Bonne nouvelle : c’est la crise !

Fatih Birol, économiste en chef de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a rendu public et commenté ce 6 octobre une étude estimant que les émissions mondiales de CO2 pourraient diminuer de 3% en 2009. Il s’agit d’un renversement de tendance exceptionnel, l’évolution des émissions mondiales suivant jusqu’ici une hausse annuelle de 3% en moyenne. Selon M. Birol, l’explication du phénomène se trouve dans la crise que traverse actuellement l’économie mondiale.

Cette information confirme au niveau planétaire une observation déjà réalisée au niveau wallon où une réduction des émissions de CO2 a été enregistrée suite à la fermeture de plusieurs industries particulièrement polluantes (essentiellement dans le secteur de la sidérurgie).

Evidemment, par-delà le caractère délibérément provocateur du titre de cet article, on ne saurait se réjouir d’une situation source d’une casse sociale aussi lourde que douloureuse. On se doit néanmoins de relever que ces deux éléments démontrent par l’exemple que, toutes choses égales par ailleurs, l’indispensable lutte contre les émissions de gaz à effet de serre ne s’accommode pas de la croissance dont on nous vante pourtant les vertus à longueur de discours. En concentrant leurs efforts sur la relance de l’économie sans entreprendre une réforme en profondeur de celle-ci, les décideurs d’ici et d’ailleurs nous conduisent donc de facto dans le mur climatique. Autant savoir…