La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Journée de la Terre : un mauvais moment à passer !
Fil d’infos  •  22 avril 2015

-

Voilà 45 ans, le Jour de la Terre fut fêté pour la première fois sous l’égide d’un sénateur américain nommé Gaylord Nelson. Ce 22 avril 1970, quelques dizaines d’étudiants américains proposaient des projets de sensibilisation à l’environnement. Quelques années plus tard, ce jour béni par les Dieux verts et les Nations unies réunissait plusieurs centaines de millions de sympathisants à travers le monde.

Mais le mouvement s’est vite essoufflé et la Terre, indifférente à cette mobilisation, n’a pas cessé d’aller de plus en plus mal ! Sa biodiversité s’effrite imparablement, ses sols se polluent, son atmosphère se réchauffe inexorablement, les deux pôles fondent à la vitesse d’un TGV japonais. Les catastrophes climatiques s’empilent. Les océans se vident de leurs poissons. Les rhinocéros se font massacrer pour donner un semblant d’érection à de vieux Chinois fatigués. Les fruits et légumes sont bourrés de pesticides et d’OGM, les fleuves sont bétonnés de barrages géants, les nappes phréatiques se gorgent de nitrates... Tout va très bien, Madame la Marquise, les écolos font la fête un jour par an pendant que la maison brûle.

D’Épinay-sur-Seine à Washington

C’est en 1990 que le Earth Day déboule en France grâce à une productrice de télévision. La greffe prend immédiatement sans avoir besoin d’OGM. Du reste, le 22 avril 1990 reste comme la plus grande manifestation verte en France avec des centaines d’événements. Au fil des ans, la Journée de la Terre s’essouffle, puis disparaît. Cette année, elle renaît de ses cendres avec un happening d’envergure mondiale : la plantation de 90 arbres à Épinay-sur-Seine. Les pionniers d’un monde meilleur qui participeront à l’événement auront droit à un goûter champêtre.

Aux États-Unis, la chanteuse Gwen Stefani mais aussi David Usher et Mary J. Blige se rassembleront près du monument de Washington pour exiger des mesures concrètes afin de lutter contre les changements climatiques. Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, le président de la Banque mondiale et Chris Martin (chanteur du groupe Coldplay ) prononceront un discours qui devrait, certainement, changer le cours de l’histoire de la planète. La Nasa sera aussi de la partie en demandant à chacun d’envoyer une photo ou une vidéo de son endroit préféré sur Terre. Quelle merveilleuse initiative !

Un billet désenchanté signé Frédéric Lewino. Lire la fin sur le site lepoint.fr




 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens