Appel à un moratoire sur les élevages intensifs en Wallonie

Appel à un moratoire sur les élevages intensifs en Wallonie

La « Coordination élevages», qui regroupe une vingtaine d’associations et comités de riverains, lance un « Appel à moratoire » sur les projets d’élevages intensifs en Wallonie.

Actant une série d’enjeux majeurs liés au développement des élevages intensifs :

 modèle de développement non durable conjugué à une plus-value économique nulle ;

 nuisances environnementales croissantes, notamment au niveau des nappes aquifères ;

 détérioration du cadre de vie ;

 démarche agricole sans vision prospective ;
la Coordination[[Membres actuels: ADDES asbl (Libin), Association de Défense des Sites et Vallées du Namurois, ARETA (Braives-Burdinne), CADEC, Comité de quartier de la rue Rivière (Estinne), Comité de riverains des Waleffes, Comité des riverains de Braives-Burdinne, Eco-Vie asbl (Mouscron), Environnement-Dyle (Genappe), Groupe des opposants de Grune (Nassogne), Fédération Inter-Environnement Wallonie, Natagora, Opposants au feu projet de Wardin (Bastogne), Pepinster, Pro Arduina Nostra asbl (la Roche en Ardenne), Riverains de Hardigny (Bastogne), Riverains de la porcherie de Ramillies-Autre-Eglise]] demande aux politiques de décréter un moratoire sur tout nouveau projet d’élevages intensif en Région wallonne.

La levée de ce moratoire serait conditionnée aux éléments suivants :

 renforcement du Programme de gestion durable de l’azote en agriculture conjugué à la prise en compte dans celui-ci et dans le permis d’environnement des interactions entre la biodiversité et les épandages ;

 adoption de conditions sectorielles incluant la liaison au sol en amont des exploitations agricoles et les enjeux liés aux tourismes en milieu rural ;

 adoption d’un décret sur la gestion des nuisances olfactives ;

 adoption d’un décret cadre sur l’agriculture ;

 mise en ½uvre de mesures en faveur des productions différenciées (élevages extensifs, biologiques,…).

Un courrier (copie en annexe) relayant cet Appel et leur demandant de se positionner sur les cinq revendications de la Coordination a été adressé à l’ensemble des parlementaires sortants. Une démarche identique sera opérée vers les nouveaux élus au lendemain du 7 juin.