La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Mourez, jeunesse !
Pierre Courbe  •  17 novembre 2014  •  Sécurité routière

-

La Journée mondiale du souvenir des victimes de la route (WDR : world day of remembrance for road traffic victims) est commémoré le troisième dimanche de novembre à la mémoire des millions de victimes (tués et de blessés) du trafic routier, en empathie avec leurs familles et leurs proches. C’est également l’occasion de sensibiliser à l’énorme fardeau que constitue cette catastrophe quotidienne pour nos sociétés. Le thème de cette année est « speed kills – design out speeding ». On pourrait traduire l’idée sous-jacente comme suit : la vitesse tue – sortons la conception des véhicules de la logique d’accroissement de la vitesse.

Sur son site, l’ETSC (European Transport Safety Council) présente quelques chiffres-clés de l’insécurité routière au niveau mondial. 1,24 millions de personnes perdent la vie chaque année. 22% sont des piétons, 5% des cyclistes et 23% des motocyclistes.
Monsieur Antonio Avenoso, directeur exécutif de l’ETSC, s’interrogeait dans un article récent sur la perception du risque par nos sociétés. D’une part, même si l’OMS a répété qu’il était improbable que l’épidémie d’Ebola atteigne l’Europe, les médias ont abondamment débattu de cette éventualité. D’autre part, 500 Européens perdent la vie sur la route chaque semaine (plus d’un demi-million de personnes depuis 2001) dans une quasi indifférence médiatique.

La FEVR (Fédération européenne des victimes de la route) présente quelques messages, dont celui de Monsieur Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations-Unies. Celui-ci souligne que « la Journée mondiale du souvenir des victimes de la route est un triste rappel que les accidents sont la principale cause de décès chez les personnes âgées de 15 à 29 ans. Chez les plus jeunes aussi, les victimes sont nombreuses : dans le monde, plus de 500 enfants sont tués chaque jour en se rendant à l’école, sur un terrain de jeux, chez des amis, … Pour Monsieur Ban, Cette journée concerne la compassion et la prévention […] Le thème de la Journée de cette année (« La vitesse tue ») montre la voie à suivre.  »
Dans une courte vidéo, Monsieur Jeannot Mersch, président de la FEVR, rappelle que la vitesse excessive est un important facteur causal de décès et de blessures sur les routes. Dès lors, des solutions comme l’ISA (intelligent speed adaptation) et LISA (light and safe car), qui tournent le dos à la logique d’accroissement de la vitesse des véhicules, permettaient de concevoir des véhicules plus sûrs – pour leurs occupants et les autres usagers de la route.

Comme le répète inlassablement Monsieur Claude Got, docteur en médecine, expert en accidentologie et créateur de l’excellent site http://www.securite-routiere.org/, « Il est indéfendable d’avoir limité les vitesses maximales des cyclomoteurs, des poids lourds, des tracteurs, pour des raisons de sécurité et de n’avoir pas adopté la même attitude pour les véhicules légers qui produisent le plus grand nombre de décès […] C’est un échec grave de notre civilisation, un signe de barbarie et d’indifférence à une souffrance que l’on se refuse à imaginer pour soi et dont on tolère qu’elle soit subie par les autres. »




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens