La Fédération
 
Opinions
 
Actualité
 
Actions !
 
Campagnes
Mobilité
 
Aménagement du territoire
 
Energie, climat
 
Economie
 
Agriculture, nature
 
Pollution, environnement, santé
Formations & Appui
 
Newsletters
 
Une même ambition pour le climat que pour le CETA ?
Christophe Schoune, Secrétaire général  •  26 octobre 2016  •  Climat / changements climatiques / Effet de serre

-
A l’occasion du Sommet sur le climat ces 26 et 27 octobre, Inter-Environnement Wallonie adresse une lettre ouverte au gouvernement wallon pour réclamer davantage d’implication politique en faveur d’investissements dans les énergies renouvelables et durables.

Monsieur le Ministre-Président,

Votre gouvernement organise un Sommet Climat à Mons, organisé ces 26 et 27 octobre. Cela témoigne du souhait d’engager la Wallonie vers une société décarbonnée. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agira de tracer une feuille de route afin de réduire de 80 à 95 % nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. Relever le défi des changements climatiques est une urgence que les records de température successifs des années 2014, 2015 et 2016 nous rappellent avec insistance…

Si nous saluons l’engagement pris, nous restons dans le même temps inquiets. La société wallonne demeure peu préparée à gravir ce qui pourrait s’apparenter à une montagne infranchissable si de nouvelles voies ne sont pas tracées par les pouvoirs publics à brève échéance.

Réjouissons-nous des débats entre les acteurs de la société civile qui jalonneront ces deux journées. Mais ce Sommet Climat sera utile si le gouvernement ose une action politique à la hauteur des enjeux, s’il met clairement sur la table les choix – parfois difficiles – qui se posent aujourd’hui, s’il ouvre le débat sans crainte ni tabous et avance dans des réalisations convaincantes.

Monsieur le Ministre-Président, ce ne semble hélas pas être le cas, particulièrement dans un secteur clé de la transition dont votre gouvernement à la charge : l’énergie et plus particulièrement l’électricité. La Wallonie tarde en effet à adopter des politiques ambitieuses en matière de renouvelables et d’efficacité énergétique. Or, il sera indispensable d’atteindre 100 % de production électrique renouvelable et durable.

Place à l’ambition !

En matière d’électricité renouvelable, les objectifs de votre gouvernement reposent désormais sur la construction d’une immense centrale aux pellets, qui sera non seulement inefficace et chère, mais surtout dépendante de l’importation de bois issus de forêts américaines gérées de manière non durable. Selon votre gouvernement ce serait la seule option car les Wallons ne voudraient pas de l’éolien, ils se méfieraient du photovoltaïque et ils ne seraient pas prêts à économiser leur électricité.

Le temps des peurs doit céder la place au temps de l’ambition. Sans un développement volontariste de l’éolien et du photovoltaïque, la Wallonie ne sera pas en mesure de rencontrer ses objectifs en matière de renouvelable. Plusieurs sondages ont démontré que les Wallons sont largement favorables au développement du renouvelable, dont l’éolien sur terre. Dans les communes où des plans d’actions « énergie » ont été développés, nous voyons chaque jour que la transition énergétique est possible. A une condition majeure : impliquer les citoyens et garantir les intérêts des acteurs économiques locaux dans ces nouveaux développements. Il ne peut donc y avoir de transition énergétique sans une implication citoyenne forte. Le succès des coopératives énergétiques est le témoin de cette attente illustrée par l’immense succès du film Demain.

Rendez-vous pour un nouveau projet de société

Monsieur le Ministre-Président, il convient de poser les vraies questions au gouvernement et aux citoyens wallons. Quel sens cela aurait-il de subsidier à hauteur de 1,3 milliard d’euros un méga-projet de centrale à biomasse polluante, dont la fabrication de pellets sera en grande partie importée de pays ou la gestion forestière est plus que discutable ? Pourquoi ne pas préférer dépenser cette somme considérable pour soutenir le développement de filière moins chères, meilleures pour l’environnement, créatrices de richesses et de dizaines de milliers d’emplois non délocalisables (éolien, solaire, petite biomasse durable…) ?

A travers le refus du Ceta, la Wallonie vient de démontrer avec détermination et l’appui sans faille de la société civile qu’il est possible d’adopter des politiques économiques, sociales et environnementales susceptibles de servir l’intérêt des citoyens et de la Planète ! Ayez l’audace du Ceta pour le Climat, Monsieur le Ministre-Président ! Invitez votre gouvernement à adopter des plans et des projets qui soutiendront une nouvelle forme de prospérité, en Wallonie, au bénéfice de ses collectivités, de ses entrepreneurs et de ses habitants. Ce Sommet Climat est une occasion unique de prendre rendez-vous avec les générations futures en construisant dans la durée une large adhésion des citoyens à un nouveau projet de société.




 
Voir aussi
Dans la même rubrique
Soutiens