La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Vesdre et revers de l’histoire…
Sophie Dawance  •  17 décembre 2007  •  Aménagement du territoire

-
Le Ministre wallon de l’Agriculture, de la Ruralité, de l’Environnement et du Tourisme Benoît Lutgen a annoncé, sans ambiguïté, son intention de s’opposer à tout projet impliquant la couverture d’un cours d’eau en Wallonie. Le Ministre a choisi de communiquer sa décision lors d’une conférence de presse organisée à… Verviers.

Verviers où le promoteur néerlandais Foruminvest vient d’introduire une demande de permis pour la construction d’un centre commercial de 32.000 m2 au c½ur de la ville, recouvrant la Vesdre sur une longueur de près de 130 mètres !! Un comble dans la capitale de l’or bleu wallon, a souligné le Ministre Lutgen ! Pourquoi ? D’abord parce que le recouvrement d’une rivière va à l’encontre de l’objectif global poursuivi par la Région wallonne en matière de protection des eaux : la Directive cadre Eau nous enjoint en effet d’atteindre un bon état qualitatif de l’eau à l’horizon 2015, c’est-à-dire un bon état biologique, chimique, physicochimique et morphologique de nos ressources en eau. Or, un recouvrement provoquerait inévitablement une diminution de la biodiversité. Ensuite, le Ministre estime que la couverture d’un cours d’eau porte atteinte à sa fonction sociale et touristique : « De nombreuses villes ont décidé de remettre en valeur ce patrimoine naturel. Loin de s’opposer, développement économique et protection de l’Environnement vont de paire. La valorisation des cours d’eau en milieu urbain est bénéfique pour l’environnement, la cohésion sociale, le développement économique et touristique d’une région. » La couverture de la Vesdre ce sera donc NIET ! Voilà qui est pour le moins gênant pour le promoteur du projet… et le Collège verviétois qui soutient le projet sans ambages. Nul doute que les pressions seront fortes…

Cette déclaration du Ministre Lutgen prend l’allure d’un pied de nez du destin dans l’histoire riche en rebondissements de ce projet commercial… En effet, en juin 2007, le Collège des Bourgmestre et Echevins de la ville de Verviers, conforté par le Ministre des pouvoirs locaux, Philippe Courard, refusait l’organisation de la consultation populaire sollicitée par plus de 7000 verviétois (voir ici pour plus d’infos). Argument : la question proposée par les citoyens portait sur une compétence régionale en ce qu’elle évoquait la couverture de la Vesdre. Le Code de la démocratie locale précise en effet en son article L1122-30 qu’une consultation populaire peut avoir lieu « sur toute matière d’intérêt communal ». Or, en vertu de la Loi du 28 décembre 1967 relative aux cours d’eau non navigables, « les particuliers, les polders, les wateringues et les établissements publics ne peuvent exécuter des travaux extraordinaires de modification aux cours d’eau non navigables qu’après avoir été autorisés : par le Roi (lire le GW), sur la proposition du Ministre de l’Agriculture (lire ayant l’eau dans ses attributions), pour les travaux qui concernent les cours d’eau de la première catégorie (ce qui est le cas de la Vesdre à partir d’Eupen) ». Ce rôle de la Région dans la procédure fût sans doute considéré comme le salut par la Commune, qui était manifestement très peu désireuse d’entendre la voix des citoyens sur le sujet… Il représente plutôt aujourd’hui une épine dans son talon !

Pour en savoir plus : le site de Vesdre avenir




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens