

 
Commentaire d’IEW

Les propositions du programme d’Ecolo sont concrètes pour renforcer la mise en oeuvre de Natura 2000, mais également pour doter de moyens d’action les pouvoirs publics régionaux (droit de préemption) et communaux (financement adapté). Ecolo compte élargir le socle de financement des actions en faveur de la biodiversité via la création d’un « Fonds nature ».

Citations du programme qui répondent à la question

Poursuivre la mise en oeuvre du décret Natura 2000 et faire accroître la part du territoire wallon ayant le statut de réserve
naturelle (actuellement 13.12%) de 10000 hectares.
(…) L’IWEPS note à cet égard une érosion de la biodiversité en Wallonie : de nombreuses espèces sont en déclin et certaines sont menacées ou ont déjà disparu. Les FDF sont favorables à une augmentation sensible du parc naturel protégé en Wallonie

Commentaire d’IEW

Le programme du FDF affiche une ambition volontaire en matière de protection de la biodiversité. Les mesures sont cependant peu nombreuses et peu concrètes.

Citations du programme qui répondent à la question

La biodiversité nécessite la mise en place d’un cadre protecteur et, dans nos régions, une intervention humaine constante. (…) On constate une légère érosion de la biodiversité en Région
wallonne. Il importe de protéger les habitats naturels et les espèces animales ou végétales menacées. Le statut de
conservation des espèces en Wallonie est défavorable à hauteur de 40 %. (...)
Adopter une Stratégie Wallonne pour la Biodiversité, fondée sur l’analyse globale et locale de la situation, fixer des objectifs ambitieux pour la décennie 2010-2020 et associer tous les acteurs de notre Région à la mise en oeuvre de cette politique à l’échelle de la région, au niveau local, dans les différentes activités humaines et dans la vie de chacun ;
Favoriser le maillage écologique en Région wallonne (...), dans le cadre d’un vaste programme de plantations d’arbres au travers de nos villes et campagnes ;
Mieux gérer nos espaces naturels importants, c’est-à-dire favoriser la création de réserves naturelles, restaurer les écosystèmes, protéger de façon ciblée les espèces menacées (en conciliant les activités humaines et économiques) et favoriser la participation pour la mise en oeuvre de Natura 2000 ; (...)


Commentaire d’IEW

L’enjeu de la biodiversité à l’échelle régionale est bien présent dans le programme du MR. Les politiques envisagées sont pertinentes et relativement ambitieuses, avec des mesures concrètes. Cette ambition se heurte cependant aux propositions défendues en matière agricole, ou seul l’intéressant « partenariat entre les autorités locales et régionales et le monde agricole pour développer des actions en faveur de la préservation et de la plantation de haies, vergers et zones de nature » crée un pont entre les deux domaines.

Citations du programme qui répondent à la question

A tous les niveaux de pouvoir, le PS propose de (...) renforcer la stratégie et les actions concrètes mises en oeuvre en vue de préserver la nature, enrayer réellement le déclin de la biodiversité et si possible la restaurer à l’horizon 2020, du niveau local à l’échelon international.
Au niveau wallon, le PS propose de (…)
Poursuivre le développement de réserves naturelles et du programme Natura 2000 – qui constituent un réseau de sites à protéger et qui sont les principaux outils de gestion de la biodiversité – en renforçant la dynamique partenariale entre les pouvoirs publics, les associations et les propriétaires des sites concernés.
Concrétiser le plan « Wallonie nature » en évaluant les impacts sociaux, économiques et environnementaux des mesures proposées et en se concentrant sur les mesures les plus efficaces
au meilleur coût.
Améliorer la mobilisation des citoyens et des acteurs publics et privés pour la préservation de la nature et de la biodiversité en favorisant la mise à disposition d’informations claires et la gestion partagée (notamment par les contrats de rivières, les plans communaux de développement rural et des plans équivalents à développer en zone urbaine).
(…)
Développer les maillages environnementaux (par exemple les forêts, parcs, zones naturelles, haies et arbres, zones de fauchage tardif, rivières, marais et étangs) sur le territoire wallon en vue d’améliorer la biodiversité et le cadre de vie, d’augmenter le tourisme et les loisirs et, pour ce qui concerne l’eau, de mieux lutter contre les inondations ;
Concilier le développement agricole et la préservation de l’environnement et de la biodiversité.

Commentaire d’IEW

Volontariste à tous les niveaux de pouvoir, le programme du PS nomme les enjeux du déclin de la biodiversité. Plusieurs mesures soutiennent la restauration de la biodiversité mais restent peu concrètes, notamment en ce qui concerne les moyens à y affecter.

Citations du programme qui répondent à la question

Néant

Commentaire d’IEW

Le programme du PTB-Go n’aborde pas les questions relatives à la biodiversité.

Vous pouvez retrouver l’analyse par IEW de la prise en compte d’autres questions environnementales dans les programmes de partis soit en consultant les 9 autres articles de cette niews (vous bénéficierez dans ce cas d’une mise en contexte de la mesure), soit à partir du communiqué de presse disponible ici.


[1Tableau de bord de l’environnement Wallon, SPW, 2010.



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens