Agrocarburants: l’impasse…

Agrocarburants: l’impasse…

Les associations Nord-Sud, de défense des droits de l’homme et de défense de l’environnement adressent un courrier de mise en garde à nos ministres et à nos parlementaires : la transposition envisagée pour la directive européenne relative aux critères de durabilité des agrocarburants ne résoudra pas les effets indirects les plus graves.

Alors que le G20 s’est réuni ces 22 et 23 juin pour combattre la volatilité des marchés agricoles et la crise alimentaire mondiale, il est incohérent de poursuivre l’actuelle promotion des agrocarburants sachant qu’avec l’actuel taux d’incorporation des agrocarburants (qui n’atteint pas les 5%) l’impact sur les marchés agricoles est d’ores et déjà considérable. Par ailleurs, il renforce la volatilité des prix et augmente les prix alimentaires pour les consommateurs pauvres. Il renforce également les importations d’huile de palme et de soja par l’industrie agroalimentaire européenne suite à l’utilisation grandissante d’huiles produites en Europe à des fin de biodiesel ce qui provoque de façon indirecte des dangers pour l’environnement, mais également pour les populations et leur sécurité alimentaire.

Les critères de durabilité et les systèmes de certification sont inadaptés car ils n’ont pas de prise sur les effets indirects les plus graves de la production à grande échelle d’agrocarburants. La voie à suivre n’est donc pas celle de l’amélioration de ces critères mais la mise en cause des objectifs de consommation d’agrocarburants.

A lire aussi :

 Le courrier qui a été adressé à nos ministres de l’environnement et aux parlementaires concernés, ce 4 juillet 2011

 La position d’Inter-Environnement Wallonie sur les agrocarburants

Noé Lecocq

Climat & Mobilité