Comment faire carrière sans écraser les autres

Comment faire carrière sans écraser les autres

Les relations entre exploitants de carrières et riverains sont rarement au beau fixe. Bruit, poussière, charroi, vibrations, etc. constituent en effet des nuisances intrinsèques à cette activité que les habitants des zones résidentielles voisines subissent au quotidien.
Désireuse d’éviter les réflexes nymbistes, le repli sur soi et l’absence de dialogue incompatibles avec la nécessaire cohabitation entre cette industrie et une population soucieuse de sa qualité de vie, la Fédération Inter-Environnement Wallonie (IEW) a élaboré, en concertation étroite avec les associations de riverains, une série de recommandations visant à favoriser leurs bonnes relations.

Réunis par IEW dans une « Coordination Carrières », 15 associations de riverains ont enrichi leur réflexion avec des visites de sites et une formation à la réglementation en matière de carrières. Sur base de ces éléments et de leur expérience propre conjugués à l’expertise accumulée depuis des décennies par la fédération environnementale, ces riverains ont défini des recommandations qui ont été rendues publiques ce vendredi.

Les mesures proposées sont axées sur 5 thèmes.

  1. Une plus grande implication des riverains dans le fonctionnement des carrières, notamment à travers un accès accru à l’information et un meilleur fonctionnement des comités d’accompagnement regroupant commune, exploitants et riverains.
  2. cadre réglementaire équilibré et respecté par tous, ce qui implique nécessairement des contrôles accrus.
  3. Une réduction des nuisances encourues par les riverains via notamment la mise à jour des conditions applicables au secteur. Une série d’impacts locaux comme la gestion du charroi et les vibrations dues aux tirs de mine doivent aussi être mieux pris en compte. Il reste également à établir une procédure unifiée de gestion des dégâts causés aux habitations.
  4. Une prise en compte des enjeux de biodiversité non pas seulement au terme de l’exploitation, comme c’est trop souvent le cas, mais bien dès le début de celle-ci.
  5. Une réflexion très en amont sur le réaménagement des sites afin de pouvoir le planifier au mieux. Dans ce cadre, le lien à la biodiversité doit perdurer mais d’autres destinations finales qu’une réserve naturelle sont possibles, en fonction du contexte local.

Ces recommandations vont à présent être transmises au Ministre compétent, Philippe Henry, puis présentées à la Commission régionale d’avis sur l’exploitation des carrières (CRAEC). Inter-Environnement Wallonie espère que ces acteurs auront à cœur de s’inscrire dans la dynamique de concertation initiée par les riverains et de mettre en œuvre ces recommandations.

Pièce jointe : le cahier de recommandations.