Cycle de conférences « DD »

Cycle de conférences « DD »

Aujourd’hui, pour des raisons aussi bien environnementales que sociales, humaines ou économiques, le modèle capitaliste productiviste occidental et la mondialisation de l’économie posent question. Les problèmes écologiques sont de plus en plus aigus, les inégalités de revenus se creusent et la précarité s’étend. Notre société est confrontée à des questionnements sur ses valeurs. L’individu subit inconsciemment un stress (insatisfaction, détresse, mal-être) lorsque le système l’amène à être en contradiction avec des valeurs auxquelles il adhère comme des valeurs spirituelles, humanistes, sociales, de progrès économique ou technologique, écologiques, et qui le plongent dans l’incapacité à penser et agir de façon cohérente.

Par ailleurs, des pouvoirs économiques, médiatiques (notamment la publicité) et financiers ont pris une importance majeure et ont entraîné une dilution du pouvoir de l’Etat-Nation comme régulateur démocratique de la société.
En conséquence, notre société se caractérise par, d’une part, la domination ou l’imposition plus ou moins consciente du système de valeurs matérialiste privilégiant l’économie, la production quantitative au détriment de la qualité, la consommation et la technologie, et, d’autre part, l’apparition de formes de résistances multiples ancrées sur d’autres systèmes de valeurs. Il y a donc matière à recherche et évolution vers de nouveaux équilibres en terme de pouvoirs, vers des formes plus respectueuses des différents systèmes de valeurs envisagés plus haut. En principe, en démocratie, l’individu devrait être l’arbitre de ces équilibres en exprimant clairement ses choix, c’est-à-dire sa conception du bien commun, auprès de l’Etat.

Changements climatiques, perte de biodiversité, inégalités de revenus croissantes entre et au sein des pays, précarité en hausse, …. Tels sont, parmi d’autres, les problèmes auxquels fait actuellement face notre société, qu’elle soit d’ici ou d’ailleurs. En témoignent d’ailleurs de nombreux indicateurs écologiques, sociaux et économiques dont la couleur avoisine davantage le rouge. Et pourtant, difficile de renoncer à nos habitudes de vie…
Ces différentes problématiques qui, en ce 21ème siècle, se complexifient de plus en plus, laissent dans leur sillage des questions aux réponses ouvertes. Parmi celles-ci : Pourquoi, comment notre société productiviste, consumériste, obnubilée par la croissance économique et le progrès sans fin joue-t-elle un rôle dans l’apparition de ces problèmes ? Quelles pistes de solutions faut-il privilégier dans un monde de plus en plus complexe et mondialisé ? Comment aider, informer et sensibiliser l’individu à s’interroger sur le dilemme auquel il est confronté, tiraillé entre, d’une part, les valeurs économiques, matérielles et individuelles et, d’autre part, les valeurs de solidarité, sociales et écologiques ?

Oser des réponses à ces questions: tel est le défi que s’est donné Inter-Environnement Wallonie (IEW) qui, associée à trois autres groupements associatifs eux aussi défenseurs de la cause « durable » (CNCD-11.11.11[[Le Centre National de Coopération au Développement (CNCD) rassemble depuis 40 ans plus de 100 associations de développement, des centaines de coopérants, des milliers de sympathisants visant à soutenir les projets de coopération des associations membres, à interpeller les pouvoirs publics et privés et à sensibiliser le public aux enjeux internationaux.
En tant que coordination, le CNCD assure la promotion de campagnes de sensibilisation, d’information et de mobilisation de la population, avec les organisations membres. Ces campagnes tournent autour des thèmes comme les relations commerciales internationales, l’accès aux droits économiques et sociaux, la souveraineté alimentaire, l’engagement des citoyens face aux élections ou l’abolition de la dette du Tiers-Monde. Elles s’appuient sur des outils d’information, d’animation ou de plaidoyer politique et sur l’organisation d’événements.]] , H7P[[Les causes des déséquilibres individuels, sociétaux et globaux à l’aube du 21ème siècle se résument en deux mots: “valeurs et pouvoirs”. La recherche des éléments potentiellement constitutifs de nouveaux équilibres et leurs conditions d’émergence en vue d’un ‘monde meilleur’ est le premier objectif des recherches et développements du projet Héraclite & Seven Pillars (H7P). Le second est la contribution à leur mise en ½uvre à travers divers types d’activités.
Outre sa perspective européenne, la spécificité du projet réside, d’une part, dans son approche par l’éthique et, d’autre part, dans un programme de recherche transversal, multidisciplinaire et synthétique articulé en sept piliers : progrès humaniste, évolution des pouvoirs, système économique, éthique européenne, business model, modes de management et enfin éducation/sensibilisation de la société et des individus. Ce programme vise la définition, la promotion et l’implémentation d’un progrès humaniste et équitable dans le cadre du développement durable des individus, des sociétés et des organisations en leur sein (y compris les entreprises).
Pratiquement, les objectifs de H7P consistent, d’une part, à aider les institutions et associations à développer la connaissance dans la société et à définir et y accompagner le changement, et, d’autre part, à soutenir les entreprises et organisations dans la définition et l’accompagnement de stratégies responsables, innovantes et cohérentes en vue de la performance et de la création de valeur au sens des sept piliers.]], CRIOC[[Le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de Consommateurs (CRIOC) est une Fondation d’Utilité Publique qui a pour mission d’informer et de représenter les organisations de consommateurs. Plus précisément, le CRIOC fournit depuis 1975 une aide technique aux organisations de consommateurs, et participe à leur travail dans les commissions et autres instances consultatives, tant au niveau fédéral qu’aux niveaux communautaires, régionaux qu’européen.
Le CRIOC effectue aussi des enquêtes et recherches dans les matières abordées au sein de ces commissions ou à la demande des services publics. Sur cette base, des outils d’information sont produits à l’attention du grand public : messages visant la prévention et la protection des consommateurs, ou leur sensibilisation pour promouvoir des modes de consommation plus durables.
Une bibliothèque, des newsletters régulières et contacts suivis avec les médias, ainsi qu’une présence dans divers événements ou lieux de débat permet au CRIOC de rencontrer le public. Autant d’occasions de diffuser ces outils mais aussi de prendre connaissance des préoccupations des consommateurs, pour les relayer dans les lieux de concertation sociale.
Plus d’infos : www.crioc.be]] ), organise, et ce dès le 11 octobre prochain, un cycle de conférences articulé autour du thème générique du développement durable. Ce cycle, intitulé « Croissance, consommation, progrès, … et après ? », abordera tour à tour des questions telles que l’angoisse existentielle humaine confrontée à la machine économique, le questionnement sur les finalités du progrès et de la technologie, les alternatives potentielles : du développement durable à la décroissance économique, les questions de pauvreté et enfin le rôle et la place des Etats aujourd’hui. Ce défi est d’autant plus périlleux – donc, intéressant – qu’il réunira des personnes (en tant qu’individus ou représentants d’associations) ayant des préoccupations et des sensibilités différentes – visant tantôt la protection environnementale, tantôt la lutte contre la pauvreté, tantôt l’accès aux besoins fondamentaux – et parfois difficilement conciliables, même si elles se revendiquent toutes « durables ».

Plus concrètement, chaque conférence réunira deux orateurs d’avis différents, lesquels apporteront des éléments de réflexion avant de laisser la place à un large débat avec le public. L’occasion sera ainsi donnée à tout un chacun d’enrichir sa réflexion, de se forger une opinion sur des problématiques aux solutions non univoques ainsi que d’avoir un échange fructueux avec un public varié (environnementalistes, tiers-mondistes, etc.).

Le coup d’envoi du cycle de conférences aura lieu le 11 octobre prochain à Namur[[Auditoire L3 (FUNDP), rue Grafé 1, 5000 Namur]]. Il sera l’occasion pour nous de confronter François Brune, cofondateur de R.A.P. (Résistance à l’Agression Publicitaire[[« L’association a pour objet d’aider à la prise de conscience des procédés publicitaires destinés à la mise en condition de la personne, du consommateur et du citoyen et d’en combattre les nuisances humaines, sociales et environnementales. Particulièrement parmi ces dernières, l’association a pour objet de lutter contre l’affichage dégradant le paysage et le cadre de vie, les pollutions et gaspillages induits (notamment par les prospectus), l’apologie du gaspillage et des consommations d’énergie et d’agir un faveur du respect et de l’application de la législation relative aux publicités, enseignes et préenseignes. »
« Elle agit également contre les pratiques commerciales abusives, pour l’information objective et pour la défense de la vie privée, notamment contre les abus des fichiers informatiques. »
« Dans un souci permanent d’humanisme et de démocratie, elle vise enfin la sensibilisation du public, notamment celle des plus jeunes qui doivent pouvoir acquérir l’esprit critique nécessaire à leur futur rôle de citoyens autonomes ; elle s’oppose en particulier à toute introduction de la publicité au sein du système éducatif ; elle recherche l’implication des citoyens dans le respect des particularités et convictions de chacun. »]]) et Marc Vandercammen, Directeur général du CRIOC, autour de la question de la consommation6. En effet, en dépit du fait qu’une fraction croissante de la population prend aujourd’hui de plus en plus conscience que le système économique mis en place et la consommation effrénée qui en découle sont loin d’être la panacée, ce système subsiste toujours chez nous depuis plus d’un siècle et s’installe lentement mais sûrement dans les pays en développement qui s’engagent résolument dans la même voie. Face à ce constat, nos deux orateurs tenteront chacun, en fonction des leurs sensibilités, d’énoncer et expliquer les problèmes qu’ils dénoncent, les critiques et les limites de la situation actuelle et les solutions qu’ils envisagent.

Plus d’infos ? www.etapres.be

Anne Thibaut

Alimentation durable & Société