La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Les sacs plastiques, bientôt un mauvais souvenir ?
Karine Thollier  •  24 avril 2014

-

La fin des sacs plastiques se profile enfin à l’horizon. La proposition de la Commission Européenne autorisant les Etats Membres à interdire les sacs plastiques dans les années qui viennent a été discutée au Parlement Européen le 16 avril. Le Parlement a voté un texte amendé, mais qui n’a pas perdu de son ambition, n’en déplaise à l’industrie du plastique.

En mars, le comité environnement du Parlement avait apporté un premier amendement de taille à la proposition de la Commission en y ajoutant des objectifs ambitieux de réduction des sacs plastiques de plus de 50 microns d’épaisseur (l’équivalent d’un sac de caisse) : moins 50 % en 2015 par rapport à 2010, et moins 80 % en 2019. De plus, les Etats Membres seront tenus de s’assurer que les commerçants feront payer les consommateurs pour les sacs plastiques distribués. Ces objectifs sont justifiés par l’ampleur du problème de la pollution causée par le plastique, notamment dans les mers, alors qu’il existe des solutions alternatives faciles à mettre en oeuvre rapidement : sacs réutilisables, sacs en papier recyclé etc.

On a assisté, les derniers jours avant le vote du Parlement, a un lobby intensif pour éviter que le texte passe. Leur cible principale : l’exemption concernant les sacs biodégradables. Ceux-ci peuvent en effet bénéficier d’une réduction de 50 % sur le prix de distribution de sacs au consommateurs, si les Etats Membres disposent d’un système de collecte sélective des déchets organiques. Cette disposition peut en effet être discutée : ces sacs sont certes biodégradables en compost (industriel, n’essayez pas chez vous), mais en milieu marin ils se dégradent très lentement et n’offrent pas de réelle plus-value par rapport aux plastiques. Néanmoins, s’ils sont pris en charge par une filière de gestion adéquate, ils présentent un impact environnemental plus faible que les sacs plastiques conventionnels, voire positif puisqu’ils peuvent alors contribuer à l’apport en matière organique dans les sols. Le texte adopté par le Parlement exclut aussi les sacs oxo-dégradables de la notion de biodégradabilité : ces sacs se désagrègent en petites particules plastiques, et non en se minéralisant.

A noter également que le texte du Parlement n’exige pas la disparition des sacs très légers (utilisés pour emballer les fruits et légumes, par exemple), mais oblige les Etats Membres à les remplacer progressivement par des sacs en papier recyclé ou par des sacs biodégradables.

Enfin, le Parlement a également voté l’interdiction de substances CMR (cancérigène, mutagène, reprotoxique) et de perturbateurs endocriniens dans les sacs plastiques mis sur le marché.

Le texte poursuit la procédure de décision avec une réunion des Ministres de l’Environnement le 12 juin prochain. Les associations environnementales resteront mobilisées pour que l’ambition du texte reste élevée et que l’on puisse bientôt se baigner dans des eaux exemptes de plastiques.

En attendant, l’auteur de ces lignes ne résiste pas au plaisir de vous proposer cette animation, produite par Seas at Risk, et qui résume bien le problème de la pollution par le plastique (attention, la musique est entêtante, notre responsabilité ne saurait être engagée si vous ne pouvez vous débarrasser de la mélodie durant la journée...).




 
Dans la même rubrique
Soutiens