Alimentation durable : actions !

Alimentation durable : actions !

Il y a des défis qu’on se doit de relever. L’alimentation en est un. Plus qu’un symbole, une alimentation adéquate et de qualité est un droit reconnu et inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Or, les modes alimentaires actuels (excès, déséquilibres alimentaires, mauvaise qualité de nombreux aliments) participent à l’épidémie de surpoids, d’obésité et de maladies telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires, certains cancers, etc.
Une alimentation plus durable doit être au c½ur des priorités politiques pour faire progresser différents aspects de la durabilité:

  • environnementaux (réduction des émissions de CO2 du transport, préservation de la qualité de l’eau et de la fertilité des sols, diminution du gaspillage alimentaire, suppression des résidus de pesticides dans l’environnement, etc.),
  • sociaux (qualité nutritionnelle des aliments, juste prix payé par les consommateurs, etc.)
  • et économiques (prix rémunérateurs pour tous les acteurs de la filière, etc.).

Une alimentation durable doit permettre que toute la filière alimentaire soit gagnante: du producteur au consommateur. Ainsi, l’alimentation durable réunit plus qu’elle ne divise. Ceci explique peut être que les acteurs se rassemblent autour de ce thème, tant à Bruxelles qu’en Wallonie.

appetichampmoyen.jpg C’est en 2008 qu’est né le RAWAD, le réseau des acteurs wallons pour une alimentation durable. Le réseau regroupe à ce jour 17[[La Fédération Inter-Environnement Wallonie, Écoconso, les conviviums Slow Food wallons, le Crioc, Bioforum Wallonie, l’Union des Agricultrices Wallonnes, la Fédération Wallonne Horticole, Accueil Champêtre en Wallonie, le CNCD-11.11.11, le Collectif Stratégies Alimentaires, Max Havelaar Belgique, l’Observatoire de la Santé du Hainaut, Hainaut Développement, Saveurs Paysannes, Mutualités Socialistes-Solidaris, Fédération belge francophone des fermes d’animation, SAW-B.]] membres, représentants de consommateurs et de producteurs, des acteurs de l’environnement, de la santé, de la solidarité internationale, de l’économie sociale, etc. Le réseau a pour mission de contribuer à la construction d’un système alimentaire plus durable incluant l’ensemble de la filière de l’alimentation en touchant un public large et varié mais a mis la priorité sur les acteurs relais en Wallonie. Pour y parvenir, le RAWAD se donne deux objectifs à concrétiser. D’une part, créer des synergies en partageant les expériences et points de vue afin de renforcer les actions des membres. Et d’autre part, soutenir le lancement de la filière durable en Wallonie par le biais de projets concrets.

Et en matière d’alimentation durable, la Wallonie a des atouts à faire valoir.

Certains potentiels de développement ne peuvent nous échapper : l’engouement croissant pour les circuits de distribution de proximité, les filières durables, alimentées en produits locaux, issus de l’agriculture bio wallonne, etc. Le secteur agricole voit son paysage se diversifier avec le renforcement de structures coopératives au service direct des producteurs et consommateurs.

Le gouvernement wallon s’est donné des objectifs qui vont dans le sens de ceux du RAWAD au travers de sa Déclaration de Politique Régionale 2009-2014. Epinglons par exemple en matière agricole le développement et la promotion des produits wallons, les circuits courts, la consommation responsable, l’agriculture biologique, les produits locaux, de saison, du commerce équitable, la distribution de proximité, les marchés locaux, les ventes directes, les produits de qualité différenciée, les produits fermiers, etc. L’alimentation y est mentionnée dans le secteur de la santé en développant des habitudes saines en matière d’alimentation, ainsi que dans le chapitre consacré aux déchets. Nous le savons tous, le meilleur déchet est celui qui n’existe pas, il est question de renforcer la sensibilisation à l’éco-consommation, à la lutte contre le gaspillage, notamment alimentaire.

Ces objectifs politiques ont été traduits par des actions : subventions octroyées dans le domaine de l’accompagnement des producteurs et la transformation et la vente à la ferme, du financement de hall relais agricoles, du développement de la filière bio, de la promotion des produits et notamment encore de l’accompagnement de collectivités. La majorité des acteurs nourrissent donc un même projet tourné vers une alimentation plus durable.

Ce projet, IEW et tous les membres du RAWAD souhaitent lui donner une forme concrète, basée sur les échanges, une vision commune et des projets basés sur les synergies des structures existantes. S’investir dans le RAWAD, c’est s’investir pour cette vision commune, une direction dans laquelle nous regardons tous.

L’agriculture durable wallonne au service d’une alimentation durable wallonne !

Tout en échangeant des expériences, les membres du RAWAD ont entamé l’exercice pratique, grandeur nature, en jouant le rôle de catalyseur de projets intersectoriels. Ainsi, le premier projet du réseau a démarré il y a plus d’un an. Il ambitionne de développer une filière d’alimentation durable par le biais de la restauration collective publique et privée de la ville de Namur. Quoi de plus intersectoriel que de développer l’entièreté d’une filière ?

Ce projet, dénommé «Appétit’Champs », est porté par l’ensemble des membres du RAWAD et fait intervenir de nombreux acteurs locaux. Les cantines modifient leurs pratiques en cuisine, adaptent leurs achats, construisent des nouvelles relations avec leurs fournisseurs. Les agriculteurs quant à eux orientent une partie de leur production vers de nouveaux débouchés (les cantines) et s’organisent pour fournir les cantines en produisant petit à petit de façon plus durable.

Certaines collectivités n’ont pas attendu « Appétit’Champs » pour poser les bases de l’alimentation durable dans leur cantine. La plus-value de ce projet pilote consiste à créer la masse critique de repas nécessaire au développement d’une filière entièrement axée sur l’alimentation durable. Le volume de repas fournit qu’ambitionne la nouvelle filière durable permet à tous les acteurs (producteurs, transformateurs, etc.) d’envisager de faire le pas et de se lancer dans l’aventure.
La solidité de la filière est cruciale pour décider ceux qui, de la production à la transformation en passant par la logistique de distribution, souhaitent développer un projet d’alimentation durable et diversifier leurs débouchés. C’est maintenant la concrétisation qui est attendue.

En soutenant le réseau et le projet « Appétit Champs », le Ministre de l’Agriculture renforce sa stratégie globale visant à promouvoir une filière courte au service d’une agriculture durable et assure ainsi la cohérence des multiples actions menées depuis des années… une bonne gestion qu’on ne peut que saluer.
La Fédération Inter-Environnement Wallonie, souhaite plus que jamais participer à la démonstration qu’une économie locale basée sur une filière alimentaire durable est possible.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental

Fermer le menu