La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Energie et émissions de CO2 : découplage au niveau mondial
Gaëlle Warnant  •  17 mars 2015  •  Energies renouvelables  •  Gaz à effet de serre / CO2

-

Nous faisions écho il y a peu que les énergies renouvelables contribuent à la décarbonisation de l’Europe. Il semble à présent que cette tendance se vérifie au niveau mondial. De récentes données de l’Agence Internationale à l’Energie (AIE) indiquent que, pour la première fois en 40 ans, les émissions de CO2 du secteur de la production d’énergie n’ont pas progressé et ce, sans que ce soit imputable au climat économique.

En 2014, les émissions globales de CO2 ont stagné au niveau de 2013, soir 32,3 Gt. Cette halte dans la croissance des émissions est due principalement aux évolutions rencontrées dans le secteur énergétique en Chine et dans les pays de l’OCDE. La Chine est à présent le 1er investisseur mondial dans les énergies renouvelables et enregistre une forte progression de production d’électricité à partir du vent, du solaire, de l’hydro… au détriment du charbon. Dans les pays de l’OCDE, renforcement de l’efficacité énergétique et développement des renouvelables contribuent à ce découplage entre croissance économique et émissions.

La stagnation des émissions de CO2 du secteur énergétique est une éclaircie timide au vu de l’immense défi de décarboner rapidement ce secteur, ce qui implique de laisser la majeure partie des énergies fossiles dans le sol. Cependant, comme le souligne l’AIE le momentum n’est pas anodin. A quelques mois de la conférence climat de Paris, cette inversion de tendance montre aux décideurs que la croissance économique n’a pas à souffrir des mesures de réduction des émissions, notamment par la promotion des énergies renouvelables.

Il faut dire que depuis 40 ans, seul 3 années avaient montré une stagnation ou une faible diminution des émissions liées à l’énergie. Ralentissement associé à des crises économiques (début des années 80, en 1992 et en 2009). En revanche, en 2014 la croissance économique mondiale a progressé de 3%. Et l’AIE d’insister « ces dernières données d’émissions sont effet encourageantes mais ce n’est pas l’heure de se reposer sur ces lauriers et certainement pas le moment d’utiliser ces résultats positifs comme prétexte à freiner toutes mesures supplémentaires. » (IEA Executive Director Maria van der Hoeven)

Communiqué AIE (13 mars 2015) : http://www.iea.org/newsroomandevents/news/2015/march/global-energy-related-emissions-of-carbon-dioxide-stalled-in-2014.html




 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens