De la transition démocratique à la transition écologique

De la transition démocratique à la transition écologique

La Fédération participera au 12ème Forum Social Mondial qui démarre ce mardi à Tunis. A la demande des associations locales, IEW s’attachera spécifiquement à concevoir un programme de renforcement des capacités de la société civile tunisienne dans un contexte où les enjeux environnementaux posent des problèmes cruciaux de développement et de droits humains.

Contactée l’été dernier par des associations tunisiennes actives dans le domaine de la protection de l’environnement, la Fédération Inter-Environnement Wallonie élabore depuis plusieurs mois avec des partenaires belgo-tunisiens un programme de renforcement de capacités de la société civile en Tunisie. La « révolution » citoyenne de janvier 2011 a en effet permis l’éclosion de centaines d’associations qui aspirent, d’une manière ou d’une autre, à placer les enjeux du développement durable et de la transition écologique au cœur de la transition démocratique à l’œuvre dans le pays.

La bonne gestion des ressources limitées du pays constitue par exemple un enjeu primordial pour éviter les erreurs d’inégalités régionales que l’on a connu dans le passé mais aussi pour assurer le droit des générations futures à un développement durable. Selon Tarek Nefzi, président de l’IMEP (Institut maghrébin d’éco-pédagogie), « la désertification, l’érosion des sols, un littoral soumis à des fortes pressions urbaines, les poches de pollution induites par une mauvaise gestion des déchets ou la pollution de l’air dans les villes en raison d’industries toxiques imposent au gouvernement de placer la bonne gouvernance et le développement durable au cœur de ses politiques ».

Les associations tunisiennes ont souhaité se tourner vers l’expérience des associations belges en matière de participation citoyenne, de transparence mais également d’organisation de campagnes susceptibles d’influencer les politiques publiques. En partenariat étroit avec le CNCD (Centre National de la Coopération au Développement), IEW organisera différents ateliers et sessions de travail lors du Forum afin de finaliser un programme d’échanges à travers lesquels les acteurs des deux pays pourront se renforcer mutuellement.

« A l’heure où les enjeux environnementaux et du développement durable en Tunisie appellent une nouvelle forme de gouvernance et de participation des citoyens aux choix qui détermineront leur avenir, cela avait du sens pour une fédération comme la nôtre, active depuis près de quarante ans sur ces enjeux, de partager ses connaissances et expérience »explique Christophe Schoune, Secrétaire général d’IEW. « C’est une question de solidarité à l’égard d’associations sœurs qui n’ont pas la chance de disposer des moyens qui sont les nôtres mais c’est aussi une formidable occasion d’apprendre de leur militance et de nous reconnecter à l’essence des combats démocratiques. »