La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
L’environnement en Europe : un bilan très mitigé !
Alain Geerts  •  4 mars 2015  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre  •  Biodiversité  •  Déchet  •  Santé environnement

-
L’Agence européenne pour l’environnement (AEE) vient, ce mardi, de publier son rapport quinquennal sur l’état de l’environnement en Europe. Si, comme il se doit, beaucoup soulignent que les politiques européennes sur l’environnement et le climat ont produit des résultats substantiels, améliorant l’environnement et, par là-même, la qualité de vie, tout en stimulant l’innovation, la création d’emplois et la croissance, force est de constater qu’il demeure d’immenses défis à relever, tant à moyen qu’à long terme. Constats "bruts" en un tableau synthétique et quelques citations...

Notre analyse montre que les politiques européennes ont réussi à relever de nombreux défis environnementaux au fil des ans. Mais, dans le même temps, nos sociétés et économies continuent d’endommager les systèmes naturels et les services écosystémiques qui sous-tendent notre prospérité. résume Hans Bruyninckx, Directeur exécutif de l’AEE.

Pour illustrer ce constat, voici le tableau synthétique des tendances environnementales :

Source : le rapport "L’environnement en Europe : état et perspectives 2015"
Même si l’exercice est critiquable parce-que réducteur, on constatera que 17,5% des tendances sont "à l’amélioration", sans qu’aucune ne le soit à long terme (2050), 47,5% sont mitigées et 35% sont "très loin de la réalisation des objectifs visés".

« La dégradation des écosystèmes est une menace pour l’activité économique, la création de richesses et le bien-être humain ».« La perte de biodiversité se poursuit », avec 60% des espèces protégées et 77% des habitats protégés dans« un état de conservation défavorable ». Malgré des progrès, « environ la moitié » des masses d’eau douce européennes « ne parviendra probablement pas à un bon état écologique en 2015 ». Même constat pour la pollution atmosphérique et sonore, qui « continue d’avoir de graves conséquences sur la santé dans les zones urbaines ». « En 2011, près de 430 000 décès prématurés dans l’UE ont été attribués aux particules fines, alors que l’exposition au bruit contribue chaque année à au moins 10 000 décès prématurés. » Sont également pointés « L’utilisation croissante de produits chimiques […] associée à une augmentation des maladies et troubles endocriniens ».

Et le rapport d’appeler « dès maintenant » à « une refonte complète des systèmes de production et de consommation ». Ce qui passe par une transformation « indispensable » et « en profondeur » de moult secteurs : transports, énergie, logement, alimentation, mais aussi finance, fiscalité, santé, justice ou éducation.

Le rapport conclut qu’en dépit d’une pleine mise en œuvre — essentielle — des politiques existantes, ni les politiques environnementales actuellement en vigueur, ni les gains d’efficacité économique ou technologiques ne seront suffisants pour atteindre la vision de l’Europe à l’horizon 2050.

Pour le Bureau européen de l’environnement (BEE), une fédération de plus de 140 ONG, le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, devrait « se réveiller » grâce à ce rapport et « repenser ses priorités, qui ignorent l’environnement à l’exception du changement climatique ». Ne pas saisir cette chance « coûtera très cher à l’Europe », ajoute le BEE. Qui fustige l’abandon « honteux » par Bruxelles du paquet législatif sur l’économie circulaire (déchets, recyclage…) malgré les objections du Parlement et des ministres de l’Environnement.
Source pour ce résumé : libération.fr

Pour aller plus loin :

Retrouvez le communiqué de presse très complet de l’AEE

Consultez le résumé en français

Téléchargez les rapports complets




 
Près de chez vous
inscrire votre événement
Soutiens