Entretenir sans pesticide les espaces urbanisés

Une nouvelle publication intitulée « Guide des alternatives au désherbage chimique » vient de sortir. Outre la description des alternatives et la vulgarisation de notions comme la gestion différenciée ou la nature spontanée, ce document montre comment concilier les objectifs à priori parfois contradictoires que sont les besoins des habitants et des responsables, l’accueil de la nature, la protection des eaux, la maîtrise des dépenses communales, …

Les espaces verts publics soulèvent des questions multiples. Ils touchent à la fois aux domaines sociologique, psychologique, écologique et paysager. A travers un espace vert, des rôles et des besoins apparaissent : des besoins psychosociaux (repos, promenade, apprentissage, travail, sport, …), des rôles fonctionnels (effet climatique, épuration de l’air, …) ou des rôles de mise en valeur urbaine (attrait paysager, intégration du bâti, collection végétale, …). Il y a aussi un rôle trop souvent oublié : la conservation et le développement de la nature. En effet, on a l’habitude de considérer que la nature n’a pas sa place en ville alors que les usages psychosociaux indiquent qu’il existe une réelle demande pour plus de nature en zone urbaine.

Pour la première fois, un guide détaillé rassemble en un volume toutes les étapes de l’entretien des espaces publics, de leur conception à leur utilisation finale. Ce guide offre non seulement des outils et une méthodologie afin d’organiser le changement des pratiques de désherbage mais fournit également un ensemble de solutions concrètes (tant préventives que curatives) bien illustrées pour mettre en place une gestion sans pesticide. Par exemple, comment (ré-) aménager au mieux les parkings, le centre ville, les chemins,… Que faire des matières organiques produites par l’entretien ? Quelles alternatives apporter à une tonte uniforme et régulière des pelouses ? Comment tirer profit de la végétation spontanée ? … Voilà quelques-unes des questions auxquelles répond le document.

Le texte ne fait pas non plus l’impasse sur l’aspect « communication », mesure d’accompagnement indispensable pour la réussite d’une gestion sans pesticides. Enfin, le point le plus novateur de ce guide réside sans doute dans le chapitre sur la (re-)conception des espaces afin de réduire au minimum leur gestion. Car si les alternatives sont certes moins nocives, elles ne sont pas nécessairement moins économes en énergie et en personnel. Et là, le guide apporte à nouveau des recettes concrètes pour réduire les interventions et les dépenses.

Bref, un guide à faire connaître sans tarder et à lire sans modération…

Guide des Alternatives au désherbage chimique- Aménagements et entretien des espaces urbanisé, commander le guide, décembre 2005, +/-35 euros

photo: Natagora

Inter-Environnement Wallonie

La voix du mouvement environnemental