La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Nouvelles de quelques dossiers
12 juin 2014

-
Avec l’approche du scrutin du 25 mai, le travail des différentes cellules s’est principalement concentré sur les élections : analyse des programme des partis, bilan de l’action du gouvernement wallon, organisation de différentes rencontres avec des candidats et des personnes clés dans les partis politiques, rédaction de "position papers" synthétisant nos positionnements pour les négociateurs,... Objectif : faire en sorte que nos recommandations soit reprises au maximum dans la déclaration de politique régionale et dans l’accord de gouvernement fédéral.

Fédération
Nature - Agriculture - Ressources - Santé
Énergie - Économie
Mobilité et Aménagement du territoire
Campagnes et projets pilotes

Fédération

La reconnaissance et le subventionnement des associations environnementales sur les rails !

Vous vous souviendrez que le 22 janvier dernier, la Parlement wallon adoptait le décret de reconnaissance et de subventionnement des associations environnementales. En effet, la Wallonie était la seule des trois régions à ne pas bénéficier d’un cadre légal pour pérenniser les moyens du secteur associatif environnemental. Le décret et ses principes adoptés, il restait à prévoir toute la tuyauterie pour mettre en œuvre les mécanismes prévus par le décret. Depuis le 15 mai dernier, voilà qui est chose faite avec l’adoption par le Gouvernement wallon de l’arrêté d’exécution du décret. Le premières demandes de reconnaissance pourront intervenir dès 2015. Nous vous tiendrons informés des démarches à réaliser.

Contournement Nord de Wavre

Ce projet est dans les cartons depuis plusieurs années et revient au gré des diverses opportunités, sans être, hélas, jamais mis au placard. Une plateforme d’une dizaine d’associations de la Fédération et de riverains s’est créée l’an dernier, tant pour partager les expertises de chacun afin de proposer des réponses pertinentes et documentées à l’enquête publique que pour proposer de l’information à la population, via son site « les contournements routiers ».

La plateforme se mobilisait principalement pour demander qu’une étude d’incidences environnementale soit réalisée. Ce qui est chose faite ! Le promoteur a choisi de ré-introduire une demande de permis, assortie d’une étude d’incidences. L’ensemble de la plateforme reste donc sur le pont pour participer à la réunion d’information préalable qui se déroulera le 26 juin à Nethen et pour poursuivre l’information des citoyens de Wavre et de Grez-Doiceau.
Vous pouvez (re)découvrir ce dossier au travers d’une nIEWs de Céline. Comme vous le savez certainement, si vous êtes confronté à un cas local, c’est-à-dire une situation locale problématique pour laquelle il vous semble utile de vous mobiliser ; et que vous avez besoin du soutien de la Fédération, n’hésitez pas à contacter notre secrétariat.

Nature - Agriculture - Ressources - Santé

Stratégie « Biodiversité 2020 » : un catalogue de bonnes intentions… et après ?

Le 19 mai dernier, la Stratégie Nationale pour la Biodiversité, récemment actualisée et rebaptisée « Biodiversité 2020 » était présentée aux parties prenantes. Les 3 Régions et le Fédéral y ont présenté leur contribution respective. Si les intentions de la stratégie nationale sont conformes aux engagements internationaux, l’ampleur des mesures prises sur le terrain et leur efficacité varient fortement d’une autorité à l’autre.
Si dans les 2 autres régions et au Fédéral, les plans en faveur de la préservation de la biodiversité semblent satisfaisants, en Wallonie les plans d’action nature s’accumulent dans les archives de la Région. Le dernier en date, le catalogue d’actions du « Réseau Wallonie Nature », est porté par le gouvernement régional sans avoir été formellement adopté. Il s’apparentent davantage à un paquet de mesurettes sympathiques et ponctuelles qu’à une réelle stratégie cohérente et planifiée. Espérons que, dans les années à venir, la biodiversité devienne réellement une préoccupation majeure au sud du pays et soit enfin prise en compte dans l’ensemble des politiques sectorielles. Cela pourrait commencer par l’adoption d’un véritable Plan nature qui instaurerait un cadre ambitieux et cohérent en la matière.

Autre élément interpellant, aucun des quatre niveaux de pouvoir précités n’a abordé la thématique de l’agriculture. Seul un représentant de la Commission européenne a évoqué cette question dans le cadre de la réforme de la PAC. Et pourtant, nos zones agricoles sont les habitats les plus touchés par l’érosion de la biodiversité…
La stratégie et son résumé sont disponibles en ligne sur le site www.biodiv.be

Colloque Solidaris-mutualités socialistes sur l’alimentation

Le 24 avril dernier, Solidaris-mutualités socialistes organisait un colloque intitulé "Vers une politique concertée de l’alimentation en Belgique. Quels enjeux ? Quelles priorités ? En entrée, La mutuelle nous a rappelé que 63% des Belges francophones pensent qu’une majorité de l’offre alimentaire présente un risque important pour leur santé. Olivier De Schutter, éloquent comme à son habitude, nous a démontré qu’il croyait aujourd’hui davantage à une “révolution par le bas” pour changer le système alimentaire. L’action politique devant faciliter ce changement… La mutation des comportements ne viendra certainement pas de la FEVIA qui, lors du débat avec le BEUC, la coupole européenne des consommateurs, a refusé l’étiquetage nutritionnel de type « feu tricolore ».

Originalité démocratique intéressante : chaque participant pouvait voter lors des pauses pour les propositions du livre blanc présenté par Solidaris « pour un accès de tous à une alimentation de qualité ». Bref, une journée aux intervenants et débats intéressants avec le défaut habituel de ne pas dépasser les divergences de point de vue pour créer un espace de dialogue et de co-construction.

Colloque sur les États de Conservation des habitats et espèces Natura 2000

Ce 23 mai, le DEMNA et la DGO3 présentaient le travail colossal d’évaluation des États de Conservation prévus tous les 6 ans par la directive « Habitat ». Les habitats naturels et d’espèces Natura 2000 sont, en majorité, en mauvais État de Conservation. Les résultats des évaluations sont certes alarmants mais ils résultent, comme l’a rappelé un représentant de la Commission, de dégradations et de pressions souvent antérieures à la désignation des sites.

Le thermomètre est donc sur le malade, le tout est de voir comment évolue sa température. Et c’est également à cet exercice difficile que ce sont attelés les scientifiques. Un indicateur complémentaire aux états de conservation précise l’évolution des pressions sur les habitats et espèces, nonobstant leur état de conservation. Si les effets des différents programmes Life sont perceptibles sur les tendances, les habitats et espèces plus spécifiquement agricoles continuent de se dégrader. Ce rapport établit également certaines priorités d’actions en fonction des paramètres qui affectent le plus les EC.

Ce rapport a permis à l’administration de préciser le cadre budgétaire des actions à mener en Natura 2000, sur base d’avis d’experts réalisés conjointement entre l’administration et le DEMNA. Ce cadre budgétaire est soumis à l’avis du Conseil Supérieur Wallon de la Conservation de la Nature, et donc de la Fédération et de certains de ses membres.

Mobilité et Aménagement du territoire

LISA Car

Certaines caractéristiques fondamentales des voitures sont tout à la fois déterminantes quant à leur impact sanitaire (dangerosité) et quant à leur impact environnemental (émissions de gaz à effet de serre, polluants locaux). Il s’agit principalement de : la masse, la puissance, la vitesse de pointe et la conception de la « face avant » des véhicules. L’évolution de ces caractéristiques au cours des dernières décennies a, pour partie, contrecarré les progrès effectués par ailleurs en matière de maîtrise des émissions de CO2 des voitures et de réduction du danger sur les routes.

Cette évolution vers des véhicules plus lourds, plus puissants, plus rapides, plus « agressifs » est fort peu questionnée, voire fait l’objet d’une certaine approbation sociale. Il convient donc d’opérer un changement culturel : la diminution du nombre de victimes sur les routes et la protection de l’environnement doivent devenir des valeurs fondamentales, restrictives par rapport à la liberté de mettre en vente des voitures toujours plus lourdes, plus rapides, plus puissantes. C’est dans cette logique qu’ IEW a, en collaboration avec l’association Parents d’Enfants Victimes de la Route (PEVR), la Fédération Européenne des Victimes de la Route (FEVR) et la fédération européenne Transport and Environment (T&E), rédigé une charte LISA Car (light and safe car : http://www.iew.be/spip.php?article6344). Ce document ambitionne de sensibiliser la sphère politique à cette problématique.

Une vingtaine d’autres organismes ont cosigné la charte. Celle-ci a été présentée aux candidats aux élections européennes en ordre éligible. Un accueil fort favorable y a été réservé. Le travail va se poursuivre avec les eurodéputés afin de tenter de faire inscrire le sujet à l’agenda européen.

(Re)découvrez tous les rendez-vous des formations en aménagement du territoire, en 1 clic.

Campagnes et projets pilotes

Un village pour un « Futur Simple »

Les 11, 12 et 13 juillet prochains, le festival LaSemo sera de retour au parc d’Enghien. Une fois encore, Inter-Environnement y coordonne le village associatif où 35 associations et groupes de citoyens militants s’activeront pour partager leurs idées pour un Futur Simple. Une bonne occasion pour chacun d’entre nous de prendre un bain de jouvence en découvrant les initiatives rafraîchissantes de ces jeunes associations mêlées à d’autres plus expérimentées sur le terrain, dans une ambiance festive et familiale.

Ce village, qui se veut vivant et attrayant, proposera aux festivaliers des actions concrètes pour construire un monde « durable », respectueux de l’environnement et des ressources, un monde solidaire, plus juste et équitable, accessible à tous, où les droits des citoyens et des populations sont reconnus. Un accent particulier sera mis cette année sur la dénonciation de nos comportements de « con-so(ts)-mateurs » et sur les alternatives à la croissance et à la consommation, dans une interaction forte et multiforme entre les participants, dont le point culminant emmènera les festivaliers dans une folle manifestation !

Envie de venir nous y retrouver ? Dépêchez-vous, les places pour ce festival très familial sont en promotion jusqu’au 15 juin.

Politiques, enlevez vos œillères !

« On a l’impression que les choses n’avancent plus, je ne sais pas si c’est dû à la crise, mais il y a comme un coup de démotivation.  » ; « Nos enfants vont devoir, sans doute crise aidant, se tourner vers d’autres valeurs qui sont les valeurs de respect, d’entraide, de solidarité. Donc tout ce qui permet à l’humain d’avoir sa place et je pense que ça leur rendra la vie bien plus heureuse que ce qu’elle n’est pour l’instant » ; « Mettre une économie au service des gens et pas des gens au service de l’économie » ; « J’ai des projets. J’ai envie d’un monde où on fasse confiance aux autres, où on dise bienvenue, qu’est-ce que tu as envie de faire, dans la vie ? » ; « Bougez-vous le cul ! Prenez les décisions qui s’imposent et que vous seuls pouvez prendre, là, maintenant, à l’heure actuelle, et arrêtez d’attendre que les catastrophes soient juste sous notre nez pour vous décider à agir. Vous avez les leviers en main : actionnez-les ! » ; « Il faut oser avoir le courage de dire qu’il faut des changement sociétaux fondamentaux. Des bouleversements dans l’organisation sociétale, dans notre manière de produire et de consommer. Il faut ce courage.  » ; « Politiciens, c’était quoi vos rêves, il y a 20 ou 30 ans ?  ».

Vampirisé par des enjeux économiques de court terme, le discours politique actuel se montre incapable de penser au-delà de la croissance, la compétitivité, la relance. Et notre futur commun tend à se réduire à une gestion des courbes de production et de consommation. Les citoyens pourtant attendent « autre chose ».
C’est atour de cet « autre chose » que IEW a rassemblé 12 organisations de la société civile belge francophone [1] . Ensemble, ils se sont fait le porte-voix des citoyens qui attendent une politique nouvelle ouverte sur le long terme, capable de mettre en place un nouveau paradigme porteur d’une société plus équitable, plus solidaire, respectueuse de l’homme et de son environnement.
Allez donc faire un tour sur www.ma-voix.be et donnez-nous votre avis.


[1Amnesty International ; Association 21 ; la Fédération des Maisons médicales et des soins de santé francophones ; l’IDD (Institut du Développement Durable) ; IEW (Inter-Environnement Wallonie) ; Le Monde selon les Femmes ; L.S.T. (Luttes Solidarités Travail) ; Oxfam Solidarité ; le Réseau Financité ; le réseau idée ; RWLP (Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté) ; SAWB (Solidarité des Alternatives Wallonnes et Bruxelloises)



 
Dans la même rubrique
Soutiens