La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Label "Clé Verte" en Wallonie : un nouveau labellisé et trois renouvellements !
2 juillet 2015  •  Tourisme vert

-
L’écolabel international « Clé Verte » distinguant les établissements touristiques pour leurs performances environnementales vient de révéler sa promotion de juin pour la Wallonie : l’hôtel Van der Valk Charleroi Airport a obtenu le label et tous les établissements dont la labellisation arrive à échéance l’ont vue renouvelée. La Wallonie compte désormais 17 labellisés tandis que plusieurs nouveaux dossiers sont en préparation.

Les établissements qui se lancent dans la démarche Clé Verte veulent réduire l’impact environnemental de leur activité et se démarquer sur un marché concurrentiel. C’est ce qu’indiquent les premiers résultats d’une enquête récente réalisée auprès de plus de 250 établissements labellisés en France, en Belgique francophone et au Maroc. L’inclusion de ce label de qualité dans le système des éco-chèques (ou Eco Pass), depuis le 1er juin 2015, constitue un levier de plus pour atteindre cet objectif.

La Clé Verte - ou Green Key en anglais - est un écolabel international, exigeant, neutre et indépendant, destiné aux établissements touristiques. Créé en 1994 et géré au niveau international par une association sans but lucratif (la FEE - Fondation pour l’éducation à l’environnement), il récompense désormais plus de 2.400 structures dans 49 pays. En Wallonie, la mise en œuvre du label est réalisée par la Fédération Inter-Environnement Wallonie (IEW) en collaboration avec différents partenaires [1]

Vous trouverez ci-dessous la description du nouveau labellisé et des établissements ayant renouvelé leur labellisation mi-2015.

Le nouveau labellisé est :

L’Hôtel Van der Valk Charleroi Airport, 115 Chaussée de Courcelles, 6041 Gosselies.

Cet hôtel de 154 chambres situé à proximité de Charleroi accueille une clientèle d’affaires et de loisir. Outre sa conformité par rapport aux critères impératifs Clé Verte, l’hôtel se distingue notamment par :
- des installations et dispositions permettant de réduire la consommation d’énergie : utilisation de pompes à chaleur géothermiques pour le chauffage, limitation des consommations d’énergie par les clients dans les chambres, isolation, éclairage économique (quasiment entièrement LED), système de récupération de chaleur au niveau de la ventilation, isolation des tuyaux d’approvisionnement en eau chaude, etc ;
- l’utilisation rationnelle des produits d’entretien et l’usage de chiffons en microfibres ;
- des démarches en matière de prévention et de tri des déchets (par exemple, large contenant – citerne - pour la bière, tri des déchets organiques pour biométhanisation, eau du robinet servie aux clients) ;
- d’une mobilité plus durable : collaboration avec le marchand de vélo voisin qui propose des balades guidées avec itinéraires sur GPS, projet de navette électrique pour aller chercher les clients à l’aéroport ;
- d’une alimentation plus durable : menus végétariens proposés aux clients.

Les établissements ayant vu leur labellisation renouvelée sont :

- Le gîte Ambroisie (5a rue Principale, 6953 Ambly / Nassogne)
- Le gîte Le Bonheur est au bout du pré (10 rue Devant Rosière, 4130 Esneux)
- Le gîte à la Ferme d’A Yaaz (344 rue de l’Ermitage, 6717 Heinstert)

Plus d’infos ? Marie Spaey (IEW) : 0472 / 33 07 97 ou www.cleverte.be


[1Le label est décerné annuellement, à l’issue de procédures strictes de contrôle et d’une évaluation des dossiers en Jury. Pour obtenir le label, les candidats doivent se conformer à une série de critères impératifs et doivent obtenir 30 % des points possibles sur les critères optionnels. Pour conserver le label, ils doivent s’améliorer d’année en année et prouver leurs nouvelles « performances » en matière d’environnement.
Les critères d’attribution du label concernent une dizaine de thématiques au niveau desquelles les structures touristiques peuvent limiter leur impact environnemental. Ainsi les candidats au label doivent réduire leur consommation d’énergie, d’eau, leur production de déchets, assurer le tri sélectif des déchets, promouvoir une mobilité plus durable et les énergies renouvelables, servir un certain pourcentage d’alimentation durable à leurs clients, acheter des produits écolabellisés, prendre des mesures en faveur de la biodiversité, etc. Plusieurs critères ont trait, également, à l’information et la sensibilisation du personnel et des clients.



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens