La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Nouvelles fissures dans les cuves des réacteurs T2 et D3 L’indépendance de l’AFCN en question
17 juin 2017  •  Nucléaire

-
Les derniers avatars en matière de contrôle nucléaire laissent une fois encore perplexe la société civile et témoignent que l’AFCN fait de la rétention d’information et sacrifie la qualité des contrôles à la rentabilité de l’outil pour Electrabel-Engie. Explication.

Suite aux récents arrêts planifiés des réacteurs T2 (Tihange 2) et D3 (Doel 3) pour rechargement de combustible et inspection, Electrabel-Engie et l’AFCN (Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire) ont tout d’abord déclaré que les fissures présentes dans les cuves de ces deux réacteurs n’avaient pas évolué, tout en gardant secret les rapports d’analyse par ultrasons.

Suite à une requête de Greenpeace auprès de la Commission fédérale de recours pour la transparence, ces documents ont finalement été rendu publics. Ils révèlent l’apparition de 70 nouvelles fissures dans la cuve du réacteur T2 et 300 dans celle de D3, fissures qui seraient dues, selon Engie, l’AFCN et le ministre Jan Jambon, à un positionnement différent de l’appareil à ultrasons et aussi, selon l’AFCN, au fait que la méthode d’analyse par ultrasons est « une technique expérimentale, dont les résultats comportent des variations de mesure ». Sur le site de l’AFCN [1], on trouve encore cette phrase révélatrice :
« Les documents fournis en annexe de cette note présentent les résultats complets de la réinspection de la cuve de Doel 3 par ultrasons et des résultats partiels pour la réinspection de la cuve de Tihange 2. En effet, compte tenu du temps nécessaire à l’analyse et l’interprétation complète des résultats, l’AFCN a accepté qu’Electrabel puisse demander un redémarrage des réacteurs après une analyse partielle des résultats, tout en exigeant que l’analyse complète soit réalisée dans les trois mois suivants le redémarrage. »

Une déclaration qui met en question les affirmations sur la non-évolution des fissures et qui ne semble pas avoir ému le Ministre.

Ce nouvel et sans doute pas ultime avatar de la saga de l’atome belge démontre une fois de plus que la rigueur et l’indépendance de l’AFCN sont des leurres et que nos dirigeants, au nom d’une foi inébranlable dans la technique, sont prêts à prendre le risque sacrifier la santé et l’avenir de leurs concitoyens ainsi que des générations futures pour le plus grand bénéfice de quelques uns.

Les citoyens conscients auront l’occasion de manifester leur désaccord le plus profond avec cette politique le dimanche 25 juin au cours de la chaîne humaine antiatomique de Tihange à Aachen. Information et inscription : http://findunucleaire.be/html/CH-avec-FDN.htm

Contact : Francis Leboutte, 04.277.06.61

Un communiqué de :
www.findunucleaire.be
info@findunucleaire.be
+32.(0)4.277.06.61
Fin du nucléaire asbl
Rue de la Charrette 141, 4130 Tilff




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens