Copenhague: la société civile est dans la rue!

Copenhague: la société civile est dans la rue!

La manifestation organisée ce samedi à Copenhague en marge de la Conférences des Nations Unies sur les Changements climatiques a été un formidable succès. Des dizaines de milliers de personnes ont exprimé haut et fort leur volonté de voir cette Conférence déboucher sur un accord à la fois ambitieux, contraignant et équitable, permettant de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre tout en préservant les populations les plus vulnérables.
Pour le mouvement environnemental belge (Fédération Inter-Environnement Wallonie, WWF, Greenpeace, Bond Beter Leefmilieu), cet événement revêt une dimension historique. Jamais, en effet, un enjeu écologique n’avait fédéré autant de monde. Et, surtout, c’est l’ensemble de la société civile qui était dans la rue, syndicats, mouvements de jeunesse, alter-mondialistes, organisations Nord-Sud ou simples citoyens s’étant approprié un problème qui a désormais une portée sociétale. Les dirigeants internationaux qui négocieront cette semaine à Copenhague ne pourront pas l’ignorer.

Comme toujours, il est difficile d’estimer précisément le nombre de manifestants qui ont sillonné samedi le centre de Copenhague pour rejoindre les abords du Bella Center où se tient la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. 30.000 selon la police mais clairement plus proches des 100.000 revendiqués par les organisateurs, ils constituaient une marée humaine rassemblée autour de deux mots d’ordre : « Planet First, People First » et « Act Now ! ».

Cette demande d’une action immédiate en faveur de la Planète et de sa population a été portée par l’ensemble de la société civile. Aux côtés des environnementalistes mobilisés depuis des décennies sur la question climatique on trouvait cette fois rassemblées les diverses composantes de l’action citoyenne, des syndicats aux mouvements de jeunesse en passant par les alter-mondialistes.

Pour le mouvement environnemental belge (qui était largement représenté à Copenhague), ce rassemblement faisant fi des clivages envoie un message fort. Les chefs d’Etats et ministres qui prendront cette semaine le relais de leurs conseillers pour négocier un accord ne pourront rester sourds à cet appel. La société leur demande clairement des mesures radicales non seulement pour réduire les émissions de gaz à effet de serre mais aussi pour accompagner les pays en développement dans cette démarche et dans leur adaptation à des changements climatiques qui les frappent déjà.

La Fédération Inter-Environnment Wallonie, le WWF, Greenpeace et le Bond Beter Leefmilieu demandent au gouvernement belge d’adopter une position de pointe dans ces négociations et de tout mettre en ½uvre pour que l’Union européenne (re)prenne la tête d’un combat que nous ne pouvons perdre sous peine de conséquences catastrophiques.

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental