La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
L’impact trop ignoré des matériaux sur la pollution de l’air intérieur
Fil d’infos  •  11 février 2015  •  Efficacité énergétique  •  Pollutions intérieures

-

À l’issue d’un an de campagne sur le thème « On ne se fait pas berner ! La rénovation écologique, saine et accessible sous la loupe », l’asbl écoconso dresse le bilan. Entre enjeux environnementaux, contraintes économiques, risques sanitaires, greenwashing, facteurs d’étonnement et opportunités de marché, présentation des éléments saillants.

A travers les rencontres, formations et animations menées par écoconso, force est de constater que l’intérêt pour l’aménagement intérieur et la rénovation est généralisé, qu’on soit rénovateur amateur ou professionnel, propriétaire ou locataire. Passé ce constat, les idées reçues ont cependant la vie dure.

Il reste ainsi communément admis que la rénovation écologique est forcément plus chère que la rénovation classique. Facteurs d’étonnement : des solutions techniques plus faciles à mettre en œuvre sont accessibles au rénovateur amateur et permettent une compression des coûts. Il est possible de poser un revêtement de sol sain ou de rénover un mur avec une peinture écologique sans différentiel de prix par rapport à un revêtement classique ! Les matériaux de réemploi (carrelages, couvre-murs, etc.) permettent également de diminuer la facture.

Autre idée reçue : les locataires n’auraient aucune chance de confortabiliser leur logement. Si, effectivement, les gros travaux de rénovation (isolation extérieure des murs, isolation de la toiture, châssis performants, etc.) reviennent au propriétaire, le locataire peut réduire les déperditions d’énergie par de petits gestes et travaux : placer des joints au niveau des portes et fenêtres, des réflecteurs derrière les radiateurs, isoler les tuyaux de chauffage, etc. De même, il peut poser un enduit respirant et sain, très accessible financièrement s’il est fait maison.

Le « Do It Yourself » a la cote mais qui dit « faire soi-même » ne dit pas nécessairement choix de matériaux et techniques de mise en œuvre écologiques. On notera au passage que le consommateur est peu conscient de l’impact du choix des matériaux de rénovation sur la qualité de l’air intérieur et du lien entre composition des matériaux et santé ; ses connaissances en matière d’impacts sanitaires des matériaux de construction et de rénovation restent lacunaires. Un sérieux besoin de sensibilisation et d’information a été constaté.

Les labels constituent des repères fiables mais le consommateur ne maîtrise pas cette matière : diversité de l’offre, multiplicité des labels et autres marquages, greenwashing, allégations mensongères, communication floue des fabricants et distributeurs, confusion entre performance énergétique et qualité écologique. Le consommateur reste preneur d’informations objectivées et transparentes. Le décodage de la communication des fabricants et de la publicité en particulier est un autre vecteur de l’information du consommateur.

La rénovation écologique : un créneau porteur

En Wallonie, 70% des constructions datent d’avant le choc pétrolier de 1970. Véritable passoire énergétique, le parc immobilier vieillissant devra faire l’objet de rénovations en profondeur. C’est dans ce champ que les enjeux en matière de santé et d’environnement sont les plus importants. Le secteur de la construction est preneur de formations professionnalisantes dans le domaine des nouveaux matériaux de rénovation et des techniques de pose afférentes, de même que des techniques plus anciennes faisant intervenir des matériaux naturels comme la chaux, la terre, l’argile, le chanvre, etc. Un essor de ce segment pourrait constituer un appel d’air pour le secteur.

Il est légitime de penser que cela représente aussi une excellente opportunité de diversification pour les entreprises de formation par le travail. La petite rénovation n’intéresse pas forcément les grosses entreprises générales. Par contre, de petites structures pourraient répondre à une demande croissante axée sur la rénovation saine. En outre, la demande croissante de matériaux écologiques par les professionnels du secteur pourrait booster l’offre de produits sur la marché et faire baisser les coûts de production.

Outils mis à disposition par écoconso

La campagne touche à sa fin mais l’ensemble des outils reste disponible pour le public :

  • la brochure « On refait le mur » proposant informations et solutions pour un habitat sain
  • des fiches-conseils sur les techniques de construction, les matériaux, les labels… ;
  • une offre d’animation en éco-construction, rénovation saine et économies d’énergie ;
  • des réponses (gratuites) aux questions via le service-conseil (081 730 730 ou info@ecoconso.be).

L’ensemble est disponible sur www.ecoconso.be.




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens