Chères, les boues de bassins d’orage autoroutiers ?

Chères, les boues de bassins d’orage autoroutiers ?

Le réseau autoroutier aligne des surfaces imperméables d’où l’eau doit être évacuée rapidement en cas de pluie, sécurité oblige. Ces eaux de ruissellement sont dirigées vers des bassins d’orage qui sont des espaces tampons régulant les débits de sortie.

HAP, MTBE, zinc, chrome, arsenic…

Les eaux qui ruissèlent sur les routes sont susceptibles d’être contaminées d’une part par les revêtements routiers eux-même, d’autre part suite à l’usure des pneus, des freins et par les rejets des échappements (pots catalytiques y compris). Le tableau ci-dessous liste les types de polluants par type de sources.

tableaueau-2.jpg

source : Institut fédéral suisse des Sciences et techniques de l’eau.

Tout est prévu

Les boues de décantation des bassins d’orage risquent donc d’être polluées. Le législateur a prévu ce cas de figure, fixant des concentrations maximales admissibles[[La référence à ce propos est l’Arrêté du Gouvernement wallon du 10 juin 1999 modifiant l’arrêté du Gouvernement wallon du 30 novembre 1995 relatif a la gestion des matières enlevées du lit et des berges des cours et plans d’eau du fait de travaux de dragage ou de curage (M.B. du 09/09/1999, p. 33755). Une modification importante concernant les bassins d’orage est intervenue dans l’Arrêté du Gouvernement wallon du 27 février 2003, fixant les conditions sectorielles d’exploitation des centres d’enfouissement technique. L’article 75 §2 supprime la seconde phrase de l’article 5, 3° de l’AGW du 30 novembre 2005. Cette dernière assimilait les boues de bassin d’orage à des matières considérées d’office en classe A. La disposition en vigueur soumet les déchets résultant de l’entretien des bassins d’orage aux critères de classification en catégorie A ou B.]] pour une série de composants. Dans les bassins d’orage autoroutiers, il y a quasi systématiquement au moins un paramètre qui dépasse la concentration maximale admissible. Dans ce cas de figure, les sédiments sont alors rangés en catégorie B et doivent faire l’objet d’un traitement particulier ou être éliminés en centre d’enfouissement technique spécifique. Tout est donc prévu.

Sauf… les moyens!

Assumer financièrement la catégorie B semble poser problème. Le Ministère de l’Equipement et des Transports est face à une impasse: il souhaite curer toute une série de bassins (qui ne jouent pratiquement plus leur rôle de zone tampon pour les débits, étant donné qu’ils sont remplis de sédiments) mais ne dispose pas des moyens financiers pour payer la mise en CET de classe 2. Et donc, on attend.

Le MET attend, les sédiments sédimentent et les Suisses avancent

Et pendant que les sédiments sédimentent, d’autres vont plus loin et intègrent à la réflexion les possibilités d’assainissement des eaux pluviales. Comment? Vous le saurez en lisant cet intéressant article de l’EAWAG[[Unité de recherche à la pointe mondiale dans le domaine de l’eau et des cours d’eau, l’Eawag relève les défis techniques, écologiques et économiques de notre temps. Il s’efforce d’améliorer constamment les modes et les technologies de gestion et d’exploitation de l’eau, et cherche à concilier les intérêts écologiques, économiques et sociaux dans ce domaine. Il intervient en formation continue à tous les niveaux et aide les hauts responsables – et, à travers eux, la société et l’économie – à utiliser les connaissances qu’il produit.

Créé en 1936 sous la forme de service de conseils de l’ETH Zurich en matière de pollution de l’eau et de production d’eau potable, l’Eawag est actuellement doté d’un budget de 55 millions CHF et dispose de 280 postes équivalents pleins temps. Son siège se trouve à Dübendorf, avec une antenne à Kastanienbaum]] sur les pratiques suisses en la matière: « Vers une mise en pratique de la durabilité en assainissement pluvial ».