e-bike2station : témoignage de Marie
Benoit Coumont  •  13 décembre 2012

-
e-bike2station, c’est 16 navetteurs qui, durant un an, échangent leur voiture contre un vélo pour leurs trajets domicile-gare.

Témoignage de Marie, Wavre

2008 : Une jambe cassée et une nouvelle orientation professionnelle....avec pour conséquence de ne plus utiliser mon vélo.

2011 : Mes déplacements se font maintenant en train. Je n’ai plus de condition physique et décidément le trajet de la maison jusqu’à la gare n’est pas ce que l’on pourrait dire le plat pays, surtout au retour. Je me dis qu’il n’est peut être pas nécessaire d’avoir une voiture pour ne faire que quelques Km par jour. Reprendre le vélo serait une solution, mais je ne me sens pas assez en forme…je songe à un vélo électrique.

2012 : Un appel à projet, lu dans le métro pour participer à prêt d’un vélo électrique, pour des abonnés de train, prenant plus de trois fois par semaine le train au départ de Liege ou Ottignies, et habitant dans les 10 Km de la gare... Je formule ma lettre de candidature. Et je suis sélectionnée.

09 mai 2012 : Je trouve la journée fantastique, je ne sais pas, l’impression d’une révolution.Nous voilà tous réunis, les responsables du projet, et les « sélectionnés ». L’accueil a été sympathique, les explications détaillées, on a pris le temps, et franchement, cela vaut la peine. Deux heures plus tard, réception du n° 16 mais aussi d’un casque, d’un sac ainsi que des cadenas, le gardiennage, plus l’assistance de la Maison des Cyclistes. Nous sommes ensuite encadrés par Marwan qui nous explique les règles élémentaires de circulation, et nous voilà parti en troupe faire un tour dans Ottignies. Nous avons plus de chance que ceux de Liège, un peu d’averse et surtout du soleil. Premier essai de l’assistance, surprenant, mais la machine est vite domptée et je suis sous le charme. Finalement, l’usage a l’air assez facile, et je retiens de cet après midi, ce plaisir de rouler en vélo, et des odeurs super agréables qui émanaient des champs après l’averse quand le soleil brille. Cela fait longtemps !

Je décide que quel que soit les conditions météo, j’utiliserai le vélo. Je constate rapidement les faits suivants :
Il ne faut pas beaucoup plus de temps pour aller de la maison à la gare qu’en voiture..et donc fini les problèmes de correspondance.

Comme Brigitte Bardot..sur mon E bike « je ne reconnais personne » surtout dans les montées, franchement l’assistance est efficace. Et des montées chez moi il y en a partout. A peine essoufflée, et même pas fatiguée.
L’effort physique n’est pas important mais il est présent. Je ressens un peu de douleurs musculaires tout à fait acceptables durant 15 jours.
Les pistes cyclables sont en mauvais état, mal pensées (bordure, pas de continuité avec les trottoirs et la route..), pas de parking pour déposer son vélo, surtout à Wavre.

À ce stade, il y a quelques problèmes pour lesquels je prends mon temps pour trouver des solutions :

La gestion des trois clés, et de la carte d’entrée du parking.
L’habillement : Il fait frais le matin, mais on est rapidement réchauffé, parfois de trop. Il est compliqué de trouver la tenue qui convient pour le vélo et le lieu de travail surchauffé. Il faut une protection pour la pluie et sans doute un équipement pour l’hiver . Evidement partir en vélo modifie les habitudes vestimentaires, moins facile de partir en jupe ou robe et petites sandales dans la fraicheur du matin.
La batterie ne fait que 40 Km, c’est nettement moins que ce qui était annoncé. Ce qui est génant, c’est que le niveau de charge ne s’indique pas bien (signal moyen à arrêt brutal..) et que l’intensité de l’assistance semble se réduire selon la charge de la batterie
Les poignées sont difficiles d’usage quand il pleut.
La prise à la gare n’est pas nécessaire, car transporter le chargeur, c’est un peu compliqué et encombrant.

Bref, je suis séduite par le vélo, et je ne veux pas me faire rebuter par les conditions météos. La batterie n’indique pas de façon assez précise le niveau de charge et je ne fais que 40 Km avec.
Je réalise que outre le prix du vélo, il faut prévoir un coût pour les équipements adéquats, à mon avis aux alentours de 300 euros (vestes, gants, éventuellement pantalons, KW pour l’été, casque, cadenas,sac), ici nous avons reçu le sac, le casque et les cadenas, mais il aurait sinon fallu les acheter.

09 juin 2012, 12h30 : La mauvaise journée. Je faisais quelques courses. Au retour, trempée par une averse, j’ai une panne, le pédalier tourne à vide, la chaine n’a pas déraillé. Il se fait que je suis près de la gare d’Ottignies. Je retourne déposer le vélo à la gare et retour en train. Déçue évidemment de ce faux bond. La Maison des Cyclistes me donnera plus d’informations lundi à propos de ce problème.

Voir les autres témoignages