Addio, Città Verde…

Le Ministre wallon en charge de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité, Philippe Henry, a signifié ce mercredi 10 février son refus du projet Città Verde, portant sur l’implantation d’un vaste centre commercial à Farciennes.
Ayant dénoncé de longue date les tares environnementales, économiques et sociales de ce projet, la Fédération Inter-Environnement Wallonie se réjouit bien évidemment d’une décision qui rencontre ses arguments. La Fédération espère qu’au-delà du cas particulier de Città Verde, ce refus confirme bel et bien une politique régionale en matière d’implantations commerciales privilégiant la revitalisation des centres urbains.

Fin septembre 2009, la Fédération Inter-Environnement Wallonie déposait un recours administratif à l’encontre du projet Città Verde.

Parmi les arguments motivant ce recours, Inter-Environnement Wallonie dénonçait l’absence de création de nouveaux emplois en raison du transfert d’emplois déjà existants ; le déclin des centres urbains proches (Sambreville, Namur, Gembloux…) généré par une concurrence additionnelle ; l’accessibilité catastrophique d’un projet qui axe tout sur la route, une aberration à l’heure où la lutte contre les gaz à effet de serre constitue une priorité majeure ; la perte d’attractivité du centre de Charleroi, déjà sinistré, et le risque de multiplication des chancres…

Autant d’arguments que l’on retrouve dans l’argumentaire accompagnant la décision du Ministre Henry. Ce qui atteste, in fine, de la pertinence de l’analyse produite par IEW et du bien-fondé de son recours.

André Antoine, prédécesseur de Philippe Henry à l’Aménagement du territoire wallon, avait initié une politique en matière d’implantations commerciales s’articulant sur deux axes : une redynamisation des centres urbains et une stricte limitation des projets excentrés générateurs d’augmentation du trafic routier. C’est dans cette logique qu’il avait refusé un premier projet pour Farciennes, Cittadella. Le Ministre Henry poursuit et renforce très clairement cette ligne de conduite, on ne peut que s’en féliciter.

La Fédération Inter-Environnement Wallonie espère désormais que ces bonnes intentions concrétisées au coup par coup déboucheront rapidement sur l’élaboration d’un Schéma régional de développement commercial, comme le prévoit la Déclaration de politique régionale du gouvernement wallon. Cet outil régulateur offrira un cadre objectif et précis orientant les projets à venir. Il permettra ainsi d’éviter les querelles politico-juridiques trop fréquentes aujourd’hui.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental