La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
HUMEUR : Hamon avis (regard affectueux mais néanmoins critique)
Pierre Titeux, chroniqueur  â€¢  2 février 2017  â€¢  Société / Alternatives

-

Je ne sais pas vous mais moi, je l’aime bien ce Hamon !
Sur la forme, déjà, c’est un modèle qui me plaît, tout en discrétion et sobriété ; pas le genre à se la péter, convaincu d’être né pour présider. A le voir avec son anorak trop grand, sa coupe improbable (« tout vers l’avant et vous égalisez bien la mèche s’il vous plaît ») et ses sourires de timide mais pas con, je ne l’imagine pas porté par autre chose que ses convictions. Les positionnements du bonhomme tout au long de son parcours politique attestent d’ailleurs d’un souci de cohérence et de probité qui lui font honneur.
Dussé-je passer pour un grand naïf – un comble vu les procès en pessimisme qui me sont régulièrement intentés… –, j’incline donc à le croire sincère. Il me paraît être de ces politiques réellement dévoués à la chose publique et qui apprécient moins les ors de la fonction que la capacité d’action que celle-ci leur confère. L’exact opposé des assoiffés de pouvoir prêts à tous les reniements et toutes les compromissions pour le conquérir

Bien sûr, c’est un apparatchick, actif depuis près de trente ans dans la machinerie du socialisme hexagonal. Et alors… ? Si l’étiquette est péjorative, elle ne révèle rien qui me semble tant soit peu condamnable. Il est vrai que je ne suis pas de ceux qui considèrent les termes « politique » et « professionnel » comme inconciliables…
Non, vraiment, je l’aime bien ce Hamon.

Mais trêve de considérations personnelles et hautement subjectives : le fait est que tout individu mobilisé par les enjeux sociaux et environnementaux ne peut que se réjouir de l’émergence du candidat Hamon. Il a en effet réinsufflé dans le débat politique la dimension passionnelle dont il s’était vidé et a su opposer à la litanie des gestionnaires de crise l’exaltation d’un véritable projet de société. Grâce à lui, le désir a retrouvé droit de cité aux côtés du pragmatisme, l’envie de construire un autre monde est (re)devenue une alternative à la résignation de subir celui que l’on nous impose au prétexte qu’il serait unique.

Certains avant lui – de Mélenchon à Pierre Juquin en passant par divers Verts – ont tenté pareil coup de force mais leur positionnement en marge de la sphère politique traditionnelle les cantonnèrent dans un rôle d’idiots utiles, de bouffons agitateurs d’idées tout juste tolérés dans la cour des grands. Il suffit de se remémorer les propos lapidaires de Franz-Olivier Giesbert, star des éditorialistes et éditorialiste des stars, lors de la campagne présidentielle de 2012. Après avoir abattu en vol les deux candidats d’extrême-gauche et l’écologiste de service, FOG avait réglé le compte de Mélenchon : « L’attraction totale de cette campagne. Un show formidable. Une vraie sincérité, une culture, il a tout mais il a un problème, c’est l’économie. C’est clair qu’il y a quelque chose qui ne va pas, là, c’est quand même complétement dingue.  » [1] Et d’en revenir aux seules personnalités qui vaillent à ses yeux, celles présentées par le PS et ce qui s’appelait alors l’UMP.

Hamon est le premier prétendant à l’Elysée issu d’un parti historique, fut-il déliquescent, à oser la rupture avec les dogmes auxquels ses congénères sacrifient l’avenir depuis des décennies. A ce titre, il apporte aux idées qu’il défend une audience et une crédibilité nouvelles. Pour cela et quel que soit son verdict final, ce millésime présidentiel 2017 est et restera historique. Car il ne faut pas sous-estimer l’importance de l’événement : qui aurait imaginé, il y a quelques mois encore, voir un socialiste issu du sérail mener campagne sur la dénonciation des mythes de la croissance infinie et du travail pour tous, l’appel à une révolution écologique et la promotion du revenu universel ? Non seulement, noss p’tit Benoît l’a fait mais il a triomphé de la coalition des « réalistes » ! De cela, je le répète, on ne peut que se réjouir. Même s’il ne s’agit que d’une bataille gagnée et que la guerre contre TINA, le fameux « There is no alternative » au nom duquel on nous impose le modèle captialo-suicidaire, sera encore longue.

Ceci étant acté, il n’est pas interdit de s’interroger sur les motivations réelles du candidat et plus encore sur la crédibilité de son programme.

Beaucoup, à gauche comme à droite, dénoncent un programme opportuniste qui surferait habilement sur les questionnements et les mal-être de l’époque.
Ce n’est pas faux. Mais peut-on sérieusement reprocher au candidat Hamon de prendre en compte des préoccupations que l’on accuse les autres de négliger ?

D’autres décèlent derrière cette candidature un agenda caché. Les rendez-vous de la primaire puis d’un scrutin présidentiel considéré comme perdu d’avance s’inscriraient dans une stratégie de conquête du PS – ou du moins de ce qu’il en reste. Là encore, ce n’est sans doute pas faux… mais pas non plus condamnable. Pour qui les défend, ce serait même au contraire une excellente chose que les positionnements sortis vainqueurs de cette confrontation initiale se retrouvent in fine au cœur de la refondation du parti socialiste français.

En ce qui concerne le crédibilité et la faisabilité des mesures proposées, cela a été déjà dit, répété et martelé : on se situe à un point de fracture entre réalisme résigné et utopie déterminée, entre réformisme socio-économique et révolution sociétale.
Si on considère le cadre de l’action et la nature de celle-ci comme inamovibles, le programme de Hamon – et, dans une autre mesure, celui de Mélenchon – constitue une aimable plaisanterie dont on ne peut, au choix, que rire ou pleurer.
Si par contre on accepte une remise en cause de ce cadre et de ses fondements, ce dont le candidat fait d’ailleurs un prérequis explicite, tout devient possible.
Ce qui ne signifie pas que tout soit bon dans le Hamon, tant s’en faut.

Personnellement, si je me réjouis d’entendre « l’héritage » d’un environnement sain opposé à celui d’une dette publique maîtrisée, la prévention des maladies pudiquement dites « de civilisation » intégrée dans les mesures de réduction du déficit de l’assurance maladie ou encore des engagements volontaristes sur l’interdiction des perturbateurs endocriniens, il est d’autres propositions qui me posent sérieusement question(s). C’est notamment le cas du « 49.3 citoyen » et du revenu universel.

Le renouvellement de la démocratie et le renforcement de la participation sont à la mode et sans doute nécessaires. Je doute toutefois qu’un processus permettant de suspendre la promulgation d’une loi et de la soumettre à referendum pour peu qu’un pourcent du corps électoral pétitionne en ce sens constitue un progrès. Que serait-il advenu, par exemple, de l’abrogation de la peine de mort ou de la reconnaissance du mariage pour tous si pareil mécanisme avait été d’application ? C’est ni plus ni moins que le pouvoir de légiférer et in fine de gouverner qui me semble ici menacé.

Quant au revenu universel, si le concept à de quoi séduire, notamment – mais pas que – dans une perspective de raréfaction du travail et d’une indispensable refonte des mécanismes de solidarité sociale, il me paraît (beaucoup) trop tôt pour en faire une panacée. Au-delà même des débats sur la « valeur travail », trop de questions demeurent, trop d’effets pervers menacent pour risquer de se perdre dans une illusion sans retour.

Quel sera le montant de ce revenu ? Comment le financera-t-on ? Qui en bénéficiera ? Est-il appelé à remplacer l’ensemble des prestations ou constituera-t-il un socle sur lequel certaines aides – lesquelles ? – viendront se greffer ? Ce sont des interrogations de base qui restent sans réponses et elles sont loin d’être les seules. Quel impact ce revenu peut-il avoir sur l’inflation ? Dans quelle mesure influera-t-il sur les salaires ? Les employeurs ne pourront s’empêcher de prendre en compte ce revenu alternatif dans le calcul des rémunérations qu’ils reverront dès lors à la baisse. Les laudateurs de « la compétitivité des entreprises » s’en réjouiront – il n’est pas innocent que le concept de revenu universel soit né dans les cénacles libéraux… – mais est-ce à la collectivité d’assumer le coût du travail presté pour une entreprise privée ?
Le chantier à investiguer est colossal et n’autorise pas l’emballement ; le candidat Hamon en est sans doute le premier conscient.


[1Cette intervention d’anthologie est détaillée et commentée dans la chronique « Merde in France » du 17 mai 2012



Messages

  • Ce FOG, il lui faut une musée de cire chez Tussaud :) Merci pour cette chronique ! Quelques commentaires à titre de discussion. Le revenu universel me parait pouvoir être beaucoup de choses, mais absolument pas universel. A moins tout à coup que la France se mette à payer pour le milliard d’humains affamés et les quelques autres milliards qui gagnent moins d’un dollar par jour. L’universalisme à la française, c’est un truc qui s’arrête très près du passeport. Ce pourrait être un point de détail si les mots n’avaient pas de sens, mais ils en ont un. Et le piège de ce vocable trahit bien le piège de la mesure. Ce revenu universel ne peut pas être universel, peut-il être un revenu ? Certainement, mais à la condition d’être inférieur à ceux du travail et de l’actuelle sécurité sociale. Un revenu qui est moindre que ceux dont disposent la plupart des actifs, voilà qui ne ressort pas non plus du terme "revenu". ATD Quart Monde, qui travaille avec les plus pauvres, avait évalué dans les années 90’ la pertinence d’une mesure de ce type pour ceux qui subissent la misère. Le constat était sans appel : non seulement les formules proposées réduisaient les revenus des familles pour lesquelles le test était effectué, mais la dépendance à une source unique de revenu (puisqu’il était supposé se substituer à plusieurs revenus différents comme les allocations familiales, les primes logement, celles d’insertion, etc) accroissait significativement le risque pour la famille : un retard de paiement universel et bam, à la rue. Mieux, ou pire, c’est selon : le travail procure un revenu, mais aussi un statut - une position - dans la société. Si le revenu du travail est remplacé par une allocation (trop faible) par quoi sera remplacé le statut qu’il procure ? D’actif, c’est à dire de participant à l’effort collectif, vous deviendrez allocataire universel, c’est à dire j’en mets ma main à couper, d’inutile subsidié, de dépendant des revenus de ceux qui travaillent encore ou des entreprises qui produisent la richesse, et même des machines qui travaillent à la place des humains mais qui sont financées par les banques, etc. Le revenu universel, qui n’est pas universel, est moins un revenu que les autres, augmente le risque pour les personnes pauvres, et prive les allocataires d’un statut social actif que confère le travail... mazette, ça n’a pas l’air d’être bizance. Autant Hamon a parcouru un chemin incroyable en proposant son programme dont la nouveauté et l’ampleur sont extrêmement enthousiasmant. Autant le recours à l’allocation universelle plutôt qu’à la réduction collective du temps de travail indiquent une préférence libérale, celle de la gauche de gouvernement qui a été la sienne et reste celle de l’appareil dans lequel il est piégé. On peut d’ailleurs se demander comment sa politique écologique pourrait être mise en oeuvre alors qu’il ne dit pas comment il pourra s’opposer à la logique productiviste et austéritaire imposée par les traités européens (notamment le TSCG) et les accords de "libre échange" (ni libre ni fondé sur l’échange). Bref l’action de refondation du PS par le candidat Hamon me semble comme toi une excellente nouvelle, mais il va falloir que tu écrives encore beaucoup de chroniques pour que le PS arrive à sortir du 19ème siècle :)
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.