Comment faire plus (de mobilité durable) avec moins (de trains) ?

Comment faire plus (de mobilité durable) avec moins (de trains) ?

Alors qu’en cette « Semaine de la mobilité », les appels à s’orienter vers des modes de transports plus durables se multiplient, la SNCB peaufine la mise en ½uvre d’une des mesures d’économie adoptées par son Conseil d’Administration, la suppression de 193 trains !

La Plateforme EnTrain – Rassemblement pour un rail performant[[La Plateforme rassemble les syndicats de cheminots – CGSP-Cheminots (FGTB), de la CSC-Transcom (CSC) et de la SLFP-Cheminots (CGSLB), l’association Navetteurs.be et la Fédération Inter-Environnement Wallonie]] a dénoncé en son temps cette décision qui va à l’encontre du développement d’alternatives crédibles au « tout à la voiture » ; aujourd’hui, EnTrain réclame une communication rapide et claire sur les services de train qui seront supprimés dès décembre 2012.

La Plateforme EnTrain avait exprimé devant le CA de la SNCB son opposition à cette mesure d’économie finalement adoptée en octobre 2011. Si nous reconnaissons la nécessité pour le Groupe SNCB de parvenir progressivement à un équilibre financier permettant d’assurer sa viabilité et de pérenniser un service public ferroviaire, il nous apparaît en effet incompréhensible et inacceptable que cela se fasse via une réduction de l’offre aux voyageurs.

La Plateforme EnTrain estime qu’il est du devoir d’un fournisseur de service public d’informer au plus vite les usagers concernés par la mesure. Elle rappelle par ailleurs que le CA de la SNCB d’octobre 2011 s’était engagé à étudier, en dialogue avec les sociétés régionales de transport public, la mise en ½uvre d’alternatives pour pallier aux suppressions qu’il venait de décider. Ces alternatives doivent être présentées sans délai.

La suppression de ces 193 trains (qui assurent aussi bien des relations L, P que IR ou IC) sans la mise en ½uvre rapide d’alternatives efficaces aura des conséquences dommageables d’un point de vue social et environnemental. Combien parmi les 2.856 voyageurs impactés vont être empêchés de se rendre au travail ou à l’école ? Combien de voitures particulières supplémentaires vont encombrer nos routes et polluer notre environnement ?

La Plateforme EnTrain a exprimé ses craintes et sa demande d’une information rapide auprès de la présidente du CA la SNCB, Madame Bovy, ainsi qu’auprès des autorités publiques concernées, à savoir le Ministre Paul Magnette et le Ministre Philippe Henry. Nos interpellations sont toutefois restées sans réponse. C’est pourquoi nous les réitérons en cette Semaine de la Mobilité hautement symbolique. Il y a désormais urgence.