La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Climat : la COP21 se joue... maintenant !
Noé Lecocq  •  25 février 2016  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre

-
Urgence. Passés le soulagement et la satisfaction légitime du 12 décembre dernier, lorsque Laurent Fabius officialisa l’Accord mondial de Paris d’un petit coup de marteau, il faut maintenant concrétiser. Urgence. Chaque année, chaque mois, chaque semaine qui passent voient se réduire, à une vitesse que trop peu semblent encore réaliser, les possibilités de préserver une planète viable pour notre humanité. Urgence. Mais comment faire ? Prendre de bonnes décisions en ce début 2016 permettrait de préserver nos meilleures chances restantes, tandis qu’en prendre de mauvaises ruinerait nos meilleurs espoirs.

Sortir des Seventies

Nous pourrions ironiser sur l’incapacité de François Hollande à prendre ses responsabilité suite à la COP21 en maintenant ce projet anachronique et controversé d’aéroport à Notre-Dames des Landes.

Nous pourrions suggérer à Daniel Bacquelaine et à ses émules de montrer qu’ils comprennent le danger climatique en mettant ce vieux projet de liaison autoroutière Cerexhe-Heuseux/Beaufays – CHB pour les intimes – à la retraite, même s’il leur tient encore un peu à cœur (comme c’était aussi le cas pour feu Michel Daerden).

Nous pourrions argumenter auprès de Bart De Wever sur le fait qu’accepter d’ouvrir le débat sur le système de subsides dommageables à l’environnement et au climat que sont les voitures de société ne serait qu’une acceptation du fait que nous sommes en 2016 et que notre connaissance théorique – et pratique – des conséquences d’un trafic automobile hypertrophié a progressé considérablement depuis quarante ans…

Nous pourrions… mais aux nostalgiques des Seventies, nous ferons plutôt ce petit cadeau virtuel : http://www.nostalgie.be/radioplayer/?radio=31

Dur, dur d’être bébé (en 2016)

Ce qui nous intéresse, en somme, c’est de voir si ceux qui sont à la manœuvre – et qui ont tous indiqué se préoccuper de l’enjeu majeur qu’est le changement climatique – joindront l’acte à la parole. S’ils vont, dans les semaines et les mois qui viennent, montrer qu’ils se soucient du fait que les prochaines décisions à prendre impacteront irrémédiablement dans un sens ou dans l’autre le monde dans lequel vivra l’enfant né ce jour à Waremme, Alost, Alep ou Bombay.

« Maintenant et sans attendre » insistait Charles Michel en ouverture de la COP21. « Notre responsabilité est immense. (…) Nous devons être déterminés. Pas seulement avec des mots ou des textes, mais surtout avec des actes. (…) La lutte contre le changement climatique est une question vitale pour notre avenir commun. Pour la paix. Pour la sécurité. Et pour le développement » poursuivait-il [1].

Charles Michel ira-t-il donc au nom de la Belgique défendre, devant ses homologues du Conseil européen qui se pencheront sur la question les 17 et 18 mars prochains, le principe d’une augmentation de l’ambition climatique européenne suite au succès de la COP21 ? La Ministre Marghem nous a indiqué que, pour sa part, elle y était favorable… mais aux dernières nouvelles, on attend encore la position du Ministre Furlan à ce sujet…

Souvenons-nous aussi qu’aux dernière heures de la COP21, Paul Magnette s’était fait l’avocat déterminé de l’objectif de limiter la hausse des températures à moins de 1,5 °C. « Il sera important d’utiliser le momentum de cet accord pour donner une impulsion » soulignait-il dans la foulée de l’approbation de l’Accord de Paris.

De manière encourageante, Paul Magnette a annoncé un Gouvernement wallon spécial climat pour le 21 avril prochain. Il importe d’en faire plus qu’un moment de communication : orientations de long terme, implication transversale de tous les ministres, courage de porter une vision sociétale transformatrice sont nécessaires... La Wallonie a du pain sur la planche pour mettre ses actions en cohérence avec l’objectif de température défendu – et obtenu – à Paris.

Et ce qui est sûr, c’est que la Wallonie ne peut rester sur la touche à l’heure où la Flandre déploie ses éoliennes, au point de dépasser depuis peu la Wallonie, et projette d’organiser son propre Sommet climatique en avril prochain…

Pour aller plus loin :

Voici les recommandations politiques post-COP21 des ONG et organisations membres de la Plateforme Justice Climatique.




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens