« Acheter vert »: était-ce encore possible en cette rentrée 2006 ?

Aujourd’hui, beaucoup de gens sont conscients qu’il est important d’intégrer la dimension environnementale dans la vie quotidienne. Un ménage belge sur cinq achète d’ailleurs déjà des produits verts. D’autres sont prêts à passer à l’acte. Le hic, c’est qu’à l’heure actuelle, beaucoup de produits et de services « alternatifs » n’existent pas ou pire, n’existent plus. Vous voulez par exemple éviter l’avion ? L’offre de trains internationaux est réduite à peau de chagrin et lorsqu’elle existe, elle a un prix trois fois plus élevé. Vous désirez manger moins de viande ? Les produits végétariens dignes de ce nom restent difficiles à dénicher dans l’ensemble des restaurants et magasins wallons.

Adieu, veau, vache…
Il en va de même avec les fournitures scolaires écologiques.Cet amer constat ressort d’une récente étude du CRIOC sur le thème. Il y a deux ans, des campagnes de sensibilisation au « Cartable vert » ont été menées à l’initiative des ministres régionaux en partenariat avec les grandes surfaces. Aujourd’hui, il redevient difficile de se procurer des fournitures scolaires dans leur version écologique. Fini les crayons en bois non teintés, non vernis. Adieu, les surligneurs fluo en bois naturel. Oubliés, les cahiers et blocs de cours en papier 100 % recyclé. La situation est franchement désespérante quand on sait que certaines associations sensibilisent à l’utilisation du papier recyclé depuis plus de … 30 ans !

A qui la faute ?
Certes, tous les acteurs ont une part de responsabilité. Mais nous ne pouvons nous empêcher de pointer du doigt les autorités publiques. Dans les Plans Fédéraux de Développement Durable successifs, elles se sont engagées à favoriser les achats durables. Dans cette optique, elles doivent, d’une part, montrer l’exemple dans leurs achats propres , d’autre part s’assurer qu’une offre minimale de produits soit accessible au public au moins dans les grandes chaînes de distribution. Lesquelles ont d’ailleurs tout à y gagner. Et il ne suffit pas de le faire un ou deux ans si l’on souhaite susciter de véritables changements de comportements.
Dans ses recommandations, le CRIOC lance également quelques propositions judicieuses notamment en préconisant aux écoles de réaliser des achats groupés afin de fournir du matériel écologique et moins cher à l’ensemble des élèves.

Alors, si vos courses de rentrée ne sont pas encore terminées, n’oubliez pas de « sermosensibiliser » votre vendeur de fournitures de bureau. Incitez-le, par exemple, à mettre dans ses rayons des cahiers, des blocs de feuilles et de copies pour imprimante en papier recyclé, non blanchi, 100 % fabriqué à base de vieux papier, tel que recommandé par le Réseau Eco-consommation. Histoire d’être à la pointe!

Pour en savoir plus :

Enquête du CRIOC sur l’offre de matériel scolaire 

Des infos sur le cartable écologique, le papier recyclé, les piles rechargeables
Et pour la campagne cartable vert

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental