Compostage et valorisation énergétique : même effets positifs pour le climat

Compostage et valorisation énergétique : même effets positifs pour le climat

Le recyclage des déchets verts via le compostage pourrait atteindre les mêmes avantages en termes d’économie de productions de CO2 que la valorisation énergétique de ces biodéchets. C’est ce qu’affirme une étude allemande.1.

Ces déchets verts sont des déchets biodégradables, généralement issus des parcs et jardins (tontes de pelouses, déchets de taille de haies, élagages et troncs+racines…).

En Allemagne, leur valorisation énergétique donne accès à des subsides pour production d’énergie renouvelable. Ces déchets verts peuvent également être compostés, ce qui permet – avec l’usage de ce compost dans le sol – de limiter l’extraction de tourbe, grande productrice de CO2. Le compostage n’est, elle, par contre pas une filière subsidiée en Allemagne en matière de lutte contre les changements climatiques.

L’étude compare la valorisation énergétique et le compostage de déchets verts en se focalisant sur les émissions de CO2 non-émis durant les différentes étapes de chacune des filières. Quatre types de biodéchets ont été considérés en fonction de leur composition en matière lignieuse, herbacée, terres…

Les résultats démontrent que pour les biodéchets riches en bois, les économies de CO2 sont beaucoup plus importantes dans les deux filières que pour les biodéchets herbacés. Le taux d’économie passant (suivant la composition des biodéchets) de 126 à 1040 kg de CO2 économisés par tonne de biodéchets en cas de valorisation énergétique et de 259 à 1193kg de CO2 par tonne de biodéchets en cas de compostage. Ce qui indique donc bien que les gains en terme d’économies de CO2 sont similaires entre les deux filières.

L’étude indique également que les déchets verts très herbacés, quand ils sont compostés, donnent deux fois plus d’économies de CO2 que s’ils étaient valorisés énergétiquement. Ce qui est dû à leur faible pouvoir calorifique (teneurs en eau et cendres élevées).

Il serait dès lors important de prévoir, dans la hiérarchie des filières, de ne pas mettre trop vite au four des biodéchets qui, compostés, permettent de capter et maintenir le carbone au sol… Intéressant aussi bien pour nos sols, que pour le climat ! Et d’un point de vue des politiques publiques, il serait plus équitable d’avoir les mêmes incitants pour les deux filières.

clearviewstock – Fotolia.com

  1. Source: Kranert, M., Gottschall, R., Bruns, C. & Hafner, G. (2010). Energy or compost from green waste? A CO2-based assessment. Waste Management. 30: 697-701.
    Contact: Martin Kranert

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental

Fermer le menu