CHILDPROOF revendique un milieu de vie sans perturbateurs hormonaux

CHILDPROOF revendique un milieu de vie sans perturbateurs hormonaux

Aujourd’hui, Childproof publie une prise de position pour bannir les perturbateurs hormonaux de sorte que les enfants puissent se développer dans un milieu de vie sans poisons. Fœtus, jeunes enfants et adolescents passent par des phases de développement pendant lesquelles ils sont très vulnérables et c’est précisément en ces périodes-là qu’une exposition même à une petite dose de perturbateur hormonal peut déjà nuire à leur santé. On retrouve des perturbateurs hormonaux dans toutes sortes de produits quotidiens, comme denrées alimentaires, cosmétiques et produits de soins corporels. La prise de position de Childproof est signée par divers groupes d’intérêts belges et hollandais ainsi que par des scientifiques qui étudient les perturbateurs hormonaux et leurs effets sur la santé.

Plusieurs maladies et troubles liés aux hormones se propagent. Toujours plus de facteurs indiquent que lesdits perturbateurs hormonaux (endocrine disrupting chemicals ou EDC) jouent un rôle dans ce développement. Typiquement, les EDC sont nuisibles d’une manière très particulière pendant certaines phases spécifiques du développement humain, et principalement celles pendant lesquelles la plupart des tissus sont encore en pleine croissance. Cela veut dire que fœtus et jeunes enfants sont particulièrement sensibles à l’impact des EDC. Or, on retrouve de nos jours beaucoup de perturbateurs hormonaux dans l’environnement et dans des produits. Jusqu’à présent, on a pu découvrir des propriétés perturbatrices hormonales dans quelque 800 substances chimiques[[WHO. (2012). State of the science of endocrine disrupting chemicals.]], et ce n’est probablement que la partie visible de l’iceberg.

En 2012, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un rapport sur les perturbateurs hormonaux, dans lequel elle conclut que les risques de santé liés à ces substances pourraient être très fortement sous-estimés[[Ibidem.]]. Par ailleurs, le Parlement européen reconnaît que les enfants, les jeunes et les femmes enceintes ont besoin d’une protection spéciale contre l’exposition à des perturbateurs hormonaux[[Parlement européen. Rapport du 30 janvier 2013 sur la protection de la santé publique contre les perturbateurs hormonaux, 2012/2066(INI).]].

Une exposition à des EDC peut se faire via l’alimentation, par l’air ou simplement en touchant des objets. Des EDC peuvent être inhalés lors de l’usage de produits tels que les rafraîchisseurs de l’air, teintures pour cheveux et déodorants. L’ingestion d’EDC peut se faire via des aliments, des boissons ou l’utilisation de boîtes en plastique pour la conservation de denrées alimentaires. Une autre source d’exposition est la poussière. Des EDC s’accumulent dans les poussières de maison, auxquelles en particulier des bambins sont exposés. A cela s’ajoute encore que nombre d’EDC sont absorbés dans l’environnement et accumulés dans les graisses de poissons par exemple.
Les recherches scientifiques consacrées aux perturbateurs hormonaux n’en sont encore qu’aux balbutiements, mais ces substances sont déjà reliées à diverses maladies et infections, dont:
• Réduction de la fertilité chez les hommes;
• Développement anormal des organes génitaux, surtout chez les garçons;
• Développement prématuré des seins chez les filles;
• Divers types de cancers, comme le cancer du sein et de la prostate;
• Obésité et diabètes;
• Alzheimer et Parkinson.
Childproof fait appel aux politiciens nationaux et européens pour qu’ils:
• mettent en place des critères européens pour identifier des EDC, en tenant compte de la sensibilité spécifique des jeunes enfants et des enfants encore à naître, même pour des concentrations très faibles de ces substances;
• identifient et bannissent tous les EDC, surtout dans des produits avec lesquels les enfants et les femmes enceintes entrent en contact;
• introduisent des indicateurs pour mesurer l’exposition de groupes vulnérables (enfants prénataux et postnataux) à des EDC;
• prennent en compte, lors de l’élaboration de mesures politiques, le fait que les enfants prénataux et postnataux sont les plus sensibles pour les effets des perturbateurs hormonaux;
• misent spécialement sur les groupes les plus vulnérables (p.ex. les femmes enceintes) dans les campagnes d’information[[Cette question est abordée dans la résolution du 14 mars 2013 du Parlement européen sur la protection de la santé publique contre les perturbateurs hormonaux, 2012/2066(INI).]]. Tant qu’il y aura encore des EDC dans des produits, les consommateurs doivent être informés des risques de santé que présentent les perturbateurs hormonaux, de sorte qu’ils puissent faire des choix en toute connaissance de cause et éventuellement adapter leur comportement et leur mode de vie.

Les enfants ont droit à un milieu de vie sécurisé et sain et il est par conséquent inacceptable qu’ils entreraient quotidiennement en contact, involontairement ou à leur insu, avec plusieurs de ces substances à risque.

La position complète.

Childproof est un forum interdisciplinaire, créé par le Gezinsbond et le CRIOC, ayant pour but d’améliorer le milieu de vie et la santé des enfants. En effet, les enfants ne sont pas de petits adultes du fait qu’ils sont en plein développement physique, ce qui les rend hypersensibles aux effets nocifs provenant de leur milieu de vie. Childproof estime que les enfants doivent être le critère duquel part toute discussion de nouvelles mesures ciblées, parce qu’ils sont plus vulnérables. Cette vision rejoint le principe du ‘design for all’ qui dit que si le maillon le plus faible est le benchmark, tous les groupes de la société profiteront. Il est primordial que des actions politiques soient entreprises pour la création d’un meilleur milieu de vie, parce que les enfants ont droit de prendre un bon départ sain dans leur vie.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental

Fermer le menu