Des camions newlook pour sauver des vies et limiter les émissions

Des camions newlook pour sauver des vies et limiter les émissions

Nous, ainsi que les Parents d’Enfants Victimes de la Route (PEVR), accueillons favorablement la proposition de réforme de la législation sur les poids lourds publiée aujourd’hui[Proposition de la Commission européenne pour amender la directive 96/53/CE]] par la Commission européenne. Cette réforme constituerait un pas décisif pour la sécurité routière et une étape modeste mais bienvenue sur le chemin de la réduction des émissions de CO2 du transport.

Les poids lourds de plus de 3,5 t représentent 3% du parc européen de véhicules, 7% des kilomètres roulés et sont impliqués dans 18% des accidents mortels (causant environ 7.000 décès par an)[[TRL, 2010, ROBINSON, B. J.; HULSHOF, W.; ROBINSON, T.; KNIGHT, I. AEBS and LDWS exemptions study: [draft final report ]] ; ils sont également responsables de 25% des émissions totales du transport routier. La législation européenne actuelle ne laisse, de manière implicite, que 2,35 m pour la longueur de la cabine d’un camion ; la face avant de ceux-ci ne peut dès lors qu’être plane et verticale, ce qui rend les camions tout à la fois dangereux et énergétiquement inefficaces.

Autoriser un allongement des cabines comme le prône la Commission européenne permettrait d’améliorer le design de cette face avant : forme plus ronde avec effet déflectif et intégration d’un dispositif d’absorption d’énergie. Ceci permettrait tout à la fois d’améliorer l’aérodynamisme du camion, d’éviter des accidents grâce à une meilleure visibilité, de réduire les impacts des collisions frontales et d’éviter que des piétons et cyclistes ne soient projetés devant le camion et écrasés en cas d’accident. On pourrait ainsi sauver la vie de centaines de piétons, cyclistes et automobilistes tout en économisant des milliards de litres de carburant chaque année.

Pour Koen van Wonterghem, administrateur délégué de PEVR, « les camions ont, à juste titre, fort mauvaise réputation en matière de sécurité routière. Actuellement, entrer en collision frontale avec un camion, c’est comme s’écraser sur un mur de briques. Ces améliorations devraient donc être rendues obligatoires pour tous les camions aussi vite que possible. » Pierre Courbe, notre chargé de mission mobilité, ajoute : « Les camions européens sont restés scotchés dans le passé avec pour conséquence une facture annuelle de plusieurs milliards d’euros de carburant gaspillé. La proposition de la Commission constitue un premier petit pas sur la voie d’un transport adapté aux défis du 21ème siècle. »

Une étude réalisée en 2012 pour le compte de la fédération européenne T&E par l’institut d’ingénierie allemand FKA[FKA, [Design of a Tractor for Optimised Safety and Fuel Consumption, Aachen, 2012.]] établissait qu’une face optimisée diminuerait la résistance à l’air de 12% et réduirait la consommation de carburant de 3 à 5% ce qui, vu les prix actuels des carburants, permettrait aux transporteurs d’économiser jusque 1.500 € par an par camion. Cela générerait également, au niveau européen, une économie de 5 Mt CO2.

A l’opposé, la proposition de la Commission visant à autoriser les camions plus longs (25m) à transiter entre Etats qui autorisent la circulation de tels engins sur leur territoire national apparaît hautement regrettable. Si cette proposition était intégrée dans la législation, l’utilisation de VLL (Véhicules plus longs et plus lourds)[[La législation actuelle (directive 96/53/CE) limite, pour le transport international, la longueur des camions à 18,75 m et leur poids maximal en charge à 40 t (44 t en transport de conteneur)]] se généraliserait inévitablement en Europe, augmentant la part modale du transport routier et, partant, les émissions et les accidents.

« La commission ouvre la porte au trafic international de VLL sans garanties pour la sécurité des citoyens et la protection de l’environnement. Nous avons besoin de meilleurs camions, pas de camions plus gros » conclut Pierre Courbe.

Pierre Courbe

Mobilité