Biosurveillance : cocktails de polluants dans nos organismes

Biosurveillance : cocktails de polluants dans nos organismes

Le Secrétaire d’Etat Melchior Wathelet a présenté ce matin les résultats belges de Démocophes, un projet pilote de biosurveillance au niveau européen. Ces résultats confirment la corrélation entre les comportements de consommation et les niveaux de contamination mesurés dans l’organisme. Pour Inter-Environnement Wallonie, cette démonstration impose l’adoption d’une législation renforcée.

Pour cette étude, 120 enfants belges et leurs mères ont fourni des échantillons d’urine et de cheveux mais aussi répondu à des questions portant sur leurs modes de vie. Les laboratoires ont mesuré les niveaux de contamination de ces échantillons par le mercure, le cadmium, la cotinine, les phtalates, le BPA et le triclosan. Ils ont ensuite rapportés les divers résultats aux habitudes quotidiennes des participants et étudiés les rapports de causes à effets existant (ou non) entre les uns et les autres. Il en ressort une corrélation évidente entre certains comportements et les niveaux de contamination des organismes.

Les personnes qui mangent plus fréquemment du poisson présentent des niveaux de mercure plus élevés. Celles dont le domicile comporte des revêtements de sol en vinyl sont plus contaminées par certains phtalates. Les mamans qui utilisent beaucoup de soins corporels affichent quant à elles des taux plus élevés de triclosan.

Ces résultats se situant en dessous des « valeurs guides européennes », ils ne sont pas considérés comme inquiétants en termes d’impacts sur la santé humaine. Ils n’en restent pas moins préoccupants car, comme l’ont souligné plusieurs intervenants et le Secrétaire d’Etat dans son discours de conclusion, ces valeurs seuils mériteraient d’être revues tout comme devraient être (enfin !) considérées à leur juste importance les problématiques de l’effet cocktail, de l’exposition in utero et des effets à faibles doses des perturbateurs endocriniens.

Pour Inter-Environnement Wallonie, un travail de biomonitoring tel que Démocophes qui permet de mesurer les niveaux de substances chimiques de l’environnement se retrouvant dans le corps humain doivent permettre de réelles avancées en matière de protection de la santé humaine. Il importe que l’on en tire pleinement les enseignements. En l’occurrence, les résultats collectés attestent de la nécessité d’adopter, tant au niveau européen qu’au niveau belge, des mesures normatives renforcées afin de réduire l’exposition de la population aux polluants environnementaux.