La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Le conseil économique et social s’ouvre enfin aux acteurs de l’environnement
17 octobre 2018

Cette fois, ça y est ! Ce 17 octobre, le Parlement wallon devrait adopter le décret modifiant la composition du Conseil Economique et Social de Wallonie pour permettre aux associations environnementales de l’intégrer. Ce vote constituera l’aboutissement d’une demande historique d’Inter-Environnement Wallonie.

Ne dites plus Conseil économique et social de Wallonie mais Conseil économique, social et environnemental de Wallonie. Ce mercredi, le Parlement votera en effet le décret qui consacre l’intégration de la composante associative environnementale au sein d’une institution qui ne regroupait jusqu’ici que les partenaires socio-économiques.

A travers ce vote, le Gouvernement wallon a donc réalisé son engagement inscrit dans la Déclaration de politique régionale adoptée en juillet 2017 qui prévoyait : « Compte tenu de l’évolution de la société et de l’importance des enjeux climatiques et du développement durable, et à l’instar des réformes initiées en France, la concertation sociale sera renforcée en ouvrant la porte du conseil économique et social et des instances de concertations aux acteurs environnementaux.  ».

Inter-Environnement Wallonie tient à saluer cet ouverture ,même si d’autres organisations ont évolué de manière encore plus significative que le CESW tels le Conseil économique, social et environnemental français, le Conseil économique et social européen ou le Conseil fédéral de développement durable. « Cette ouverture aux différentes composantes de la société, et plus particulièrement aux associations environnementales, est fondée sur des textes et engagements internationaux auxquels la Belgique a souscrit, explique Christophe Schoune, secrétaire-général d’Inter-Environnement Wallonie. Cet élargissement s’inscrit dans une logique de bonne gouvernance et de transversalité. La nature globale du défi climatique, par exemple, implique de ne plus fonctionner en silo, avec des acteurs socio-économiques d’un côté et les autres composantes de la société civile de l’autre.  »

La Fédération des associations environnementales soutient donc la philosophie du décret même si celui-ci pourrait être amélioré sur certains aspects. Des amendements ont été proposés en ce sens, visant à ne pas plafonner la présence des associations environnementales dans certains conseils d’avis du fait qu’elles seraient désormais présentes au CESW.

Consciente de la frilosité non dissimulée avec laquelle certains partenaires socio-économiques perçoivent cette intégration, Inter-Environnement Wallonie tient à rassurer ceux-ci. La fédération des associations environnementales travaillera dans un esprit propositionnel, d’ouverture et de dialogue pour faire face aux nombreux défis de la transition écologique et sociale.

Contact :
Christophe Schoune, Secrétaire général d’Inter-Environnement Wallonie, +32 (0)477.685.021, c.schoune@iew.be