La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Doel 3 et Tihange 2 : des failles derrière les fissures
Pierre Titeux  •  23 février 2015  •  Nucléaire

-

On savait depuis peu qu’elles étaient plus nombreuses qu’annoncé ; on découvre aujourd’hui que les fissures décelées dans la paroi des cuves des réacteurs de Tihange 2 et de Doel 3 sont aussi plus grandes qu’on ne le pensait, certaines atteignant jusqu’à 9 centimètres de long !
Cette nouvelle information vient en droite ligne de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) répondant à une interpellation de l’Aktionsbündnis gegen Atomenergie Aachen (AAA), le comité d’action antinucléaire d’Aix-la-Chapelle qui collabore étroitement avec l’association belge Nucléaire Stop Kernenergie.

L’AAA avaient soumis il y a quelques temps à l’AFCN de nombreuses questions relatives aux fissures dans les cuves des réacteurs de Tihange 2 et Doel 3. Les réponses reçues lui apparurent tellement explosives que l’association a téléphoné à l’agence fédérale pour obtenir confirmation de leur authenticité. Et la porte-parole de l’agence fédérale a confirmé l’exactitude des données transmises. A la question de savoir pourquoi elle était seule à disposer de cette information, l’AAA s’entendit répondre « Parce que vous avez été les seuls à la demander !  ».

Après consultation de leurs propres experts en sciences des matériaux, l’Aktionsbündnis gegen Atomenergie Aachen et Nucléaire Stop Kernenergie ont décidé de rendre ces données publiques sans délai et sans autre analyse afin d’attirer l’attention du public sur l’ampleur de la menace et sur l’impérieuse nécessité de les mettre définitivement à l’arrêt (pour rappel, ils ne fonctionnent plus depuis l’été 2012 et les découverte de ce qui n’était alors que des « micro-fissures »).

Les données de l’AFCN nous apprennent que l’importance des défauts trouvés dans les cuves est en général plus importante que ce qui est mentionné dans le rapport final de l’inspection réalisée par l’agence en 2012. Ainsi, bien au-delà des 2,7 cm annoncés jusqu’ici, la taille maximale des fissures est de 6 cm à Tihange et même de 9 cm à Doel ! Il reste à savoir si l’AFCN connaissait ces valeurs dès 2012 ou si les nouveaux chiffres sont le résultat de nouvelles mesures...

Quoi qu’il en soit, la démonstration est faite que derrière les déclaration rassurantes d’Electrabel et de l’AFCN sur le caractère bénin de ces fissures se cache une réalité inquiétante.

La conclusion a tiré de ce nouveau rebondissement apparaissent on ne peut plus claires : les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 ne doivent JAMAIS être re-démarrés mais, tout au contraire, doivent être être débranchés du réseau de façon permanente.

C’est la revendication que les manifestants répondant à l’appel de Nucléaire Stop Kernenergie exprimeront de manière pacifique, créative et déterminée le dimanche 15 mars prochain entre Huy et Tihange.

Plus d’infos : www.stop-tihange.org




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens