La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Un Tribunal international des citoyens et des ONG pour juger Monsanto
Alain Geerts  •  8 mars 2016

-
Alors que l’Europe discute de la ré-autorisation du Glyphosate, matière active de produits pesticides tels le Roundup, Nature & Progrès Belgique, Inter-Environnement Wallonie et Adalia, viennent de rejoindre et de soutenir un Tribunal international à l’encontre de Monsanto.

Ce Tribunal ( www.monsanto-tribunalf.org ) dont la constitution a été annoncée le 3 décembre 2015 à Paris, est piloté par des personnalités de renom et rejoint par des ONG et des citoyens du monde entier. Il se tiendra à La Haye du 12 au 16 octobre 2016.

Pour un nombre croissant de citoyens de diverses parties du monde, Monsanto est le symbole d’une agriculture chimique et industrielle qui pollue l’environnement et altère la santé, accélère la perte de biodiversité, est à l’origine d’au moins un tiers des émissions des gaz à effet de serre générés par l’activité humaine. Ce modèle d’agriculture promu par Monsanto est en grande partie à l’origine de l’épuisement des sols et des ressources en eau ainsi que de la marginalisation de millions de petits paysans. Il menace également la< souveraineté alimentaire des peuples par des brevets sur les semences et sur des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM).

Le produit phare de Monsanto, le Roundup, à base de Glyphosate, est l’herbicide le plus utilisé au monde et risque de devenir un des plus grands scandales sanitaire et environnemental de toute l’ère industrielle. Il est associé aux cultures transgéniques (OGM) tolérantes au Roundup, destinées à l’alimentation et à la production d’agrocarburants.

Selon les détracteurs de Monsanto, la multinationale a pu occulter les dommages à la santé et à l’environnement de ses activités grâce à une stratégie bien rôdée : lobbying auprès des autorités de réglementation et gouvernementales, mensonges et corruption, financement d’études scientifiques frauduleuses, pression sur des scientifiques indépendants, manipulation de la presse, etc…

Le tribunal Monsanto fonctionnera avec de vrais avocats et de vrais juges internationaux. Il prendra appui sur les Principes directeurs relatifs aux entreprises et droits de l’homme adoptés au sein de l’ONU en 2011. Le Tribunal évaluera également les actions de Monsanto au regard du crime d’écocide (crime contre l’environnement) dont l’inclusion a été proposée dans le droit international pénal. Il examinera l’opportunité de réformer le Statut de Rome créant la Cour pénale internationale en vigueur depuis 2002 afin d’y inclure le crime d’écocide et de permettre la poursuite des personnes physiques et morales soupçonnées d’avoir commis ce crime.

Pour suivre l’actualité du Tribunal International Monsanto : www.monsanto-tribunalf.org

Pour plus d’informations :

Marc Fichers - Nature & Progrès
marc.fichers@natpro.be, +32 (0) 81/32.30.52 - +32 (0) 473 65 36 32

Christophe Schoune - IEW
c.schoune@iew.be, +32 (0) 477 68 50 21

Isabelle BOURGE - Adalia asbl
info@adalia.be, +32 (0) 4 250 95 82




 
Dans la même rubrique
Soutiens