La FEB sort du bois sur le nucléaire

La FEB sort du bois sur le nucléaire

Dans l’Echo du 30 août le président de la FEB, Pieter Timmermans, estime qu’ “il est prématuré de vouloir sortir totalement du nucléaire en 2025”. Les organisations environnementales IEW, Greenpeace et BBL estiment toutefois que c’est un mauvais calcul. “Remettre en cause la sortie du nucléaire est vraiment le meilleur moyen de bloquer la transition énergétique vers un futur énergétique à la fois sur, bon marché et bon pour le climat” estiment-elles.

Si les grandes entreprises veulent une transition énergétique vers un futur énergétique à la fois durable et sûr, il est crucial de ne pas s’accrocher à l’énergie nucléaire. C’est faire courir un risque inutile à la population. En 2025, les plus “jeunes” réacteurs auront atteint leur durée de vie de 40 ans. Il n’ont pas été conçus pour tourner au delà de cet âge.

Des discussions cruciales sont actuellement en cours pour passer un “pacte énergétique” entre les entités fédérées. C’est une chance unique pour la Belgique de tourner une bonne fois pour toute la page de l’électricité nucléaire. Aujourd’hui, les renouvelables et l’efficacité énergétique sont prêts à prendre le relais et le nucléaire est dans le chemin… C’est avant tout une question de volonté politique.

Les partisans d’une prolongation du nucléaire comme la FEB aiment faire peur aux belges en leurs disant que sortir du nucléaire causera des coupures d’électricité. Rien n’est moins vrai. Plusieurs études montrent que sortir du nucléaire en 2025 est tout à fait faisable. La question a poser à nos politiques: le veulent-ils vraiment ?

Contact : Arnaud Collignon, Chargé de mission énergie, inter Environnement Wallonie, 0477/700.456

Fermer le menu