La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Le Brexit ne doit pas couler la politique climatique européenne
5 juillet 2016  •  Transport routier  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre

-
Le plus important instrument climatique européen – l’Effort Sharing Decision (ESD) – doit franchir une étape importante le 20 juillet, avec la publication de la proposition de la Commission européenne. Tout délai dans la publication, tout affaiblissement de la proposition serait terriblement malvenu en cette période troublée où l’Europe doit plus que jamais faire la preuve de son efficacité sur les grands enjeux auxquels est confrontée l’humanité.

L’Effort Sharing Decision (ESD – décision sur la répartition des efforts) fixe des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre aux secteurs « non ETS » [1], dont les principaux sont les transports, l’agriculture, et le chauffage des bâtiments. L’ensemble des secteurs concernés par l’ESD représente 60% des émissions européennes de gaz à effet de serre. Les chefs d’Etats européens se sont entendus sur un objectif de réduction de 30% en 2030.

Certains Etats semblent aujourd’hui vouloir tirer parti de la crise du Brexit et des craintes au sujet de l’avenir politique de l’Union européenne pour affaiblir la proposition de la Commission, en y incluant des échappatoires (loopholes) qui permettraient notamment de comptabiliser au titre de réduction d’émissions dans les secteurs ESD la captation de carbone par les forêts. C’est notamment le cas de l’Irlande et de la Pologne. Parmi les nombreux arguments qui justifient de ne pas céder à ces pressions, relevons-en deux.
D’une part, le Royaume-Uni a déjà manifesté sa volonté de continuer à mener la lutte pour la préservation du climat planétaire, en adoptant ce 30 juin 2016 une loi climat pour réduire de 57% les émissions britanniques en 2030 [2] : le climat ne connaît pas les frontières.
D’autre part, l’Union européenne a montré ce qu’elle peut donner de meilleur à Paris, jouant un rôle moteur dans le processus d’adoption de l’accord climat. La communauté internationale ne comprendrait pas la volte-face suggérée par certains Etats membres : L’ESD est un élément vital de la mise en place de l’accord de Paris.

Il serait totalement irresponsable de mettre la lutte contre les dérèglements climatiques sur « pause » : le climat planétaire n’attendra pas que la crise politique européenne soit résolue. Il est fondamental d’aller de l’avant.

Contact :
Pierre Courbe, chargé de missions mobilité, 0474 923 617

Pour en savoir plus (en anglais) : A 2-page briefing and a more comprehensive paper on the 2030 proposal.


[1Soit les secteurs non couverts par le système d’échanges de droits d’émissions (ETS pour emissions trading system)



 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens