Bilan atmosphérique 2006 : de quoi avoir … les boules (de Noël !!!)

C’est la fin de l’année, le temps des bilans, des bêtisiers mais aussi des bonnes résolutions pour l’année suivante. Et en matière de gestion de la qualité de l’air, y a de quoi rire ! Et de quoi décorer un sapin, surtout avec toutes ces boules !
Particules fines en hiver, ozone et canicule en été, les Wallons n’ont pas été épargnés cette année.
Côté bilan, à deux semaines de la fin de l’année, les données wallonnes sont les suivantes pour  les particules fines : la station de Marchienne-au-Pont, la plus polluée de Belgique, enregistre 164 jours de dépassements du seuil de 50 µg/m³, soit pratiquement un jour sur deux. Sachant que le quota européen est de 35 jours de dépassement, nous pouvons affirmer que d’ici la fin de l’année, ce quota aura sûrement été multiplié par 5. Première boule (une grosse, la flèche dirons-nous). Une seule station wallonne enregistre en 2006 moins de jours de dépassement de cette norme européenne par rapport à 2005. Quant à Marchienne-au-Pont, la situation de cette station constitue un record puisque jamais un tel niveau de pollution n’avait été atteint auparavant, où que ce soit en Belgique. Deuxième boule.

Concernant l’ozone, alors que l’Europe autorise 25 jours par an (sur une moyenne de 3 ans) de dépassement du seuil de protection de la santé (120 µg/m³), ce chiffre monte jusque 38 jours dans trois stations wallonnes pour 2006. Troisième boule. Globalement les données sont légèrement inférieures à celles de 2003, dont l’été avait aussi été marqué par une longue canicule, mais supérieures à 2004 et 2005, alors qu’entre temps un plan national Ozone 2004-2007 a été mis en place à la suite de la canicule de l’été 2003. Quatrième boule. Une évaluation de la mise en oeuvre de ce plan national était programmée pour la fin de l’année 2005 mais elle n’a pas eu lieu et il est donc impossible de jauger son efficacité. Cinquième boule.

Concernant les stations de mesure, le ministre de l’Environnement Benoît Lutgen a annoncé au début de l’année qu’il ferait installer sept stations de mesure supplémentaires en Région wallonne. Aujourd’hui, rien ne permet de savoir si cette annonce a été respectée. Sixième boule (ou plutôt une guirlande électrique dont on n’est pas sûr qu’elle fonctionne !).

Le bêtisier : quelques citations qui nous ont foutu les boules en 2006 : 

• Le ministre de l’Environnement, B. Lutgen, le 7 février au Parlement wallon : « En matière de gaz à effet de serre et d‘émission de CO2, on a atteint les objectifs de Kyoto. Malheureusement, cela a été rendu possible par la fermeture d’entreprises ».

Le ministre de l’Environnement, B. Lutgen, le 7 février au Parlement wallon : « Les stations de mesure en Région Wallonne couvrent 3 % du territoire et 25 % de la population. (…) Ce n’est pas suffisant. Je compte faire installer sept stations de mesure supplémentaires en Région Wallonne ».

Le ministre de l’Environnement, B. Lutgen, le 17 octobre au Parlement wallon : « J’ai demandé trois nouveaux appareils de mesure afin d’affiner l’ensemble des données encadrant actuellement Charleroi ».  M. Monseux (pour M. Cariat, échevin de l’Environnement de Charleroi), dans le bulletin du Conseil communal de Charleroi du 1er juin 2006 : « Les dépassements observés à Charleroi et répercutés dans la presse concernent les PM10. (…) Des conditions atmosphériques défavorables (régime anticyclonique et inversion de température) sont à l’origine de ces dépassements ». 
•Le Ministre de l’environnement, M. Lutgen, le 17 octobre au Parlement wallon : « Notre objectif premier est d’être en accord avec la prescription européenne qui exige de se situer en dessous de 35 dépassements par an. Mon but serait même, à l’avenir, de parvenir à 7 dépassements maximum par an ».

Vers l’avenir, 18 octobre 2006 : « l’entreprise Carsid (nda : sidérurgie à Marchienne-au-Pont) (…) va investir 250 millions d’euros en 1007, Industeel 13 millions et Thy Marcinelle a un plan d’amélioration en vue. Trois entreprises volontaristes ». 
•Un petit dernier pour rire : M. Delporte (secrétaire-général de la Confédération Construction) dans Le Soir, 4 juillet 2006 : vague de chaleur : on frôle la crise aujourd’hui : « Malgré la sympathie du geste, nous demandons aussi aux particuliers de ne pas fournir de bacs de bière aux travailleurs durant la journée. »

Les bonnes résolutions pour 2007 : au boulot ! C’est le tour des cadeaux qu’on aurait aimé sous le sapin mais qui nous feront quand même plaisir l’an prochain.
D’abord, une réaction à la hauteur de la situation catastrophique de la pollution atmosphérique wallonne : des mesures structurelles transversales (mobilité, aménagement du territoire, industrie, résidentiel, etc.) au niveau régional et communal (voir nIEWs mai 2006)
Ensuite, le plan air-climat : annoncé pour le début de l’année 2006 puis pour l’été, le ministre a préféré finir l’année sans donner de nouveaux délais, histoire de se préserver.
Enfin, le contrôle des permis des industries : les conditions de nombreux permis d’environnement ont été réexaminées en 2006, notamment au niveau des émissions atmosphériques, entre autres dans les industries sidérurgiques de Charleroi. Cependant, si les contrôles ne se révèlent pas plus nombreux et les sanctions plus efficaces, ces améliorations pourraient ne servir à rien.

Allez allez, finissons l’année sur une note positive : il n’a jamais fait aussi chaud en automne !!!
Joyeux Noël et bonne année !!!

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental