La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Le Minsitre Antoine met le projet de piste de ski à Trois-Ponts au frigo !
Sophie Dawance  •  23 mars 2007  •  Aménagement du territoire

Le Ministre André Antoine a annulé le 12 mars dernier le permis unique accordé à la SA Val de Wanne pour l’implantation et l’exploitation d’une piste destinée à la pratique du ski alpin à Trois-Ponts. L’association locale Louk’à ti, Inter-Environnement Wallonie et Natagora avaient introduit un recours auprès du Ministre contre ce projet de congélateur à ciel ouvert portant atteinte aux principes les plus élémentaires du développement durable !

Petit flash back : en octobre dernier, la commune de Trois-Ponts délivrait « par défaut » le permis pour l’implantation et l’exploitation d’une piste de ski sur le site du Val de Wanne. Face à ce dossier délicat, la Commune avait choisi... de ne pas choisir. En effet, les fonctionnaires délégués et techniques de la Région wallonne chargés d’instruire la demande de permis avaient préalablement remis un avis favorable assorti d’une série de conditions. La Commune disposait alors d’un délai pour réagir... délai qu’elle a laissé s’écouler, le permis unique étant dès lors délivré « par défaut » aux conditions formulées par les fonctionnaires régionaux.

Face à cette situation, Louk’ à ti, Inter-Environnement Wallonie en sa qualité de fédération des associations d’environnement, et Natagora avaient introduit un recours qui reprenait, de manière détaillée, de nombreux arguments dénonçant l’impact environnemental très défavorable du projet et qui pointait le non-respect par le permis de plusieurs textes de loi... Parmi les principales abérrations écologiques : un système de congélation du sol consommant annuellement, avec l’ensemble des installations prévues (canons à neige, tire-fesse,...) ; l’équivalent d’environ 400 ménages wallons, des kilomètres de tuyau de polyéthylène enterrés pour congeler le sol contenant un produit caloporteur non défini ; 12 canons à neige fixes fonctionnant surtout la nuit ; le pompage de l’eau pour alimenter ces canons à neige dans un ruisselet en amont d’une zone Natura 2000 ; la construction d’un bâtiment massif de cinq étages entachant un paysage naturel d’une qualité remarquable ; l’aménagement d’un parking de 500 places sur un terrain en forte pente... Autant d’impacts environnementaux majeurs dénoncés dans les recours. Le Ministre a entendu ces arguments et a annulé le permis. Les associations et les riverains se félicitent de cette décision cohérente et conforme aux principes d’un développement durable plus souvent au c½ur des discours que des actions. Cette décision est un signal fort indiquant que tout projet doit prendre en compte outre la notion de profit, des facteurs multiples comme la qualité de la vie des riverains et les défis environnementaux majeurs auxquels nous sommes confrontés.




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens