La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
C’est du lourd !
Véronique Hollander  •  19 mars 2015

-
Camions, chasse, SNCB, décret, pesticides, labels, déchets...

FédérationRetour ligne automatique
Mobilité et Aménagement du territoireRetour ligne automatique
Énergie - ÉconomieRetour ligne automatique
Nature - Agriculture - Ressources - Santé

Fédération

Décret de reconnaissance et de subventionnement des associations environnementales - TIC TAC l’échéance approche !

Au cas où vous reviendriez de la planète mars ou à titre de simple rappel, n’oubliez pas que vos demandes de reconnaissance doivent parvenir à l’administration pour le 31 mars au plus tard. Nous invitons également les associations qui souhaitent obtenir une relecture de leur dossier par la fédération à le communiquer à IEW (v.hollander@iew.be) au plus tard pour le 24 mars. Si ce n’est déjà fait, il est utile, dès à présent, d’examiner le formulaire afin de préparer au mieux votre dossier notamment les documents administratifs requis. Par ailleurs, même si cela n’apparait pas officiellement dans le formulaire, nous vous invitions à communiquer les statuts de votre organisation.

LaSemo
Les 10, 11 et 12 juillet prochains, le festival LaSemo investira le cadre verdoyant du parc d’Enghien. Soyez de la partie avec votre association pour souffler aux festivaliers des envies d’actions positives ! Le festival LaSemo (« la graine » en Esperanto) est reconnu unanimement pour la qualité et la spécificité de sa programmation (mélange de musique et d’arts de rue) et investit le superbe cadre du parc d’Enghien pour 3 jours de fêtes, de découvertes et de rencontres.
L’esprit du festival reste résolument « durable » et proposera cette année encore un village associatif centré sur des manières d’être et agir à la fois écologiques et solidaires, éthiques et équitables.
Cette année encore Inter-Environnement Wallonie assurera la coordination de ce village associatif, en étroite collaboration avec l’équipe du festival avec la participation aussi active qu’enthousiaste des associations qui viendront le composer.
L’objectif est de créer un espace vivant et attrayant, proposant aux festivaliers des actions concrètes pour construire un monde « durable », respectueux de l’environnement et des ressources, un monde solidaire, plus juste et équitable, accessible à tous, où les droits des citoyens et des populations sont reconnus.
Participer ? La conception et la mise en place de ce village seront le fruit d’une réflexion collective, d’un travail en commun impliquant l’ensemble des associations participantes. Le coup d’envoi de ce processus a été donné, c’est le moment d’embarquer dans l’aventure !
L’accent sera mis sur :

  • l’action collective pour des projets durables. Des actions à réaliser soi-même et surtout ensemble !
  • des animations pratiques montrant que derrière les mots et les déclarations de principe, il y a des actes, des gestes simples… à la portée de tous ;
  • une interaction forte et multiforme : entre festivaliers, entre permanents des stands et entre stands eux-mêmes (associer conservation de la nature et handicap, solidarités et mobilité douce, alimentation durable et relations nord-sud, etc.).
    Pour ajouter votre pierre et la maison de votre association à ce village engagé et vivant, votre présence à ces temps de prépa/coordination est indispensable.
    Quand ? Avant le festival, deux réunions de prépa/coordination : le 22 avril 16h et le 27 mai 16h

Mobilité et Aménagement du territoire

Poids lourds : prélèvement kilométrique
Un prélèvement kilométrique pour les poids lourds sera introduit en Belgique en 2016, à l’instar de ce qui se fait déjà en Allemagne, Autriche, Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie, Suisse. IEW est active sur la thématique depuis de nombreuses années ; elle publiait ainsi, en 2007, un avis sur la transposition de la directive européenne relative à ces matières, qui a été révisée depuis. Dans le cadre du débat politique actuel, IEW a publié une carte blanche dans l’Echo le 25 février. Le plaidoyer d’IEW vise à encourager le Gouvernement à garder le cap, sans céder aux pressions de certains transporteurs : dans les États européens où un prélèvement kilométrique a été introduit, le cataclysme socio-économique annoncé par quelques milieux économiques ne s’est jamais produit. Les recommandations d’IEW visent notamment à étendre le réseau sur lequel un prélèvement sera perçu et à affecter une partie des recettes à des fins préventives (amélioration des modes alternatifs à la route réduisant la pression sur le réseau routier), complémentairement à une approche curative (remise en état du réseau). La carte blanche d’IEW a reçu une écoute attentive du Ministre du Budget, pilote du dossier, qui y a fait référence au Parlement.

Nouveau plan transport SNCB
Un nouveau plan de transport est en application depuis le 14 décembre 2014 sur le réseau ferroviaire belge, en ont découlé des changements sur les horaires de la plupart des trains. Ce changement était attendu car la forte augmentation des voyageurs ces dernières années et l’évolution du matériel roulant en conséquence impliquaient des adaptations. Les travaux planifiés sur l’infrastructure ferroviaire devaient également être intégrés dans l’organisation de la circulation des trains. IEW a suivi ce dossier dès ses prémisses. Nos revendications, élaborées en collaboration étroite avec nos deux associations membres l’ACTPet Navetteurs.be, concernaient l’amélioration du service offert aux voyageurs de manière générale : amélioration de la ponctualité en premier lieu, organisation fiable des correspondances, renforcement de la capacité sur les lignes fortement chargées et une desserte minimale d’un train par heure sur l’ensemble des lignes, voir l’avis ici. Malheureusement, la culture de la concertation n’est qu’à ses balbutiements au sein de la SNCB. Par ailleurs, les décisions d’économies prises en fin de législature par le gouvernement fédéral, cumulées aux nouveaux efforts budgétaires conséquents imposés au groupe SNCB par le nouveau gouvernement en place ont rendu l’équation difficile. Dès lors, les nouveaux horaires en vigueur sont loin de satisfaire l’ensemble de nos revendications. Si certaines relations, principalement à destination de Bruxelles, ont été améliorées et renforcées rencontrant le souhait de nombreux navetteurs ; ailleurs, l’offre de transport s’est vue dégradée avec la suppression de trains en début et fin de journée. Et partout, l’allongement des temps de parcours semble déraisonnable. IEW a été sollicité par les parlementaires fédéraux en charge du dossier pour remettre une évaluation écrite de ce plan transport en vigueur depuis maintenant 3 mois. Ce document d’analyse d’une trentaine de pages, élaboré avec Navetteurs.be, Test-Achat et l’association flamande TreinTramBus également sollicités par nos députés, sera remis ce vendredi 20 mars. Nous y exprimons notre demande pour que la SNCB organise dès aujourd’hui une réelle concertation en vue de préparer le prochain plan transport annoncé pour 2017. Et nous rappelons au politique sa responsabilité dans la mise à disposition des moyens budgétaires nécessaires pour permettre de faire du train, mode de transport durable, une vraie solution de déplacement attractive.

Formations en aménagement du territoire
Nos formations, ouvertes à tout public, ont pour objectif de consolider vos connaissances et d’ouvrir la réflexion en aménagement du territoire. Les formations d’IEW sont reconnues par le Conseil des Géomètres-experts.
Il y aura cette année trois " Décodages de l’Aménagement ", en mai, juin et juillet, sur les thèmes suivants :

  • les parcs naturels,
  • les carrières et la biodiversité,
  • les quartiers nouveaux et la qualité urbaine.

Ils se déroulent le mercredi, de 10 à 13h.
Le cycle des " Mardis du Territoire " reprendra, comme chaque automne, de 12 à 14h, avec cinq rendez-vous sur les sujets suivants :

  • Trames bleue, verte, orange,
  • Le beau,
  • Le kit de réparation de l’étalement urbain,
  • Le remembrement agricole,
  • Villes-champignons, quartiers "dessinés d’en-haut", urbanisme spontané.
    Au plaisir de vous y revoir.

Énergie - Économie

Clé Verte : la promotion 2014
Les chiffres du « cru » Clé Verte pour 2014 sont sortis en début de cette année : 28 labellisés à Bruxelles (dont 26 renouvellements) et 16 labellisés en Wallonie (dont 15 renouvellements).
A Bruxelles, les nouveaux labellisés sont deux hôtels : le Silken Berlaymont et l’Hilton Brussels City. Près de 20 % des chambres d’hôtel reconnues par la Cocof et 80 % de la capacité en auberges de jeunesse qui jouissent du prestigieux écolabel. En Wallonie, c’est le gîte La Sylve qui est le nouveau venu, plusieurs gîtes, des hôtels et 7 auberges de jeunesse sur 8 sont labellisées.
Pour rappel, la Clé Verte - Green Key en anglais - est un écolabel international neutre et indépendant destiné aux établissements touristiques. Créé en 1994 et géré au niveau international par une association sans but lucratif (la FEE - Fondation pour l’éducation à l’environnement), il récompense aujourd’hui plus de 2.300 structures dans 47 pays. Dans les deux régions (Bruxelles-Capitale et Wallonie), sa mise en œuvre est assurée par la Fédération Inter-Environnement Wallonie en collaboration avec différents partenaires, dont Wallonie-Bruxelles Tourisme, visit.brussels, la Brussels Hotels Association et Brussels Special Venues.
Le label est décerné annuellement, à l’issue de procédures strictes de contrôle et d’une évaluation des dossiers en jury. Pour obtenir le label, les candidats doivent se conformer à une série de critères impératifs et obtenir 30 % des points possibles sur les critères optionnels. Pour conserver le label, ils doivent s’améliorer d’année en année et prouver leurs nouvelles « performances ». Les critères d’attribution du label concernent une dizaine de thématiques au niveau desquelles les structures touristiques peuvent limiter leur impact environnemental : réduire leur consommation d’énergie et d’eau et leur production de déchets, assurer le tri sélectif des déchets, promouvoir une mobilité plus durable et les énergies renouvelables, servir un certain pourcentage d’alimentation durable, acheter des produits écolabellisés, prendre des mesures en faveur de la biodiversité, etc. Plusieurs critères ont trait, également, à l’information et la sensibilisation du personnel et des clients.
Ces lieux d’accueil n’attendent plus que vous !
Plus d’informations sur www.cleverte.be.

Pôle de compétences sur la prévention et la gestion des déchets organiques dans l’Horeca

Suite à une première réunion qui s’est tenue fin 2013, IEW a poursuivi l’organisation de ce pôle de compétences en organisant deux réunions, l’une fin 2014 et l’autre début 2015. La première rencontre était davantage axée sur la gestion des déchets et les suivantes sur la prévention du gaspillage alimentaire. Les représentants de trois organisations membres d’IEW ont participé et contribué à ces rencontres : Espace Environnement, le Comité Jean Pain et l’ADEM.
Ce pôle de compétences avait plusieurs objectifs :

  • promouvoir un échange d’informations entre experts et organisations concernées (fédérations, AFSCA, administrations et certaines de nos associations) ;
  • proposer aux autorités wallonnes des mesures/pistes d’action pour, d’une part, réduire la quantité de déchets organiques produits dans l’Horeca et, d’autre part, les gérer de manière plus écologique ;
  • préparer le travail d’adaptation des critères du label Clé Verte en matière de prévention et de gestions des déchets dans les établissements concernés par le label.
    Au total, les représentants de 14 organisations ont contribué au partage de savoirs et à la formulation de recommandations dans le cadre de ces rencontres : l’OWD (Office Wallon des déchets), l’OVAM, Bruxelles Environnement, le CRIOC, la FED Horeca Wallonie, Les auberges de jeunesse asbl, l’Agence Bruxelles Propreté, Espace Environnement, le Comité Jean Pain, Idelux-AIVE, l’UCM, Food Waste Evasion asbl / Foodwe, l’ADEM et la FEGE.
    Plusieurs présentations ont été réalisées et des documents ont été échangés, concernant les pratiques en matière de réduction du gaspillage alimentaire et de gestion des déchets par les collectivités et entreprises de l’Horeca. Des pistes de solutions ont été évoquées par les participants. Les secteurs concernés (FED Horeca Wallonie et Les auberges de jeunesse asbl) ont pu faire part des freins et opportunités rencontrés par leurs membres. A l’issue de ces rencontres un ensemble de recommandations à adresser aux pouvoirs publics concernés par ces matières a été rédigé.

Nature - Agriculture - Ressources - Santé

Chasse – consultation de la Fédération
En juillet 2012, le Gouvernement a adopté son plan de réduction des densités de grand gibier. La gestion des surdensités de notre faune sauvage était enfin prise en charge. Conformément à ce plan, le Gouvernement a ensuite révisé en profondeur l’arrêté relatif au nourrissage du gibier afin de préparer l’interdiction du nourrissage dissuasif des sangliers en dehors des périodes de sensibilité des cultures à partir d’octobre 2015. Cet arrêté prévoyait également une évaluation de cette période transitoire. La Fédération a analysé en 2013 et 2014 la gestion des populations de sangliers pendant cette période transitoire. Les conclusions sont plutôt limpides : 3% de territoires de chasse tirent 18% de tout le tableau régional en sangliers. Ces territoires « points noirs » n’ont globalement pas contribué à l’effort de prélèvement destiné à réduire les populations de sanglier pendant les saisons de chasse de 2012 à 2014. Un point positif, l’effort en terme de prélèvements dans les territoires voisins a permis de stabiliser les dégâts aux cultures !
L’administration a également remis son rapport au gouvernement. Ce rapport est également très critique et conclu notamment à la nécessité de maintenir l’interdiction de nourrissage en l’absence de risque de dégâts aux cultures tel que prévue dans l’arrêté. Le Ministre et le Gouvernement ont donc toutes les cartes en main…
Disposant de ce rapport depuis novembre, le Ministre Collin a été interpellé au Parlement ce 23 février. Sans se prononcer sur le fond, il a annoncé sa méthode et son agenda : une rapide concertation avant une décision fin mars. Parmi les différentes parties prenantes (RSHCB, FWA, Conseil Supérieur de la Chasse), la Fédération a eu l’occasion de faire part de son analyse au Ministre et ses conseillers. L’échange fut nourri et très argumenté. Pour une fois, le rapport de l’administration offrait une base objective dans ce dossier où triomphe toujours le subjectif et le passionnel. La Fédération a relevé entre autre combien cette note souligne sans ambiguïté le caractère inutile du nourrissage dissuasif dans les territoires « point noir » et combien le fait de nourrir dope les populations. La position des chasseurs est déjà connue : ils veulent nourrir 12 mois par an, avec du maïs et en automatique… Bref un retour à la case départ. Reste à connaître la décision du Ministre …
Le Ministre a également évoqué une modification de l’arrêté relatif à la destruction auquel il souhaite intégrer le renard… De même, il se conformera à la Directive Oiseaux en ce qui concerne l’ouverture de la chasse au pigeon ramier (voir la question parlementaire à ce sujet, p.8), suite au recours de la LRBPO, mais envisage d’étendre sa destruction, en fonction des cultures et des dates de sensibilité de celles-ci, sans pour autant disposer d’éléments permettant d’estimer l’importance de ces dégâts.

La Semaine Sans Pesticides commence ce vendredi !
La 8eme édition de la Semaine Sans Pesticides, coordonnée par Adaliaen Wallonie et Natagoraen Région Bruxelloise, commence demain. Pour l’ouvrir, la conférence-spectacle décalée "Graine de voyous", produite par l’asbl Ecoscenique, qui pourrait dans un avenir proche grossir les rangs d’IEW. Et pour le reste de la semaine, plus de 140 activités sont organisées dans les différentes provinces de notre région. Ces activités sont aussi l’occasion d’expliquer la nouvelle législation wallonne, qui interdit notamment l’utilisation d’herbicides sur les trottoirs et interdira à terme l’utilisation de pesticides sur l’ensemble des espaces publics, deux demandes portées depuis de nombreuses années par les associations de protection de l’environnement... Une Semaine réjouissante donc !




 
Dans la même rubrique
Soutiens