Apéro estival belge : cocktail ozone-particules fines !

Apéro estival belge : cocktail ozone-particules fines !

Rien de tel qu’un cocktail de fruits frais ou un mojito glacé pour se rafraîchir en terrasse! Mais attention, cette année encore, vous risquez fort de devoir avaler un smog pour le même prix!

En effet, la Belgique vient d’être sanctionnée par l’Europe pour ne pas avoir respecté les normes pour les PM10. Ces particules fines en suspension dans l’air et les substances toxiques qu’elles véhiculent peuvent pénétrer plus ou moins profondément dans les poumons et induire des effets nocifs sur la santé. Près de 70% de la population wallonne est exposée à une concentration annuelle supérieure à 20μg/m³, valeur guide de l’Organisation mondiale de la Santé! Concernant l’ozone, si la situation s’est améliorée en 2007 et 2008 par rapport aux années précédentes et si les valeurs cibles européennes sont respectées, les températures très estivales que nous connaissons actuellement peuvent engendrer des pics d’ozone. En effet, l’ozone se forme principalement à partir du dioxyde d’azote et du rayonnement du soleil. Et donc, on peut s’attendre à un pic quand les ingrédients suivants sont rassemblées : temps ensoleillé, peu de vent et circulation automobile intense.

Ouf, nous voilà sauvés? Pas vraiment!

Jeudi premier juillet, le Gouvernement wallon a approuvé le Plan « Vagues de chaleur et Pics d’ozone » en prévision de la période estivale.

Ce plan 2010 reprend quasi à l’identique le plan « Vagues de chaleur et Pics d’ozone » 2008. Plan pour gérer l’urgence, ok ! Mais quelles améliorations entre 2008 et 2010? Très peu car ce plan (adopté une première fois en 2008) ne contient que des mesures court-terme qui n’agissent en rien sur le fond du problème. Il est certainement très utile pour gérer les situations d’urgence engendrées par les pics de pollution mais tout à fait insuffisant pour éviter qu’elles se reproduisent d’année en année. Et qu’elles s’intensifient…

Pourtant, les enjeux sanitaires sont loin d’être négligeables. On estime ainsi qu’une exposition prolongée aux particules fines réduit l’espérance de vie de plus d’un an ; quelque 350.000 décès prématurés par an en Europe leur seraient imputables. Sans parler des impacts chez les asthmatiques, les personnes souffrant de troubles respiratoires, les femmes enceintes…

Que faire?

S’enfermer et ne respirer qu’à travers un masque? Pas très efficace pour améliorer la situation. Une solution : changer nos habitudes de déplacements!

L’industrie, responsable de 64,4% des émissions est soumise à des mesures structurelles fortes, régulièrement renforcées. Le transport routier, qui intervient à hauteur de 20,8% dans le problème, échappe par contre à cette gestion en profondeur.

Ce sont nos trop nombreux déplacements en voiture qui sont aussi responsables de la situation! Chaque jour, les déplacements des belges en voiture, cumulés, équivalent à 5.240 tours de la terre! Alors que 40% de nos déplacements font moins de 3 kilomètres…

Offrez-donc des vacances à votre voiture en la laissant au garage. Et profitez des belles journées ensoleillées qui se succèdent pour redécouvrir votre quartier et vos voisins en vous déplaçant à pied, à vélo ou en combinant avec les transports en commun !

Je parie qu’à la rentrée, vous pourriez envisager de prolonger les vacances… de votre voiture!

A votre santé !

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental